Partagez | 

 Conquérir est notre destin - Chevalier de Harcourt -


Lun 8 Déc - 22:49

Alphonse de Lorraine



Métier/Titre(s) : chevalier de Malte, général des galères, abbé de Royaumont dit le chevalier d'Harcourt, prince étranger de la maison de Lorraine
Âge : 22 ans
Origines : Nobles françaises
Langue(s) parlée(s) et niveau de maîtrise : Français Parfait - Excellent Italien-  Petit Latin – Espagnol et portugais pour les insultes d'ivrognes
Orientation sexuelle : opportuniste mais plus hétérosexuelle
Situation: célibataire
Date de naissance : 22 août 1644
Religion:Catholique
Groupe : Noblesse ou clergé ou soldat (on en débat ardemment)
Personnage ayant existé?: Même si quelques ingrats  tendent à l'oublier oui.
Avatar : deuxième point de débat ardent


Le Miroir ...



Certaines personnes ne peuvent nier leurs ascendants, Alphonse de Lorraine en fait partie. Il a hérité d’une silhouette et d’une allure des plus guisardes. En quelque mots, on peut donc le présenter comme un jeune homme scandaleusement grand avec une abondante chevelure bouclé d’un châtain tirant vers le doré. Ajoutons aux traits familiaux un nez qu’il trouve un peu trop court, une silhouette noueuse tout en muscle et un visage taillé à la serpe avec des traits presque cassants, des pommettes saillantes et des joues creuses. Le visage anguleux manque de finesse et d’élégance mais certainement pas de morgue. Les lèvres sont fines, exsangues même, blanches et se pincent facilement pour ne former plus qu’une ligne colérique dans la noble figure.
La branche maternelle s’impose quand à elle dans le regard du chevalier. Ses yeux sont donc d’un bleu très clairs, légèrement allongés et très rapprochés. Ils se plissent facilement en prenant un éclat métallique dont la sévérité est accentuée par les sourcils nettement plus sombre et lourds que les cheveux formant une ligne rectiligne et austère. De façon assez surprenantes les cils, hérités de sa grand-mère maternelle, sont quand à eux noirs, très longs et féminins adoucissant un portrait jusque là hostile.

Dans le panel des expressions qu’il peut présenter au monde on en trouve de nombreuses qui sont tout aussi caractéristiques de ses familles. A titre d’exemple nous pourrions citer le pincement de lèvre colérique ou le froncement de sourcil insatisfait, sans parler de la façon dont son visage se ferme aisément pour n’afficher plus qu’un mépris maussade. Il y a aussi la moue ennuyée ou le haussement de sourcil goguenard qui sont définitivement d’origines maternelles. Mais de façon plus personnelle, Alphonse se démarque avec la facilité et l’enthousiasme de ses sourires. Cela ne lui va guère pourtant, ses traits semblant sculptés pour ne refléter que dédain et mépris, mais régulièrement il se laisse aller et ses lèvres s’étirent largement pour laisser voir des dents qui manquent d’aplomb. De la même manière, il rit facilement. Et quel rire, celui là n’est certainement pas un héritage familial ! Un rire tonitruant et gargantuesque rappelant plus un rugissement qu’un gloussement et qui le prends en entier secouant ses épaules et sa poitrine sans qu’il ne daigne avoir la décence de le dissimuler.

Le rire n’est pas la seule des caractéristiques qui est propre au jeune homme. Ainsi bien qu’il ait hérité d’une peau pâle de normand, il a un teint plus sombre que les autres membres de sa famille, le soleil méditerranéen n’y étant pas étranger. De même, il a prit sur lui pour ajouter quelques marques personnelles et douloureuses sous sa peau. Un mousquet l’a aidé pour la ligne rose pâle presque rectiligne qui longe son flanc au niveau de la cinquième côte mais c’est une épée qui a dessiné l’arabesque rouge à la lisière de sa mâchoire. Il y a également ces marques blanches sur sa main droite qu’il dissimule avec des gants.

Les gants sont sans doute le seul accessoire auquel il accorde un temps soit peu d’importance, avec son épée. Le reste de ses tenues est assez peu soigné. S’il n’a guère d’intérêt et de patience pour les rubans, dentelles et autres pierreries, il adore les couleurs vives. Son desamour vestimentaire est tel qu’il tends à se débarrasser de ses vêtements dans le plus grand désordre sitôt que la décence le permet. Les domestiques ont prit l’habitude de ramasser et d’ordonner les tas de tissus qu’il sème un peu partout dans ses appartements suivant cette mauvaise habitude qui consiste plus à lancer au hasard vestes et talons qu’à se dévêtir proprement.

Ce n’est pas la seule habitude qu’à développer au cours des années Alphonse. Ainsi s’il porte son épée en droitier, ses mousquets sont quand à eux rangé de la façon qui convient le mieux à un gaucher, le garçon ayant un oeil directeur inversé. Lorsqu’il réfléchit, il fait tourner une bague autour de son index droit de la gauche vers la droite. En cas de contrariété ou de gêne, il croise les bras sur sa poitrine et plaque son menton contre son cou. Lorsqu’il lit ou écrit, il tends à pencher la tête à droite ou mieux à appuyer sa joue sur son poing fermé.

N’oublions pas de mentionner une tâche de naissance sur le talon gauche. Il la trouve fort disgracieuse mais prétends avec hauteur qu'elle lui vient en droite ligne de Lothaire.


