Partagez | 

 Les Hommes d’Épée [6/6]


Dim 5 Fév - 18:39

Les hommes d'épée

   
Libre
libre
libre

 
libre
Libre


Dernière édition par Deus Omnipotens le Ven 11 Sep - 21:24, édité 8 fois
avatar
ஒ Compte de Gestion ஒ Merci de ne pas envoyer de Messages Privés
Billets envoyés : 255

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 21 Fév - 22:51

Charles d'Artagnan



Métier/Titre(s) : Comte d'Artagnan, Sous-lieutenant des mousquetaires gris du roi (mais ne vous y fiez pas c'est bien lui qui en assure le commandement)
Âge : 52 ans
Origines : Françaises
Niveau d'alphabétisation: Bon
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Situation:  anciennement marié, père de deux garçons
Date de naissance : (à votre convenance) 1614
Religion: Catholique
Groupe : Le Cid
Personnage ayant existé?: Oui
Avatar : Viggo Mortensen


Eh bien? Qui êtes-vous?

Cet homme est une légende, dans la cour, chez les mousquetaires, partout. Un homme de mérite, de bien et d'honneur comme il y en a peu. Et rien ne le prédestinait à la position qu'il occupe aujourd'hui. Sept enfants... Sept enfants  et il était le dernier de ces bambins. Sa jeunesse est un roman (ou en tout cas elle le deviendra plus tard), mais elle n'est pas aussi formidable et douce. Être cadet de Gascogne n'est pas simple il faut défendre son honneur fréquemment certes mais cela n'est qu'un amusement constant avec la mort, non ce qu'il y a de plus dur c'est se nourrir, trouver de quoi subsister et manger tous les mois, pire tous les jours. Enfin bref nous passons cette jeunesse dont l'homme mûr d'aujourd'hui regrette l'impulsivité et la spontanéité qui l'animait alors. Comme il a changé, comme ses illusions se sont envolées. Mais avant cela il avait fait la guerre contre les anglais. Ce sont ces petites escarmouches qui lui ont permis de montrer sa bravoure, qui lui permettent de se faire la réputation nécessaire pour que le Cardinal (pas l'ancien, le nouveau, l'italien) entende parler de lui et décide d'étendre sa protection sur ce brave gascon.
Il entre alors chez les mousquetaires, y rejoint son frère. Comme il en est fier, lui qui en avait toujours rêvé, voilà ses vœux qui s'accomplissent. Le Cardinal respecte cet homme qui obéit, mais qui n'oublie jamais de penser, qui a déjà la véritable carrure d'un chef. Mazarin ne parvenant pas à obtenir la charge de Capitaine-Lieutenant pour son neveu, il dissout la compagnie. Charles de Batz-Castelmore d'Artagnan se retrouve au service du Cardinal, et durant la Fronde il sera le messager de secret, celui qui accomplit dans la discrétion pour le compte du Cardinal. C'est pendant cette période qu'il rencontre son roi et que sans vraiment le vouloir il se prend d'une affection démesurée pour ce gamin-roi à qui il a dédié sa vie, comme il l'avait fait pour son père. Mais il a le sentiment que les valeurs se perdent, les affaires de l'ombre... Ça a de son charme, bien sûr et Charles aime l'excitation qu'il en retire mais... Est-ce véritablement honorable? Enfin... A la fin de la Fronde et pour payer la fidélité de ce gentilhomme gascon qui l'a fidèlement servi, Mazarin lui offre des charges, des pensions. Ah! Il n'est pas vénal comme homme mais il n'a jamais refusé d'avoir la bourse pleine lorsque c'était honnête et mérité. Et, le pensait-il, il le méritait largement.
Un peu plus tard, c'est le retour des mousquetaires, Charles devient le sous-lieutenant des mousquetaires gris. Mais le capitaine-lieutenant, le neveu de Mazarin ne vient jamais, ne commande jamais. C'est donc Charles qui contrôle et maîtrise tout, et ses hommes en sont bien contents. Mazarin est mort et bien qu'il ait eu des côtés qui lui ont  déplu, Charles apprécie toujours et respecte ceux qui accomplissent leur devoir. La confiance du jeune roi n'a cessé de grandir depuis la Fronde, et là, là c'est l'épreuve ultime. Il faut arrêter Fouquet. C'est une mission qui lui déplaît profondément, mais il l'accomplit sans rechigner, ou presque. Il l'accomplit avec courtoisie, galanterie et droiture. Trois ans il sera la geôlier de Fouquet, 3 ans il tentera d'améliorer sa condition de prisonnier autant que ses ordres le lui permettaient, cachant deux trois petites choses à son souverain, des choses infimes mais si importantes pour ce pauvre homme qui a tout perdu en une nuit. Il apprécie Fouquet... Quel dommage. Enfin il revient à Paris, sa mission est achevée, le roi est content. Sa confiance en son mousquetaire est satisfaite et pratiquement inébranlable.
La reine-mère est morte, Charles en a été touché. Anne d'Autriche était belle et même s'il fut un temps, il l'avait considéré comme une étrangère et comme une potentielle traîtresse, ce n'était plus qu'un lointain souvenir une fois ses fils nés. Charles de Batz, pilier du roi dans ses affaires aussi bien publiques que privées, veille donc sur la vie du monarque et s'exécute, avec plus ou moins de scrupules mais toujours avec soin et dévouement. Il est l'ombre digne et respectable du monarque et compte bien le rester aussi longtemps que son honneur et sa fidélité le porteront... C'est-à-dire à jamais.

