Partagez | 

 Lyssa Celeste di Milena


Sam 9 Juil - 21:54

Lyssa Celeste di Milena

(Ft. Cara Delevingne)

1. Identité

Métier/Titre(s) : Bâtarde d'Évêque & Nonce apostolique.
Âge : En réalité, 16 ans. Pour tous, 17/18 ans (à un poil de cul près !)
Origines : Italienne, du sud.
Langue(s) parlée(s) : Italien Parfait, Français excellent & Latin bon.
Situation amoureuse: Célibataire !
Religion: Chrétienne catholique.
Groupe: Payenne, parce que les rites païens, c'est marrant. Non, en réalité, simplement, car Milena, est le nom du Nonce apostolique et qu'on ne met pas dehors la nièce de celui-ci, sous prétexte, que sa tête ne nous revient pas, quoique ... Et entre le minois ingénu, l'amour qu'elle possède pour les fêtes, l'animation, l'art et ses goûts en matière de mode bien à elle, il serait dommage qu'elle soit mise à la porte.
QUE PENSER DES POISONS ? A BANNIR OU LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS ?   Lorsqu'on n'a pas de réelle place, ou qu'on essaye de s'en faire une, la fin justifie les moyens et de loin ! Et puis, c'est toujours utile de savoir empoisonner si on veut que papa soit cardinal un jour ... Voir Pape.

TROIS VOEUX SONT OFFERTS A VOTRE PERSONNAGES, LESQUELS SONT-ILS ? : Le premier : que les religieux puissent avoir des enfants et qu'elle soit légitimée. Le second : être plus riche que riche. Le troisième : pouvoir danser éternellement, sans ressentir de courbatures ou fatigue.

SE SENT-IL EN SÉCURITÉ ? : Non. Jamais.

QUEL EST SON RAPPORT À LA RELIGION ? : Elle est croyante, elle prie, elle fait ce que papa demande. Néanmoins, elle l'ennuie profondément, lorsqu'elle doit assister à une messe, plutôt qu'à une représentation ou qu'elle pourrait être à un endroit, où la connaissance du Latin n'est pas obligatoire, pour savoir POURQUOI on prie et ce que l'on demande durant cette prière.

UN CAUCHEMAR RÉCURRENT ? : La mort de son père et sa déchéance la plus totale.

QUELLE EST SA PRINCIPALE AMBITION ? : Se faire sa place, en France ou en Italie et trouver un moyen d'assurer son avenir, en gardant son secret précieusement.


2. Anecdotes
Vénale ◊ elle danse comme une nymphe, semble glisser sur de l'eau invisible, mais chante comme un pied. ◊ Placer ses cheveux sur l'épaule lorsqu'elle parle. ◊ L'art. ◊ Elle possède une belle confiance en elle. ◊ Elle considère le rouge à lèvre comme quelque chose de vulgaire.◊ Elle cligne des yeux plusieurs fois, lorsqu'elle est surprise. ◊ Découvrir le monde. ◊ Elle à le sang chaud. Elle réagira à vif à une situation, bien qu'elle tende à devenir plus réfléchie ◊ elle ne bois que du vin rouge. ◊ Elle juge toujours en premier la couleur de cheveux d'une personne, puis sa taille. Au plus s'est foncé, au plus elle s'en méfiera, au plus on est grand, au moins elle se méfiera. ◊ Lancer des cailloux sur les pigeons. Elle ne les aime pas. ◊ Ornera ses doigts, pour les faire paraître moins fins.

3. Derrière l'écran
Prénom/Pseudo : Chrys † Âge : 21 ans (mon anniversaire, c'est le 24/12)  † Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ? Il y à deux ans, par un forum de recensement de forum RP ! † Comment trouvez-vous le forum ? Mieux que la version précédente :p † Rang Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau? ( Oui, c'est d'Alice, Oui, c'est illogique, mais j'aime Smile  † Crêpe ou gaufre ? (Une question existentielle !) Gauffre au nutella avec boule de glace vanille et jamais de chantilly, je déteste ça ! † Le mot de la fin ? Vous aimez ma nouvelle présentation? Je vais la remanier, légèrement !


Dernière édition par Lyssa Celeste di Milena le Sam 9 Juil - 23:53, édité 3 fois
avatar
Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau ?Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau ?
Billets envoyés : 109
Situation : Célibataire

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 9 Juil - 21:55

Histoire

“La folie est un don de Dieu.”