... n'est pas le reflet de l'âme



C'est avec une hauteur aussi génétique que ses chères boucles blondes, qu'Alphonse soutiendra ne pas avoir de défaut uniquement des qualités en excès.
Prenons l'exemple de la fierté que certains pourrait qualifier d'orgueil. Cette dénomination le fait rire aux éclats. Il n'est pas le moins du monde arrogant. Il a simplement conscience de ses grandes qualités et les portes fièrement. Tout le monde ne peut pas avoir son physique, ses qualités morales, ses faits d'armes et surtout son ascendance. Donc avoir conscience de sa supériorité vis à vis de la masse est tout au plus une preuve de lucidité. C'est son devoir de défendre et de montrer son honneur aux gens et il l'accomplit noblement.Il occupe une certaine place dans l'ordre des choses et la défends juste, cela est d'autant plus vrai qu'il ne dispute pas leur place à ceux au dessus de lui.

On lui reproche un côté belliqueux et orageux. Il ne l'est certainement pas. IL est noble et se doit de faire la guerre. IL a l'esprit formé pour. Certes il ne recule guère devant les engagements de tout les genres mais de là à le qualifier de belliqueux. Il lui arrive également de provoquer les engagements et de prendre la mouche facilement mais ce n'est guère une preuve. D'ailleurs pourquoi les gens se concentrent uniquement sur cela? Certes il se mets vite en colère! Mais ce n'est que la preuve évidente de la rapidité de son esprit. Car chacun reconnaît que s'il est prompt à la colère, il est également prompt au rire et au pardon. De manière générale, il est juste rapide. Ses pensées filent à une allure consternante et il passe rapidement de la joie à la colère puis à l'oublie. Et si ses sentiments filent et changent à toute vitesse, il en va de même de ses réflexions. Certains se concentraient sur ses jugements que l'on pourrait voir comme hâtifs, ses condamnation injustifiées et ses préjudices qu'il ne nient pas. Mais reconnaissons lui aussi une célérité toute particulière dans l'évaluation d'une situation ou surtout dans l’adaptation d'une stratégie.

Stratégies qui sont plus audacieuses que la moyenne. On oserait y voir la preuve d'une insouciance préjudiciable. Ceci est totalement faux, il fait juste preuve d'audace et de courage. Il évalue les risques qui sont toujours minimes et contrairement aux pleutres ordinaires sort des sentiers battus. De plus son audace ne peut pas être le reflet de la moindre inconscience, il n'en est jamais mort. Non au plus on peut lui prêter une certaine nonchalance. Et cette nonchalance n'est pas un défaut. Ce n'est pas qu'il soit négligeant ou qu'il refuse de prendre en considération les problèmes. Non, il sait seulement faire preuve de relativisme. Et puis il suffit de regarder ses frères pour voir les dégâts irréversibles que cause la tendance à être soucieux.

Ses frères, voilà bien un sujet sur lesquels les gens voient des défauts là où il ne devrait y avoir que des qualités. On le prétends aveugle, clanique, obéissant et népotique. Il a conscience des défauts de sa fratrie, défauts qu'il partagerait presque, il choisit juste de ne pas en tenir compte et de leur pardonner sans jamais imposer de conditions. Le fait de favoriser les siens est juste un sens de la famille particulièrement développé et ceux prétendant le contraire ont de toute évidence était élevé par des porcs. De même, il va de soit qu'il se battra pour l'honneur des siens lorsqu'ils sont injustement calomniés par des faits véritables et honteux. C'est uniquement son devoir. C'est en suivant le même raisonnement qu'il embrasse aisément les querelles de sa fratrie soucieux de la défendre. Et puis soyons honnête, n'est pas Lorraine qui veux et la fierté du sang et sa préciosité exige que l'on s'affirme et s'entraide au sein d'une branche malheureusement cadette.

Des domestiques se plaignent parfois de sa nature négligente et désordonnée, de la difficulté qu'on a à le satisfaire avec des plats. Sauf que les pauvres hères confondent le désordre avec l'absence d'ordre et ce n'est pas parce qu'il n'est pas maniaque qu'il ne fait pas attention à ses affaires. De même ne pas se satisfaire du premier repas venu est juste la preuve d'un palais délicat et du raffinement de son éducation et pas du tout de son incroyable capacité à se montrer pénible et exigeant avec la domesticité.

On lui reproche généralement d'être volage ou ennuyé. Ce qui n'est pas plus exact que les autres reproches. Il se lasse facilement des choses et de ses maitresses c'est vrai. Mais c'est la preuve d'une grande curiosité, d'une flexibilité de l'esprit et d'un besoin de renouveau. Ce n'est absolument pas dépréciatifs pour les femmes. Et puis notons que contrairement à certains, il n'a pas particulièrement besoin de séduire, au contraire généralement l'entreprise le lasse assez vite et il se tournera alors vers une personne plus disponible. Quand à son ennui, vous conviendrez que les querelles de tabourets ne sont pas toujours palpitantes, de même que les sermons qu'on le force à écouter.

Et si vous trouvez que ce portrait est quelque peu de mauvaise foi, c'est qu'il vous manque assurément la subtilité permettant de voir la splendide mise en œuvre d'une argumentation impeccable.



Dernière édition par Alphonse de Lorraine le Mar 9 Déc - 10:59, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Lun 8 Déc - 22:51

On naît tous un jour ...



   



L'enfant



De Marguerite-Philippe du Cambout à Claude Eléonore de Roannais, le 30 mai 1644.