Ah... Et qui vous recommande?:
 
avatar
ஒ Compte de Gestion ஒ Merci de ne pas envoyer de Messages Privés
Billets envoyés : 255

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 21 Fév - 22:51

Laurent de Flone



Métier/Titre(s) : Baron de Croix-Perec, brigadier des Mousquetaires Gris du Roi
Âge : 25 ans
Origines : Françaises
Niveau d'alphabétisation: Bon
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Situation: Célibataire
Date de naissance : 18 janvier
Religion: Catholique
Groupe : Le Cid
Personnage ayant existé?: Non
Avatar : Alexander Skarsgard


Eh bien? Qui êtes-vous?

Laurent est né dans une famille noble, en Gascogne, son père avait été mousquetaire avant d'épouser sa mère et de se retirer dans ses terres. Quand ils eurent un fils, ils furent énormément fiers, de plus, Laurent se montrait intéressé de tout. Laurent était leur fierté, leur fils qu'ils aimaient tant et s'il grandit sans frère ni sœur, cela ne lui posa pas de problème. Très jeune, il fit le souhait de devenir lui aussi  mousquetaire, si sa mère était inquiète de voir son petit trésor partir se battre et faire la guerre, son père l'y encouragea, non pas par des mots mais en lui offrant des leçons d'escrime, d'équitation et de tout ce qu'il convient à un parfait mousquetaire de savoir-faire et de savoir-vivre. Il apprit dans le même temps à lire et à écrire.
Quand il devint enfin mousquetaire, il était le mousquetaire parfait, digne, fier, noble, cavalier, combattant, méritant, ... On pourrait continuer des heures à ainsi faire l'éloge du mousquetaire qui mérita chacun des compliments que nous pouvons lui accorder mais comme tout être, il n'est pas infaillible, oui oui, lui aussi est loin d'être parfait ! Il est impulsif ! Impossible de tenir en place le jeune homme qui en plus, bien qu'il ne manque pas de cran, a tendance à ne pas réfléchir et par élan de courage, à se précipiter. Pour l'assagir, D'Artagnan lui a donné des responsabilités qui l'oblige à réfléchir avant de se lancer comme il le faisait auparavant. Laurent est déjà plus calme mais... Ce n'est pas encore ça. Mais il a gagné le respect des autres mousquetaires et pas seulement par sa taille extraordinaire qui le fait largement dépasser les plus grands. Mais par sa modestie et une certaine discrétion, Laurent ne s'impose jamais consciemment. Il n'en a pas besoin, c'est naturel chez lui et ses compagnons d'armes et autres ne tiennent pas particulièrement à se mettre à dos ce géant blond au sourire charmeur et doux.

Ah... Et qui vous recommande?:
 
avatar
ஒ Compte de Gestion ஒ Merci de ne pas envoyer de Messages Privés
Billets envoyés : 255

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 21 Fév - 22:51

Achille de Montaron



Métier/Titre(s) : Mousquetaire gris du Roi, chevalier de Montaron
Âge : 22 ans
Origines : Françaises
Niveau d'alphabétisation: Bon
Orientation sexuelle : Bisexuel ou Hétérosexuel (à votre convenance)
Situation: Célibataire
Date de naissance : 5 octobre
Religion: Catholique
Groupe : Le Cid
Personnage ayant existé?: Non
Avatar : Douglas Booth


Eh bien? Qui êtes-vous?

