Partagez | 

 Jefferson Abbot le chapelier fou...

MessageAuteur

Mer 27 Mar - 20:33

Jefferson & Abbot



Métier/Titre(s) : Laisser moi me présenter diantre ! Je suis chapelier du Prince de coeur.
Âge : Trente et un chapeaux haute forme.
Origines : Je naquis en Angleterre mais perfectionna mon art en France.
Langue(s) parlée(s) et niveau de maîtrise : Parfait anglais, et Excellent Français
Orientation sexuelle :Bisexuelle.
Situation:Polygame confirmé !
Date de naissance :L'an de grâce 1635, le 13 mars.
Religion: Anglicane, eux au moins ne m'ont pas traité d'hérétique satanique ! Tout de suite les grands mots cher les Catholiques...
Groupe : Un simple homme du peuple, surnommé le chapelier fou par cette même populace…
Personnage ayant existé?: Non.
Avatar : Sebastian Stan


Le Miroir ...



-Qui est cet homme, ce chapelier ? Demande le Prince de coeur.

-Il est fou à ce que l’on dit…

L’homme assis, son haute forme à la tête et un sourire en coin, il est vêtu d’une chemise de velours cramoisie et d’un veston noire à bouton d’or. Quelques signatures de sa maturité sur son visage, des lèvres rosées sculptée et voluptueuse. Deux petites pupilles noisette sous de grand sourcil charbon. Son faciès extravagants et cocasse lui donne un certain charisme, une barbe de quelque jour don il prend grand soin, et cette constante joie enfantine atteste de la première idée qu’on peut se faire de lui. Une chevelure ébène la plupart du temps ébouriffé par ses couvre-chefs, il ne porte nulle postiche ou autre fanfreluche. De nombreux foulard viennent constamment orner son cou, des textiles colorés à motifs excentriques. Il n’est certes pas émacié, des épaules tout de même fines et un corps agréablement proportionné. Un menton large et posé accompagné d’une fossette viril et parfaitement proportionné. Une peau blanchâtre et le contour des yeux plus opaques viennent parfaire ce tableau d’un bel albâtre. Il n'est pas très grand, pas petit non plus certes, toujours au moins une tête de plus que sais Mesdames. Quelques bagues serties de rubis et de jades à ses doigts témoignes d'une petite fortune personnelle, il possède également une chaine en or de sa mère, offerte sur son lit de mort. Un homme beau ? Non. Charismatique sans aucun doute, la folie lui siée si bien. Les choses non pas toujours été ainsi, plus jeune il à été un coureur de jupons. Il aurait pu être marié, physiquement agréable, mais c’était sans compter sur sais complication psychologiques dur à vivre pour ses dames…




...n'est pas le reflet de l'âme





Premièrement Jefferson souffre de plusieurs dérèglements mentaux qui influent quotidiennement sur sa personnalité :


-Le Trouble de la personnalité multiple :

Spoiler:
 

Dans le cas de Jeff : Jefferson est pleinement conscient de cette maladie qui le touche particulièrement. Au même point qu'il est conscient de sa deuxième personnalité, même si, la plupart du temps, il ne garde aucun souvenir des altercations qu'aurait pus avoir ce dernier. Bien plus froid et mauvais, cette personnalité n'a que faire de l'amour ou de l'amitié, et fera tous son possible pour préserver son hôte des souffrances. Cet ainsi que l'on peut expliquer ces apparitions systématiques, appelé « crise », dans les situations affectant sentimentalement le plus Jefferson.

Ce trouble peut néanmoins être soigné.

-Le Trouble bipolaire :

Spoiler:
 

Dans le cas de Jeff : La bipolarité engendre chez lui, non seulement des sautes d’humeur plus ou moins excessive, mais également des insomnies et des hyperactivités. Il n’est pas à proprement parlé conscient de ses troubles et pense bien au contraire qu’il son engendré par son dédoublement de personnalité. Il aura tendance à changé de sujet, à prendre la parole sans raison, ou justement à donné des raisonnements ou des dialectes incohérents, voir incompréhensible. (Sauf pour un autre bipolaire.)

Ce trouble vient directement d’une anomalie au cerveau et ne peut-être soigné.

-Schizophrénie :

Spoiler:
 

Dans le cas de Jeff : Jefferson est atteint de cette maladie à un terme encore léger, parlant à ses chapeaux, leur donnant un statu d'âme et de conscience. Il n'a pas pleinement connaissance de se trouble cognitif transmis par sa génitrice, qui pour lui résulte bien plus du naturel, voir de la manie, que d'une certaine forme d'handicap quotidien.

Cette maladie est une déformation associée à un trouble psychologique. Il peut être traité et devenir moins présent, mais le syndrome en lui-même ne disparaîtra jamais complètement.

-Psychose :

Spoiler:
 

Dans le cas de Jeff : La psychose n'est pas une maladie en soi. Il s'agit plutôt d'un syndrome associé à une panoplie de problèmes d'ordre mental, comportemental et émotionnel. Jefferson en souffre de manière grave, un dérèglement omniprésent affectant son comportement à la cour, provoquant, de plus de ses discours cocasse, une attitude démesurée. Toute personne, un tant soit peu saine d'esprit, remarquera au premier abord l'attitude biscornu et insolite de l'homme. Il se rend bien sûr compte qu'il ne convient pas aux mœurs de l'époque, mais son naturel, même freiner prendra toujours le dessus. Outre un discours et une attitude hors norme, le chapelier sera plus en proies à diverse forme de manipulation que la moyenne.

Ce syndrome peut être guéri facilement, mais requiert une volonté de fer du porteur.