« Ce troisième fils comble de joie mon mari comme vous l'imaginez, ma sœur. De fait sa naissance avant l'heure nous a donné quelques frayeurs! Mais malgré des conditions rocambolesque, pensez-vous en plein voyage vers nos terres de Harcourt, l'enfantement fut sans difficulté. Alphonse est bien plus énergique et vigoureux que ses frères et déjà ses nourrices se plaignent autant de son appétit que de la force de ses hurlements!Pourtant ce gaillard est toujours souriant jamais aussi heureux que lorsqu'on le prends dans ses bras
D'Antoine de Colbosc à Eric de Saint Paër, le 22 janvier 1654


« Le moins que l'on puisse dire sur les fils de Cadet la perle c'est qu'ils ont hérités de plusieurs traits de leurs ancêtres. Je peux à titre d'exemple vous conter une anecdote mettant en scène le troisième fils du prince. Alphonse de Lorraine va sur ses dix ans, il me semble. En me rendant chez Henri de Lorraine j'ai malheureusement abîmé le sabot de mon cheval. Alors que je me rendais à l'écurie pour vérifier que les palefreniers avaient convenablement accomplis leur travail, j'eut la surprise de croiser une minuscule silhouette sur mon chemin. Le jeune Alphonse s'efforçait visiblement de quitter les écuries en catimini. Je le rejoignis donc, surpris de le voir ainsi esseulé, et me rendit compte qu'il était couvert de poussières et de brindilles! Il se tenait maladroitement le poignet et semblait au bord des larmes. Pourtant me voyant, il releva le menton dans ce mouvement que son père nous a tous infligé au moins une fois. J'eut toutes les peines du monde à le convaincre de me raconter ce qu'il faisait là et comment il s'était démis le poignet! Finalement il m'avoua être sorti du château durant la leçon de latin de ses ainés pour chevaucher la jument de son frère Louis. Visiblement on lui avait refusé la monte du pur-sang au prétexte qu'elle était trop fougueuse pour lui. Et là nous avons une première démonstration de l'esprit guisard du garçon qui piqué par un tel argument s'empressa de démontrer qu'il était aussi bon cavalier que son frère  !Malheureusement le talent n'était guère à la hauteur des ambitions et il connut une chute humiliante. Seulement, bon sang ne saurait mentir  ! Au lieu de geindre, Alphonse ramena la jument et avait pour projet de dissimuler son poignet blessé pour ne point avouer son échec ! Échec qui l’a tant humilié qu’au lieu de demander des soins, il me supplia de ne rien dire. Craignait-il la punition le menaçant ? Peut être. Redoutait il d’avouer un échec face à ses frères ? Sans le moindre doute. Voilà mon avis un des nombreux exemples de la descendance d’Henri de Lorraine, descendance qui se révèle pleine de promesse. »
*******

Château de Harcourt, 13 février 1655.


« Cessez de vous agiter mon fils ! »

Alphonse eut un soupir puis une grimace boudeuse avant d’aller s’asseoir près de madame sa mère alors qu’une femme de chambre la coiffait. Le petit garçon eut un regard noir pour la femme au généreux poireau sur la narine droite. Il l’aimait pas vraiment, elle avait une odeur aigre et des regards noirs ! D’ailleurs il savait que c’était à cause d’elle qu’il était convoqué ici alors que ses frères jouaient dans la neige ! Elle avait tout raconté pour le vase et la boule de neige ! C’était même pas de sa faute en vrai. Déjà la bataille c’était une idée de ce niais de Philippe ! Et cet abruti de Charles pouvait pas aller se cacher dans le château ! C’était sa faute ! Enfin la leur ! En tout cas pas la sienne ! Lui il avait fait que lancer la boule ! Sa vie était vraiment trop injuste ! Et mère qui disait rien laissant la vieille moche au poireau s’occuper d’elle. 


Le petit garçon s’empara d’un pot remplie de rouge et l’observa en attendant qu’on s’intéresse à lui. Il plongea son doigt dedans et en ressortit un index incarnat. Il sourit et s’en mit un peu sur les joues pour dessiner des choses.



« Cessez cela ! »



Il grogna mais obéit à sa mère. Le pot fut reposer mais à la mauvaise place et on lui envoya un regard noir. Il alla s’appuyer contre la coiffeuse en croisant les bras et en relevant le menton comme le faisait Louis quand il imitait père. Son pied s’agita un peu sur le sol tandis qu’il attendait. Finalement le silence eut raison de sa patience et il donna un petit coup au bichon de mère qui trainait dans le coin. Qu’elle dégage cette sale bête ! Elle était moche en plus avec ses poils lui tombant dans les yeux !



« Alphonse ! »



Il eut une moue peinée et recommença à déplacer en silence le maquillage de sa mère. Cette dernière le laissa faire comprenant qu’elle ne pouvait guère plus le contrarier.



« Je vous ait vu monter hier. »

Il se tendit et tenta de se remémorer la chevauchée de la vieille. Il s’était tenue plus droit que Philippe mais avait quand même reçu une volée de reproche parce que ses mains étaient trop hautes et trop sèches sur les rênes. Machinalement il déplaça deux pots de fards en attendant le verdict. 


« Vous aviez belle allure. »

Le compliment fut accueilli par un sourire d’autant plus radieux que les éloges ne lui revenaient que trop rarement, après tout il n’était ni l’ainé, ni aussi sage et brillant que Raymond. Marguerite songea qu’avec un sourire pareil, le garçon pourrait sans doute provoquer la débâcle d’une rivière, même en février. 



« Mais vos versions étaient au mieux médiocres et vos précepteurs s’en sont plaint. »

Evidemment. Les comtes de Harcourt étaient normands jusque dans leurs compliments. Ces dernier n’étaient pas capable de se contenter d’un oui ou d’un non, d’un excellent ou d’un mauvais. Il fallait que ce soit l’un et l’autre en même temps. Certains y voyait une preuve de pondération, Alphonse n’y trouvait qu’une source d’agacement. On ne pouvait avoir de joie pure en ces lieux moroses et pluvieux, il fallait toujours que quelque chose vienne la diminuer. On ne goûter que les réussites mitigées, les victoires douces amères et tout se fondait dans un environnement aussi gris et froids que le ciel hivernal.