Lyssa Céleste. Un prénom aux sonorités exquises, pour une enfant, qui le serait surement tout autant, un prénom céleste, pour un père envoyé pour prêcher la parole de dieu. C'est une Sicilienne, elle est belle, et elle a fauté avec un homme de dieu, elle l'a aimé, alors que son mari était malade, maintenant elle aime cette enfant. Pour s'éviter un déshonneur total, elle fait passer l'enfant pour celle de son époux, emporté, durant sa maladie, mais elle le sait. Elle sait, que l'enfant n'est pas de lui, cela faisait longtemps, que le lit conjugal s'était vidé pour laisser place à un mariage froid, suite à leurs nombreuses tentatives pour avoir l'enfant qui hériterait des imprimeries possédées par leurs familles respectives.
Une femme seule, avec un enfant, même veuve, c'est mal vu, surtout lorsque la femme en question est propriétaire d'imprimeries, offrant des revenues assez confortables, qu'elle est très belle et assez jeune pour donner naissance à de beaux mâles, qui hériteraient à la place, de la chétive créature blonde à laquelle elle avait donné naissance. C'est donc, un an après la naissance de sa petite étoile céleste, que la jeune femme se remaria avec un homme, un peu plus âgé qu'elle, il avait eu le malheur, d'avoir une épouse morte en couche, avec son enfant en son sein et perdu les deux alors. Il prit la main sur la gestion des imprimeries et accueilli à bras ouvert le moineau fragile de son épouse, comme si elle été sienne. Lyssa grandis donc sous le sourire bienveillant de ce père. Vers l'âge de cinq ans, après une fausse-couche de sa mère et une fausse alerte, elle eut un petit frère, sur lequel, elle se plut à veiller, jusqu'à que la chaleur l'emporte. Le chagrin fut grand pour toute la famille, le couple cessa alors ses tentatives, ce beau-père, préférant ne pas risquer la vie une nouvelle fois, de son foyer. La petite blonde, fut instruite dignement, et même initié à quelques calculs, en plus des petites broderies qu'elle parvenait à faire, mais ce petit bonheur ne dura pas, il s'arrêta brutalement un jour de se sept ans.

Durant une nuit, d'été, un incendie se déclara dans l'une des imprimeries, le couple se rendit sur les lieux pour éteindre le feu, et les deux, perdirent la vie, ainsi que plusieurs habitants venus les aider. La fillette, restée dans la grande maison bourgeoise, héritière, de l'argent et des imprimeries, trouva sa tutelle convoitée, mais loin, des discutions d'adultes, elle fouilla plutôt la maison, notamment les affaires de sa mère, cherchant à savoir à quoi ressemblait son père, son véritable père, pas celui-ci qui l'avait élevé. Alors, une vérité enfouie surgit, lorsqu'elle lut cette lettre.

Citation :
Leandro,

Cette lettre, je vous l'écris, en sachant, que jamais vous ne la lirez, mais j'ai besoin de l'avouer, sur du papier. Il y a des mois, j'ai péché, vous aussi, nous le savons, maintenant, me voilà mère. Cela me comble de joie et m'effraye à la fois, de devoir, faire passer cette petite créature innocente et chétive, pour la fille de mon mari, alors que celui-ci est alité depuis longtemps. J'espère que celle-ci vivra, j'espère que je pourrais lui offrir un père, j'espère que jamais, vous ne m'en voudrez, de vous avoir tenu éloigner et ignorant de mon état. Je sais que vos responsabilités au sein de notre Sainte Église sont grandes et que votre dévouement vous conduira loin.

Je sens mon cœur, emplit d'amour, pour cette enfant, je le sens également, empli d'amour pour vous.
Jamais je n'oublierais, ces mois, avec vous, bien qu'ils ne soient jamais révélés à personne.

C.

Et l'innocent moineau, se renseigna, auprès de la vieille bonne resté là, le temps qu'on lui trouve un tuteur. La vieille bonne, eue un hochement de tête, oui, elle savait qui été le Leandro, cité dans cette lettre, elle se souvenait, que sa maîtresse, se confessait longuement à celui-ci, alors que son mari tenait le lit. Et la petite, pleine d'innocence, réclama à celle-ci, de la conduire jusqu'à l'homme de dieu, prévenu, que le voyage serait long, la bonne pris sous son aile la fillette et la mena alors jusqu'à cet homme. Le voyage dura bien un mois, et elles arrivèrent alors jusqu'à celui-ci. Il accepta de rencontrer la bonne et l'enfant, ne sachant pas ce qu'elles réclamaient. La lettre lui fut remise et après un froncement de sourcil, il avait congédié les deux, dans une chambre, qu'il leur prêterait, le temps de vérifier certaines choses. La situation resta ainsi instable, durant quelques mois, où il fit de la fillette sa pupille, pour un temps du moins. Si une créature aussi fragile que ce petit moineau blond avait le cran de venir jusqu'à un religieux pour se dire, ou du moins, penser être sa fille, alors elle mériter au moins un peu de considération et après ces mois, où il apprit à connaître l'enfant, où on lui révéla l'identité de la mère, les circonstances de sa mort et ce qu'il en été de la fillette et de ces biens. Il envoya une lettre au village de l'enfant, prétextant sa mort. Une idée avait germé dans sa tête, on lui avait annoncer deux mois avant l'arrivée du moineau, la mort de son frère et la disparition des enfants de celui-ci. La fillette avait un an et demi de plus que la petite Lyssa et son frère, bien que noble, était d'une noblesse basse et insignifiante, personne ne se souviendrais d'une enfant aussi insignifiante que sa nièce, alors il prit une décision, pour sa fille. Celle-ci, ne serait pas sa fille, elle serait sa nièce, sa nièce et pupille. Il faut dire, qu'elle le fascina, par sa curiosité, son intelligence, l'attendrissait avec ses immenses yeux clairs et son minois angélique. Il lui apprit l'histoire qu'elle devrait retenir par cœur et garda la vieille bonne pour s'occuper de l'enfant, lui faisant promettre de conserver à l'abri, jusqu'à la tombe et par-delà, le secret du lien de parenté, entre les deux.