François Louis de Montaron et Johana de Joncy ne sont jamais parvenus à s'aimer. A se respecter oui, à s'apprécier éventuellement, mais pas davantage. Et perdu au fond du Morvan, Johana s’ennuie. Elle a déjà donné naissance à trois garçons et une fille. Enfin une fille pour lui tenir compagnie lors des longues soirées, une fille à aimer! Mais la petite est faible, elle meurt. Johana est inconsolable, son mari est maladroit, semble même désintéressé. Le palefrenier est bien plus inquiet, bien plus aimant. Johana se laisse séduire, elle a besoin d'être aimée et d'aimer en retour. Tout est découvert, le palefrenier est chassé... Au sens propre du terme, devenu gibier il a été abattu. Mais neuf mois plus tard... Un autre enfant. Un garçon.
Pour sauver son honneur, le Comte de Montaron reconnaît le nourrisson pour sien, mais il le méprise, le hait presque. Le secret n'est plus qu'entre les deux époux et les hommes de confiance du Comte. Il l'a laissé entre les mains de Johana, qui l'aime, qui le fait grandir dans les romans qu'elle lisait pour faire passer le temps. Achille reste dans les jupons de sa mère, a une enfance tourmentée par l'indifférence de son "père", les moqueries de ses frères qui inconsciemment suivent leur paternel. Il ignore ses origines bâtardes, ne comprend pas vraiment. Heureusement que sa mère l'aime et le console, l'entoure de ses bras, lui apprend et lui forge un esprit agile et adroit, piquant. Elle lui apprend ce qu'elle sait du latin et de l'anglais (chose rarissime pour un français). Le comte ne veut pas d'un bon à rien. Il finit par lui donner un maître d'armes qui lui enseigne les arts du combat, l'équitation. Achille n'en est pas très friand, il préfère les études et les livres, mais pour faire plaisir à son père qui lui montre enfin de l'intérêt, il se plie à l'exercice. Et un jour, Monsieur de Montaron décroche pour lui, un poste, pas cher du tout... Un poste qui ne lui a en fait rien coûté. Il est parvenu à faire entrer Achille dans l'armée, un simple caporal d'un régiment oublié. Johana pleure, ne veut pas voir son fils partir, ce dernier ne le veut pas non plus. Mais devant les noms de "lâche" et de "couard" que lui lancent ses aînés, le regard froid de son père, il s'incline de nouveau, mais il est déchiré, supporte très difficilement la séparation avec sa mère. Les armes le dégoûtent presque à tel point qu'il veut en finir par tous les moyens, sans avoir le courage de le faire, alors il se lance désespérément à l'assaut. La chance lui sourit, et à son grand désespoir, ces actes désespérés deviennent des coups d'éclat.
Il entre chez les mousquetaires, grâce à sa réputation, grâce à son père aussi qui paie l'équipement qui coûte une fortune, bien qu'il le méprise mais profite de cette grandeur pour mettre la lumière sur leur famille tout en espérant que ce bâtard se fasse tuer au combat. Achille n'en peut plus de cette vie de veilles, de gardes, de peur. Il est fasciné par les courtisans, leurs manières, leurs habitudes, il veut faire partie de ce monde autrement que par sa présence figée et monter dans la société par des bons mots, par ses études et pas par son sang. Mais pour ça il lui faut un protecteur, des faveurs. Achille est encore niais, et il pense soudainement que séduire la reine, l'avoir peut-être pour amante lui ouvrirait les voies vers l'olympe qu'il espère tant. Achille apprend donc l'espagnol et est parvenu à parler avec la jeune reine. Il ne pense pas un seul instant à l'orage qu'il peut provoquer, il n'en est en fait même pas conscient.

Ah... Et qui vous recommande?:
 
avatar
ஒ Compte de Gestion ஒ Merci de ne pas envoyer de Messages Privés
Billets envoyés : 255

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 21 Fév - 22:51

Thomas Vonlanthen



Métier/Titre(s) : officiellement Anspessade aux Gardes-Suisses du Roi, officieusement Lieutenant des Espions de Sa Majesté
Âge : 23 ans
Origines : Françaises, Suisses
Langue(s) parlée(s) et niveau de maîtrise : Parfait Français, Bon Suisse Allemand
Niveau d'alphabétisation: Bon
Orientation sexuelle : Bisexuel
Situation: Célibataire
Date de naissance : 18 octobre
Religion: Catholique
Groupe : Le Cid
Personnage ayant existé?: Non
Avatar : Santiago Cabrera


Eh bien? Qui êtes-vous?