« Nous repartons pour le front dans trois jours. » déclara sa mère.



Il sursauta et se rendit compte que pendant qu’il suivait le cours de ses pensées, elle s’était assise devant un ravissant secrétaire et lisait sa correspondance. Elle le regarda et arqua un sourcil surprise et moqueuse devant la présence de ce garçon aimé mais actuellement importun. Il salua et quitta les appartements.

Il faisait froids et humide et il glissa ses mains entre les bras et les côtes pour les protéger alors qu’il se rendait dans la salle d’études où des versions l’attendaient.
*******

De Luc de Saint Paër à Anne de Saint Paër, 17 juillet 1655

«  Le contraste est encore plus violent chez le petit Alphonse. Cet enfant occupe autant d’espace que le reste de sa fratrie, toujours rieurs, toujours souriant et toujours prêt à courir partout surtout dans les pires ennuis. Mais que son père donne un ordre et fronce le sourcil. Alors le silence se ferra. Le plus bouillant,  des enfants est aussi le plus adapté à la vie militaire et sa rudesse, je pense. Il faut le voir supporter les chevauchées sans qu’une seule plainte ne franchisse ses lèvres mordues jusqu’au sang ou l’entendre aboyer des ordres imitants sergents et sénéchaux. Ce qui lui vaut un grand attachement des hommes finalement. Bruyant dans sa joie et ses agacements, il devient étrangement silencieux et inexpressif dans ses douleurs, hargneux et dur, froids comme l’acier. Puis il redevient un enfant rieur et insupportable qui fait s’arracher les cheveux de ses tuteurs dès lors que la douleur est passée. »
D’Alphonse de Lorraine à Armande de Lorraine, 18 mars 1656

« Louis est furieux et comme Louis est furieux, Philippe est ravi. Personnellement je suis heureux de quitter l’Alsace, il y fait toujours si froids et humide ! Mais Armagnac est tout aussi mortellement ennuyeux. J’aimerais que l’on se rende plus loin. Beaucoup plus loin ! La France est si étriquée, tout s’y ressemble, tout s’y passe toujours de la même façon. J’aimerais pouvoir galoper loin du latin et de l’arithmétique ! Il y a pas longtemps j’ai rencontré un homme revenant des Indes ! Qu’est ce que je ne donnerais pas pour partir avec lui… Pourquoi suis je née noble et non commerçant? J’aurais put me rendre là-bas ou dans le royaume de Siam ou au Japon dans ces contrées merveilleuses où les gens ont les yeux entièrement noirs et font tant de choses fabuleuses. Ils ont même inventé les feux d’artifices. A propos savez vous que l’on prévoit d’en tirer de merveilleux pour fêter l’anniversaire de Raymond?"
   



Le chevalier



D'Antoine de Colbosc à Eric de Saint Paër, le 10 juin 1661

« Le garçon n’en démords pas. Il partira pour Malte avec ou sans la bénédiction paternelle ! Après tout sa charge est payée, son titre acquis et ne lui manque plus que les caravanes. Et les caravanes, il les fera quoi qu’on en dise ! Seigneur, je n’ai jamais entendu autant de cri que lorsqu’il a tenu tête à son père. Bien entendu chacun sentait cette dispute gronder à mesure que les récriminations du prince se faisaient plus mordante. Finalement, il ne tient plus dans la vie de campement et de château. Le blâme est retenu sur celui de ses précepteurs ayant eut la mauvaise idée de lui transmettre des carnets de voyages et des textes sur des expéditions toujours plus lointaines. La messe est dite. Alphonse partira dans une semaine. »
D’Armande de Lorraine à Alphonse de Lorraine, le 11 mai 1663

« Vous manquez à tous mon frère. Pourquoi ne vous arrêtez vous pas entre deux expéditions et deux courses pour revenir auprès des votre? Vous ne connaissez même pas vos neveux et nièces. Vous pourriez repartir à Malte plus tard si vraiment les embruns de la méditerranée vous manque trop. Je dois ajouter à ma requêtes les inquiétudes que je ressens immanquablement lorsque vous parlez de vos affrontements. Et ce d’autant plus que je sais que par amour fraternel vous édulcorez votre récit. Cependant malgré vos touchantes précaution je sais la dure vie que vous menez alors que ce n’est pas nécessaire. Ne pourriez vous pas troquer cette croix et cette épée que vous n’aimez que trop pour une soutane qui vous revient tout au temps de droit ? »
*************


Malte, le 30 mai 1663

La pointe blanche et aigüe se teinta d'un noir aux reflets bleus et goutta un moment avant de se poser doucement sur le papier blanc. Elle demeura un moment suspendue, en équilibre précaire sans dessiner la moindre lettre. Finalement, elle fut repousser négligemment et alla salir le bureau. Deux longs doigts tâchés d'encre se portèrent jusqu'à une bague en or et la firent tourner dans un mouvement machinal. Un pied nu se mit à tapoter impatiemment le parquet tandis que les pensées commençaient à filer loin de la correspondance que l'on tentait d'entretenir. La lettre qu'il se devait d'écrire se trouvait à mi-chemin entre le récit et la justification, un exercice délicat auquel il n'aimait pas se plier. L'énonciation brutale de faits lui convenait plus mais ne saurait satisfaire son interlocutrice. Ce n'était pas un rapport dans lequel, on se contentait de lister les pertes, les morts et les blessés pour en conclure à une glorieuse victoire. Sans pouvoir s'en empêcher une main calleuse alla toucher un bandage irritant couvrant le torse. La douleur allait demeurer quelque temps et la marque elle ne partirait plus, sans doute diminuerait elle et pâlirait elle mais elle restera là.