Ne deviens pas Milena, qui veut néanmoins. Durant de longs mois, elle dut s’instruire au latin et bien d'autres choses, il l'initia à l'art, à la beauté des choses et le mensonge sur leur filiation dut s'ancrer à l'esprit de la jeune fille. Puis, l'homme reçu une nomination, le voilà devenu nonce, il devrait s'absenter plus souvent et c'est donc dans le grand manoir de celui-ci, que la jeune fille serait éduquée et élevée en véritable princesse, entouré d'artistes dont son tuteur était le mécène et ferma les yeux tant bien que mal sur leurs déboires. Leandro était un homme cultivé, habile avec les gens et bienveillant. L'insouciance de la jeune fille fut conservée, dans ce manoir, où elle grandit en prenant conscience de bien des choses, éloignées des vies de la cours pontificale et choyée. Un rêve s'ancra en elle, celui de voir du monde, notamment la cours de France et découvrir Paris. Il opina, Lyssa avait intégré son rôle, il lui expliqua que le jour, où elle lui parlerait français comme une véritable française, il l'emmènerait. L'objectif dans l'esprit de la jeune blonde fut clair et voilà ses études concentrées sur cette langue désormais. Vive d'esprit, amoureuse de la danse, gracieuse, elle posséder un charme certain et deux artistes prirent plaisir à peindre son portrait, deux fois. Une fois chacun. Lorsque ses treize ans sonnèrent, la voilà qui parvenait à parler correctement le français, elle avait également une haute taille, peu de poitrine et restait le moineau fragile qu'elle fut par le passé. La peau à la fois blanche et légèrement pêche pleine de soleil, de longs cheveux d'un magnifique blond enfantin, des lèvres rosées, un petit visage, un peu anguleux, des sourcils épais et sombres, qui lui donnaient un regard volontaire, une silhouette longiligne. Sa fille était pleine de charme et il accepta alors de la conduire en France avec lui, où il était nommé.

Ses pas la conduire donc en France. À l'âge de quinze ans, aux yeux de tous, alors qu'elle n'en avait que treize. Elle apprit alors à se mettre plus en valeur, usant de boucles, lorsque sont père lui demandait de paraître parfaite, celles-ci accentuant la singularité anguleuse de son visage, elle tomba amoureuse de l'ambre gris et se parfuma ainsi avec, dégageant une odeur animale et chaude, rappelant le tabac, se mit à orner son corsage mal rempli d'un tâtez-y, apprécia la poudre, lorsqu'elle voulait rendre ses cheveux rosés et se souvenant du regard intense de sa mère, adopta un trait de khôl noir, pour rendre sa paupière lourde et son regard plus intense. Cultivant savamment son innocence, bien qu'elle n'apprécier pas la mode Française, préférant en faire qu'à son goût. Elle développa aussi, un amour plus profond, pour les beaux tissus.

Sa place, n'est pas forcément acquise en ces lieux, mais son excellent français lui permet d'essayer au moins. Milena se révèle néanmoins peut-être moins innocente qu'elle ne le paraît et sa vieille bonne morte, désormais, restée en Italie, s'en est une autre, qui la remplace ... Mais toutes les bonnes, se valent-elles ?
avatar
Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau ?Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau ?
Billets envoyés : 109
Situation : Célibataire

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 13 Juil - 18:27


TU ES VALIDÉ(E)



Félicitation pour ta nouvelle fiche Lyssa !  balon  Bon retour parmi nous en espérant que tu t'amuses autant sur le nouveau vex que sur l'ancien, voir même plus !  Ducky chéri

Merci de faire : Recenser ton avatar pour éviter l'invasion des clones - Fiche de Rp pour commencer à jouer - Fiche de lien pour se lier avec les autres membres
Les liens qui peuvent servir : Les connaissances pour mieux savoir et ne pas être pris au dépourvu

Bon jeu sur Vexilla Regis!

avatar
Dura Lex, Sed Lex
Dura Lex, Sed Lex
Billets envoyés : 184
Situation : célibataire par intermittence

Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Lyssa Celeste di Milena

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lyssa Celeste di Milena
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Spectre de la Mandragore étoile Celeste de la Blessure [ok]
» Chloe Celeste Hosterman
» Noémie Amaranth {Wualidée}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: L'art de la révérence :: Les Fiches de Présentation :: ⚜Présentations validées-