Il était né à Paris, dans une famille de petite noblesse assez pauvre il faut le dire ce qui suffit à le priver d'une véritable éducation. Il avait appris à lire et à écrire avec sa mère, qui apportant la noblesse française à son père Garde Suisse, avait reçu l'éducation suffisante pour pouvoir la transmettre. Malheureusement, elle mourut alors qu'il était très jeune. S'il n'eut pas de précepteur, son père vétéran de la Garde Suisse, forcé par une mauvaise blessure d'abandonner son poste, put rester auprès de son fils et se chargea de lui apprendre ce qu'il savait. C'était un homme froid, sévère, discret et qui avait tendance à ne pas dire un mot plus haut que l'autre. Il parlait peu de lui, racontait rarement ses propres missions. En revanche, il narrait fréquemment les exploits de son régiment, la gloire de sa fidélité indéfectible pour le Roi malgré leur origine étrangère. Il l'initia aux armes, bien entendu, c'était l'apanage de tout gentilhomme, mais il ajouta aussi à son enseignement des choses plus particulières. L'art du poison, la science du caméléon, la transparence, le silence, l'écoute. Thomas apprit tout cela docilement, sans réaliser l'étrangeté de ces matières qui pour beaucoup étaient mêlées au quotidien. Ce ne fut que lorsque l'ancien Garde décida qu'il était assez grand pour connaître la vérité que Thomas découvrit la véritable charge de son paternel : espion du Roi. Il l'enjoignit sur son lit de mort à rejoindre la Garde-Suisse, de prendre sa suite, il avait été formé à cela après tout. C'est alors qu'en fils digne de son père, à l'âge de 16 ans, il rejoignit la Garde, fier comme un paon et que tout naturellement il intégra par la suite en toute discrétion le corps plus obscur des ombres du souverain.
Une fois Suisse, il se concentra sur les ragots, se fondant dans la masse mais n'étant pas habitué aux manières de la cour, il passa dans les corridors pour un espionnage plus discret mais aussi plus sombre en déjouant les complots. Ce n'est pas un chef, n'en possède aucune ambition, si ce n'est le respect que l'on lui porte et tant qu'il est respecté tout lui convient. Pourtant le poste de Lieutenant lui revient soudainement entre les bras après la mort et la trahison de son ami Ferdinand de Guéret. Abasourdi de cette découverte, il doit maintenant prendre en main une charge qu'il n'avait jamais espérée ni même voulue, doutant de ses capacités à pouvoir diriger le corps des Services de Renseignements du Roi et le protéger des menaces qui se dressent toujours plus nombreuses autour d'eux.

Ah... Et qui vous recommande?:
 


Dernière édition par Deus Omnipotens le Sam 5 Sep - 10:05, édité 1 fois
avatar
ஒ Compte de Gestion ஒ Merci de ne pas envoyer de Messages Privés
Billets envoyés : 255

Voir le profil de l'utilisateur

Ven 4 Sep - 18:12

Simon de Rosay



Métier/Titre(s) : Chevalier du guet, marquis de Rosay-Vilette
Âge : 37 ans
Origines : Française
Langue(s) parlée(s) et niveau de maîtrise : Bon latin
Niveau d'alphabétisation: Bon
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Situation: Veuf, père de trois enfants
Date de naissance : 1629
Religion: Catholique
Groupe : Le Cid
Personnage ayant existé?: non
Avatar : Alexandre Astier


Eh bien? Qui êtes-vous?

Les de Rosay étaient membres de cette petite noblesse qui sans détenir une grande fortune parvenait à tracer honorablement sa route. Arrivant après deux filles, Simon était l’héritier tant attendu et qui ne manqua pas d’être choyé. Évidemment on l’éduqua dans l’optique de le faire un jour briller par le armes. Se révélant bien vite excellent escrimeur tout autant qu’il était curieux, on sentait que le garçon ferait la fierté de la famille. Famille qui au demeurant parvint à toujours faire les bon choix, notamment en prêtant allégeance à la régence lors de la Fronde. En guise de remerciement on confia au père la charge de Maréchal des logis du roi, poste qui sans être d’un grand prestige était plus que convenable, et surtout assurait des revenus enviables.
Courtisan lorsqu’il ne tenait pas les armes, ce fut à la cour que Simon rencontra Joséphine. Douce et jolie noble dont il était sous le charme et qu’il avait fini par épouser. Mariage heureux, une situation matérielle confortable, trois beaux enfants, le monde semblait leur sourire. Jusqu’au jour où son épouse fut lâchement tuée. Juin 1662, elle fut retrouvée morte dans la rue, lâchement égorgée par des truands qui en voulaient à ses bijoux. Saleté de monde. Mais plutôt que de morfondre dans la perte de l’amour de sa vie, Simon se promit de la venger. Pour elle il débarrasserait Paris de la vermine, participerait à rendre la capitale sûre pour ses enfants. Il vendit donc la charge dont il avait quelques années plus tôt hérité de son père pour racheter celle de Chevalier du guet. Un rôle qui supposait une action de tous les jours et qui finalement qui correspondait bien à son caractère impatient et nerveux. Cependant son nombre d’hommes était très limité et son action ainsi rendue difficile. Ce fut donc avec un certain soulagement qu’il accueillit la réforme de la police et l’augmentation soudaine de ses moyens.

Ah... Et qui vous recommande?:
 
avatar
ஒ Compte de Gestion ஒ Merci de ne pas envoyer de Messages Privés
Billets envoyés : 255

Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Les Hommes d’Épée [6/6]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» Bande d'Hommes Bêtes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: anciens admins :: persos predefinis-