Contrarié par son incapacité à rédiger une correspondance convenable, Alphonse repoussa sa chaise dans un raclement sonore et traversa sa chambre en deux enjambés pour se servir un verre d’eau, avec cette chaleur le vin risquait de lui être fatal. Le liquide clair coula un peu à côté de ses lèvres et il l’essuya du dos de la main. Les marques blanches de ses cicatrices apparurent à la lisière de son champ de vision et  il grimaça, il les avait presque oubliés. Elles dataient d’avant Malte après tout. Un de ses premiers affrontements alors qu’il servait encore dans l’armée pour son père et non pas pour lui. Soupirant il retraversa sa chambre, envisageant au passage de mettre une chemise mais finalement l’idée ne lui convenait pas. Finalement, il alla s’accouder sur le rebord d’une fenêtre pour regarder ce qui se passait au dehors. Un soleil paresseux se couchait déjà sonnant la fin d’une journée aussi désoeuvrée que la suivante et remplie de frustrations. L’inaction lui pesait plus que tout, ce n’était pas pour relire la vie de St Augustin qu’il avait rejoint l’ordre de Malte. Il vivait pour les courses, mot fort aimable pour les actes de pirateries qui enrichissaient considérablement l’ordre, les caravanes, le service, les batailles en mer. Il ne vivait certainement pas pour passer son temps dans sa chambre à attendre qu’une stupide blessure se décide à soigner. Cela il aurait aimé pouvoir l’expliquer à sa soeur. Sa religieuse de soeur ayant grandi dans les livres et la prière ne pouvait pas le comprendre.

Il avait besoin de se battre et de mener une guerre ou une autre. Il aimait ça plus que tout. En fermant les yeux il pouvait entendre le fracas d’une bataille et sentir de nouveau son coeur battre à toute allure. La guerre était sale et puante, même en pleine mer mais elle lui convenait infiniment mieux que la presse ou la gestion d’une abbaye. Il aimait entendre les canons et les mousquets, voir un incendie se déclarait sur le navire adverse. Il adorait le son de sa lame heurtant une autre lame et chérissait ce moment où il achevait un ennemi. La fièvre des combats était une chose qu’il chérissait plus que tout et dont il ne pouvait se passer, pas pour l’instant. De façon assez surprenante les engagements en soit n’étaient pas la seule chose lui plaisant.

Même la discipline militaire à laquelle personne ne le pensait capable de se soumettre lui convenait parfaitement. Par dessus tout il appréciait le commandement qu’on lui confiait de plus en plus souvent. Il aimait prendre des décisions dans le feu de l’action, surtout quand des choix périlleux et controversés portaient des fruits au delà de ce qu’il osait espérait. Et puis il goutait la place au soleil qu’on lui laissait enfin, loin d’une horde de frères et de domestique.

Et quel soleil ! Malte n’était en rien semblable à la France et lui permettait de respirer. Rien que ce coucher de soleil était une raison suffisante. En Alsace on se contentait d’une lueur froide, si froide même dans ses reflets d’or. On apprenait à voir les choses crûment sous un éclairage blanchâtre faisant ressembler les gens à des maccabés, le monde semblait si dure et rempli de défaut. Ici, tout semblait d’or et de douceur. On plissait les yeux à cause de la douceur de la lumière qui vous enveloppait dès le matin. Le vin était plus doux, le temps plus clément et les éclats du soleil mettait en valeur les qualités et pas les défauts. Même alors qu’on le prétendait faussement convalescent, il semblait que rien ne pouvait détériorer son humeur, pas tant qu’il aurait la mer sous les yeux et que la chaleur réchaufferait sa peau.

Et pourtant alors même qu’il pensait cela, il eut conscience d’un double mensonge. Sa famille lui manquait, même la pluie froide et française lui manquait. Les lettres que chacun lui écrivait selon son envie, soyons honnête Charles était un piètre correspondant, ne suffisait pas à remplacer l’absence de ceux avec qui il avait grandi. Sa soeur le connaissait et le savait. Au fond il aurait aimer les revoir. Bon sang, même les disputes lui manquaient. Cet nostalgie grise et pluvieuse, il la mettait soigneusement de côté en se concentrant sur ce qui lui convenait plus dans sa vie au sein des hospitaliers. Puis un autre sentiment s’était insidieusement glissé dans son esprit. Une insatisfaction d’abord vague puis de plus en plus forte. L’impression que bientôt Malte serait une cage au même titre que la France. Le pressentiment que le minuscule ilot ne lui suffirait bientôt plus, pas plus que les comptoirs dans lesquels il se rendait de plus en plus souvent. Alors que son regard se portait vers les flots ce n’était plus l’apaisement qui lui venait mais un sentiment plus âcre. La vision de plus en plus amer des opportunités qu’il gâchait. Il voudrait aller plus loin. Malte avait renforcé un appétit qu’il subissait depuis l’enfance. Il voulait voir plus de chose, visiter plus d’endroit. Constantinople ! Jérusalem ! Le Caire ! Ces villes et les pays qu’elles cachaient derrière leur nom l’appelaient de plus en plus. Et encore plus loin, il se surprenait régulièrement à penser à des  contrées plus lointaines sur lesquels circulaient plus de contes que de vérités. Siam le tentait depuis qu’on lui en avait parlé, comme les Indes ou cette mystérieuse Chine ayant l’audace de se croire supérieure à la France. Il voulait les voir par lui même, ne plus se contentait de mettre un nom sur une carte. Malte lui convenait, mais pour combien de temps encore ! Il eut une grimace de frustration et tapa le rebord de la fenêtre du plat de ses mains. Rien ne servait de plus se tourmenter. Il se passa la main dans les cheveux en songeant que bientôt il allait devoir les couper. Mais en attendant, rien ne servait de rester seul. 


*************


De Camille Aldobrandini à Alessandro Caluso, le 18 novembre 1664

« Je ne nie pas ses qualités mon cher, elles sont nombreuses. Il est bien né à défaut d'être riche. Il nous a démontré plus d’une fois ses capacités de commandement. Sa décision dans l’affaire avec les turcs nous a permit une prise remarquable, bien qu’il n’aurait jamais dût passer outre les ordres de sa hiérarchie. Et cela montre bien le problème, il est capable d’une suffisance difficilement supportable et en dehors de son service cause quantité de problèmes. À titre d’exemple nous pouvons tout à fait citer le duel de la veille. Un chevalier avait insulté son frère. Reconnaissons que la chose est aisé si la moitié des bruits que l’on entends à propos du chevalier de Lorraine est vrai. Le chevalier de Harcourt pouvait donc se permettre une légère vexation au nom d’un sens familiale de bon aloi. Aller voir l’impudent et l’effrayer aurait suffit. Quel besoin avait il de lui lancer son gant à la figure en l’insultant dans une langue des plus colorées. J’interromps là mon histoire pour préciser que les insultes furent telles que plusieurs soudards rougirent en entendant celles qu’ils comprenaient. Le duel eut lieu. Il aurait put avoir le bon sens de s’arrêter au premier sang ayant ainsi prouvé sa supériorité. Mais non, il me tua net et ne montrât pas le moindre regret si on en juge par l’alcool qu’il offrit à ses amis à la suite de l’incident. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autre du caractère impulsif et ombrageux du prince de Lorraine. Aussi je vous conjure de réfléchir avant de lui accorder une nouvelle distinction et de ne pas vous laisser avoir par son naturel rieur. »
D’Alphonse de Lorraine à Armande de Lorraine, le 25 décembre 1665

« Ici les pluies qui tombent sont froides mais nous n’avons guère d’espoir de neige. Malheureusement les vents sont tels qu’il semble actuellement difficile d’envisager la moindre course d’importance et chacun se retrouve à ronger son frein en attendant le retour d’un temps plus clément. Les occupations varient mais j’en ai profiter pour lire les ouvrages que vous m’avez envoyé et me lier avec quelques italiens romains qui nous seraient apparentés. Je reçoit de plus en plus de lettre de mère qui me supplient de rentrer pour m’entretenir avec père avant son trépas. La chose semble complexe étant donné que, et je vous avoue que cela me plait, je prends de plus en plus d’importance et d’influence au sein de l’ordre. Aussi je vous demande d’adoucir cette nouvelle auprès de notre mère et d’adoucir les sermons sur la piété filial que vous ne manquerez point de m’envoyer."

   

Le prince



D’Armande de Lorraine à Alphonse de Lorraine, le 6 mars 1666 :
« Pour la dernière fois mon frère, je vous en conjure revenez auprès de notre père et soyez présent lorsqu’il rendra son dernier souffle. C’est votre devoir de fils et vous ne pouvez plus vous dissimulez derrière les devoirs que vous avez admirablement accompli sur cette île si lointaine. En tant que fils vous devez rendre hommage à votre père, en tant que fils vous devez être au côté de votre mère et vous avez aussi des devoirs en temps que frère. Je vous le dis pour la dernière fois revenez ! »


*************


Paris, Hotel de Guise, le 30 mars 1666


Le cheval déboula dans la cour des offices avec un fracas de sabots et son cavalier le força à passer du galop à l’arrêt avec un coup des plus secs sur les rênes. La monture broncha mais s’exécuta alors que son maitre sauter à terre dans un grand mouvement de cape. Plusieurs soldats échangèrent un regard surpris alors qu’il commençait à monter les marches de la terrasse haute, les talons de ses bottes crottées claquant gaiement sur le marbre qu’elles salissaient allègrement. Les visiteurs étaient nombreux à l’hôtel de Guise mais jamais le mardi et encore moins alors que seule la duchesse était présente et malade. De plus l’impudent bien que vaguement familier pour certains gardes ne ressemblait guère à un des nombreux habitués qui débarquaient à toute heure dans la cour. Aussi ce fut l’un des sergents présentant le mieux qui choisit de venir demander à l’inconnu s’il avait besoin d’aide. Ce dernier releva le haut de son chapeau dévoilant deux yeux d’une clarté surprenante et répondit d’une voix joyeuse.



« J’avoue ne plus très bien me souvenir de l’emplacement du salon. Et mon cheval aura besoin d’eau.  »



Il réfléchit un moment en agitant un index devant ses lèvres avant de conclure.

«  Et il faudrait trouver un endroit où loger mes hommes, mais je ne doute pas que vous en soyez capable. De plus ils ne sont que 4. Mon valet m’a abandonné avant même que je ne mette un pieds sur le bon.  »

Puis il pencha la tête de côté avec le sourire du maitre content d’avoir donné des ordres adéquats à un serviteur un peu lent mais finalement aimé. Il attendit un moment un de ses sourcils s’élevant de façon incroyable et creusant de nouvelles rides sur son front. Le sergent dévisagea l’inconnu le trouvant étrangement familier avec ses cheveux bouclés et son visage mince, mais ne parvenant pas à comprendre pourquoi. Finalement il demanda :

« Pardonnez moi monseigneur, mais est ce que madame la princesse de Guise vous attends ?  »

L’autre eut une expression surprise  puis répondit dans un haussement d’épaule.


« Heureusement non, sinon ma tante aurait au moins eut la politesse de venir m’accueillir n’est ce pas?  »

Ce fut un domestique antédiluvien que tout le monde soupçonnait d’espionnage pour le compte d’Henri de Lorraine qui sauva la situation en s’inclinant devant l’arrivant et en prononçant d’une voix qui réussissait l’exploit d’être à la fois tremblante d’émotion et pisse vinaigre.



« Mon prince ! Cela fait si longtemps.  »

Alphonse de Lorraine le regarda en arquant un sourcil clairement moqueur tandis que ses lèvres se pinçaient de mépris. Soudainement aucun témoin de la scène ne put douter de son affiliation.



«  Proportionnellement à votre âge pas tant que ça.   »

Puis il entreprit de le contourner en retirant son chapeau pour laisser apparaitre une chevelure bouclée. Il regardait autour de lui en avançant à une allure particulièrement rapide confondant de toute évidence l’hôtel avec une de ses galères. Sans un regards pour le domestique il énonça.



«  Je vais me laver. Je pue affreusement. Faites donc préparer un bain dans mes appartements, et je n’aimerais pas frotter mon dos moi-même.  »

Le domestique tenta

« Monseigneur, personne n’a donné d’ordre concernant votre arrivée.  »

Alphonse acquiesça distraitement en lançant sa cape au hasard, cette dernière finissant par atterrir à la figure d’un page qui avait eut la mauvaise idée de passer par là.

« Ah oui. Je ne les ait pas prévenu… Mais vous avez de l’eau non?  »

Il continuait d’avancer tandis que l’on glissait timidement…


«  Mais vos appartement ont été attribué à madame de…   »

Il s’arrêta entre deux marches et regarda celui de la horde de domestique qui tentait de le contenir ayant eut le culot d’essayer de l’informer.



«  Faites les préparer. » ordonna-t-il d’une voix sèche « Et lavez les à grande eau. L’idée que quelqu’un ait couché dans ma chambre est révulsante  »

Il continuait son parcours sans but précis tandis que l’on tentait une fois de plus de le faire revenir dans le monde réel.



« Mais les affaires de madame…  »

Il eut un geste de mépris souverain.

« Mettez les dans les combles pour qu’elles n’encombrent pas le passage et cessez de me déranger avec ces menus détails. C’est exaspérant !  »

Il s’arrêta un moment comme frappé par une réalisation et tous se mirent à espérer un court moment que le prince allait prendre conscience de ce qu’il faisait.



« Mes vêtements me suivent de loin. Donnez moi les affaires de Raymond pour me changer… D’ailleurs je me laverais dans sa chambre en attendant que la mienne soit prête.  »

Ses victimes retinrent péniblement leur grimace en imaginant la réaction du prince lorsqu’il découvrirait qu’on s’était servi dans sa garde robe, même pour habiller son grand frère fraichement débarqué.

Alphonse continuait d’avancer.


« A propos, il fait toujours froids comme ça à Paris? C’est ignoble. »

Il marqua une pause



«Après mon bain, je prendrais une collation dans le petit salon.»

Il ajouta encore un peu

«  Prévenez ma tante mais pas mes frères, autant leur faire la surprise.»

Enfin il acheva avec un mélange d’exaspération et de dédain



«Je n’ai besoin que d’une personne pour me montrer mon chemin et elle ne peut le faire que si elle marche devant. »

*************



De Marie de Guise à Henriette, abbesse de Soisson


« 
Et donc voilà mon neveu qui soudainement apparait dans mon hôtel ! S’attendant naturellement à ce que  des appartements lui soit donnés dans l’heure.  Le pire étant que j’ignore comment mais il a réussit à m’amadouer et à me convaincre de les lui laisser, louvoyant entre les remontrances que je serais tout à fait autoriser à lui faire. Quoiqu’il en soit je lui ait demandé pourquoi nous ignorions son arrivée. Il m’a alors expliqué qu’il ne s’était décidé qu’après une lettre de sa soeur sans que personne ne puisse prendre des dispositions pour nous prévenir. Il a ajouté qu’il a galopé pour ainsi dire sans s’arrêter depuis Toulon et qu’aucun messager n’aurait put nous rejoindre plus vite qu’il ne l’a fait. Ses explications me semblent plausibles, quoiqu’elles ne reflètent pas le comportement que l’on pourrait attendre d’un homme de sa condition. De fait je le soupçonne d’avoir tout mit en oeuvre pour qu’aucun bruit concernant son arrivée ne filtre.  La preuve en est qu’il a farouchement refusé que je prévienne ses frères de son arrivée. Ils ne vont d’ailleurs pas tardé à le découvrir et je ne manquerais pas de vous racontez ce qui se produira. »



D’Alphonse de Lorraine à Armande de Lorraine


« 
Suivant vos souhaits, ma soeur, je suis retourné en France et je rejoindrais Royaumont en même temps que mes frères de façon à présenter un hommage mérité à notre père. À la suite de quoi j’ignore encore combien de temps je resterais et où je resterais. Je ne manquerais pas de vous tenir au courant et j’entretiendrais notre correspondance avec le même soin à Paris qu’à Malte.

Sincèrement,
Votre très dévoué et aimant frère, Alphonse »




Dernière édition par Alphonse de Lorraine le Mar 9 Déc - 22:30, édité 16 fois
avatar
Invité
Invité


Lun 8 Déc - 22:53

Ôtez le masque !



Prénom (Pseudo) : Bénédicte † Âge : presque celui de mon perso  † Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ? Longue et douloureuse histoire † comment trouvez-vous le forum ? Choupinouchou † Le code du règlement : Les licornes domineront le monde ! (oui j'irais le chercher plus tard) † Une citation/ phrase à mettre sous le vava (qu'on mette avec l'image de votre groupe Very Happy) ici † Un dernier mot ? Mouhahahaha, prenez garde Mortemart et autre Bourbon, les Lorraine aussi se multiplient

test rp, un minimum de 300 mots est demandé:
 
avatar
Invité
Invité


Lun 8 Déc - 23:14

Ayeeeest elle nous le faait Tayaut

Louis me fait dire qu'il a papeurdepersonne

Monsieur souhaiterait mettre à l'épreuve la curiosité d'Al aussi

Ah et question de ma part : est-ce que le fait que ton personnage s'appelle comme celui de FMA a influencé ta décision de le prendre quand même , *tend un micro*
avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 8 Déc - 23:36

Oh la bonne surprise de fin de journée : mon petit frère tout beau tout parfait ! nétoiles

Bah voilà maintenant j'ai hâte de lire la suite ! Super début de fiche : j'aime beaucoup !! fan attitude

Monsieur : peut-être qu'il faudrait créer "l'opportunité" pour cela ?
avatar
Invité
Invité


Lun 8 Déc - 23:49

Aaaaaw que d'amour pour mon arrivée

T'as vu comment je gère trop hein grand frère? sauvage
J'suis hyper contente que mon début de fiche vous plaise nétoiles hop hop

Mouarf, j'fais confiance à Monsieur pour créer l'opportunité

Monsieur Viiiiiiiiiiiiiiii Kyaa Kyaa Kyaa Tu me connais décidément beaucoup trop bien Ducky chéri , je pensais que tout le monde passerait à côté de ce détail (et c'est aussi pour ça que je refuse qu'on l'appelle Antoine)
avatar
Invité
Invité


Mar 9 Déc - 9:25

J'aime ton incapacité à résister à la pression. C'était écrit : ce nouveau compte te tendait les bras ♥️

Et tu connais mon avis sur le début de cette fiche, autant que sur le perso nétoiles

(Je continue de voter Sam Claflin)

_________________________

QUELQUE CHOSE APPROCHANT COMME UNE TRAGÉDIE† Un spectacle ; en un mot, quatre mains de papier. J’attendrai là-dessus que le diable m’éveille.  (c) P!A
avatar
Comédienne aux 1001 masques.Comédienne aux 1001 masques.
Titre/Métier : Comédienne
Billets envoyés : 1036
Situation : Officiellement célibataire, officieusement passe un peu trop de temps chez Gabriel de La Reynie
Crédits : AvengedInChain / P!A

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 16 Déc - 11:11

TU ES VALIDE(E)


Ca m'est complètement sorti de la tête ! mince

Désolé de t'avoir fait attendre, mais en même temps ta fiche était tellement bien que pour moi tu étais déjà validé alors bon

Alphonse va faire des malheurs sur Vex en tout cas ! Je sens que ton toitoi royal est un peu suspicieux non ? Le mien en tout cas l'est x)


A FAIRE IMPÉRATIVEMENT : Recenser ton avatar pour éviter l'invasion des clones - Fiche de Rp pour commencer à jouer - Fiche de lien pour se lier avec les autres membres - Prendre connaissance du système de dès pour maîtriser la fortune autant que faire se peut.
Les liens qui peuvent servir :
Une petite faveur? maison, rang ou charge? - Les connaissances pour mieux savoir et ne pas être pris au dépourvu Explication du système de points : Gagnez et dépensez !

Bon jeu sur Vexilla Regis!

avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 16 Déc - 13:32

C'est beau, c'est magnifique, y a rien à redire ^^
avatar
Invité
Invité


Mer 17 Déc - 10:44

Le clan des Lorraine s'agrandit... Malédiction ! Razz *Gaby a même pas peur, les Mortemart garderont toujours l'avantage*

Cette fiche est superbement bien rédigée, j'ai adoré ma lecture. La description du personnage est parfaite. fan attitude
avatar
~•Ventis •Immota Superbit•~
~•Ventis •Immota• Superbit•~
Titre/Métier : Marquise de Thianges, comtesse de Chalancey
Billets envoyés : 404
Situation : Mariée, mère de trois filles et d'un petit garçon...

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 17 Déc - 12:30

Que de compliments

Moi aussi je vous aimes les petits choux ^^

Et Gaby tu devrais avoir peur parce que 2 Lorraines ça vaut carrément 4 mortemarts !
avatar
Invité
Invité


Mer 17 Déc - 12:57

J'crois pas non Razz
avatar
Invité
Invité


Mer 17 Déc - 14:31

Bienvenu!!!
avatar
Invité
Invité


Sam 20 Déc - 14:32

Bienvenue parmi nous Very Happy
avatar
Invité
Invité


Sam 20 Déc - 18:53

Bienvenue m'sieur :guh: :gnahah:
avatar
Invité
Invité


Lun 22 Déc - 18:55

Je sais, j'ai du retard ! Mais au moins, j'ai tout lu !

BIENVENUUUE ! What a Face
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé

Conquérir est notre destin - Chevalier de Harcourt -

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Conquérir est notre destin - Chevalier de Harcourt -
» La mer est si imprévible, tel notre destin impétueux (terminé)
» Le fil rouge du destin • Poussy
» En route vers notre Destin!
» L'ironie du sort, c'est la face cachée de notre destin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Les Fiches de Présentation-