L'homme en lui même.

Outre tout cela, Jefferson est décrit comme un homme affable, empli de bonne intention et dévoué au genre humain, malgré une certaine forme de recul au monde l'entourant. Il se mari assez bien à la cour par son excentricité et sa frivolité, qui d'ailleurs sont omniprésente dans ses créations. Le chapelier passe ainsi le plus clair de son temps dans son atelier à coudre et à créer toutes sortes de couvre-chefs qui, orneront les chevelures des grands de France. Le reste de ses journées, il aime à prendre compagnie de sa famille et de ses proches. Il n'y a aucun juste milieu avec Jefferson, ou l'on crée une amitié indéfectible ; dans ce cas sa dévotion vous sera acquise ; ou il vous donnera l'impression d'une forme de malséance désopilante ; et dans ce cas si le modiste prendra plaisir de se jouer de votre anxiété. Mais rare son ceux qui ont conscience de la véracité et de la totalité de ses problèmes mentaux.

En somme, pour résumer à quelques mots les qualités les plus attribué à sa personne, et également les plus dites, on le décri ainsi :

Appliqué, Créatif, Extraverti, Honnête, Frivole, Apaisant, Affable.

A l’inverse, comme quiconque on lui attribue de nombreux défauts, dont quelques uns reviennent systématiquement :

Impulsif, Excessif, Excentrique, Bipolaire, Lunatique.







Dernière édition par Jefferson Abbot le Ven 26 Avr - 20:54, édité 42 fois
avatar
Invité
Invité


Mer 27 Mar - 21:10

On naît tous un jour ...





I saw the devil dancing in the eyes…


Once Upon A Time

Laissez-moi vous raconter une histoire et, comme tous les contes, laissez-moi commencer par le commencement.

Once Upon A Time…

Il était une fois, une jeune fille bonne à marier. Elle était d’une grande douceur et d’une fragilité si semblable à celles des fleurs. Son nom, Dina, reflétait aisément sa simplicité. Oiselle parmi les fleurs, la délicate enfant déjà femme, fut choisi par l’être le plus inapproprié qui soit d’entre tous… Mon père. Homme de poigne à la prestance n’ayant d’égale que sa froideur et sa droiture, il prit le devoir d’épouser de toutes les femmes possibles, celle qu’il plierait la plus facilement a sa volonté. Dina fut choisis, devenant déjà dans l’esprit du vile fourbe une docile demoiselle répondant à ses attentes et à ses besoins viril. Mais plus loin que cela, c’est une progéniture à la hauteur de son ascendant qu’il espérait d’elle… ce qu’elle ne lui donna pas.

A la place, c’est un enfant né trop tôt, chétif et malingre qui vit le jour. Cachant sa honte par des arrangements et quelques paroles au sujet d’une fausse couche, qu’il attendait presque aussi patiemment que la mort elle-même, que l’on vienne me chercher dans mon berceau. Car oui, cet enfant si fragile n’était autre que moi, votre humble serviteur surmonté d’un chapeau. Mais elle ne survint jamais, malgré les hivers rude et difficile qui survinrent par la suite, au grand dam de mon père. Ma première année passa, inutile de vous dire que les maladies semblaient s’acharner sur moi et de plus en plus fréquemment. Cependant, mon corps se fortifiait à chacune d’elle, me donnant de plus en plus de temps à passer sur cette terre.

Quand je parle de ma mère, je ne peux m’empêcher de penser à la passion dévorante des fleurs. Enfant, j’aimais l’entendre leur parler comme a de réelle personne et j’ose croire qu’elles lui répondaient réellement. C’est surement d’elle que je tiens mon incroyable don pour entendre et comprendre les âmes des gens… mais si, vous savez, ce que chaque personne laisse au creux de son chapeau. Vous ne me comprenez pas n’est ’il point ? C’est normale, je suis seule à pouvoir les entendre murmurer, me guider, me souffler quelques secret plus ou moins vrai. Car oui, même vos âmes savent mentir… à moins que ce ne soit moi qui sois de temps à autres, mauvais interprète.

Quoi qu’il en soit, je vécu, je ne dirais pas bien, mais ce n’était pas non plus désastreux. Faute d’amour de la part de mon géniteur, j’avais toute l’affection et la tendresse nécessaire à mon éveil de par ma tendre petite mère. J’avais pourtant l’habitude de monter à l’étage et de regarder par les barreaux de l’entresol, observant chaque mouvement du chapelier et chacun de ses secrets. C’est un jour de son absence que je lui ai volé un peu de tissus et de quoi confectionner mon propre chapeau. Inutile de vous préciser que le rendu final tenait d’avantage d’un amas de tissus informe que d’un quelconque couvre-chef. Pourtant, c’est grâce à mon chef-d’œuvre d’art moderne d’avant-garde, que mon père s’est mis à s’intéresser à ma personne et commença mon enseignement.

Il fut un mentor dur et sans vraiment la moindre trace de diplomatie que doit avoir tout enseignant face à son élève. Lorsque que mes créations ne lui convenaient pas, il ne s’embarrassait pas de détails et disait de sa voix grave et robuste : ‘’Mon fils… si c’est pour jouer les jean-foutre et ne faire guère mieux que des lambeaux de chiure de porc, tu peux poser ton aiguillon et ton fil. Vas donc dans les jupons de ta mère puisque c’est visiblement la seule chose dans laquelle tu excelle.’’ Je n’ai jamais mal pris ses paroles, il disait ce qu’il avait à dire et en cela j’avais une certaine forme d’admiration et de respect pour lui.

Vers mes dix ans, j’eu un cadeau quelque peu empoisonné qui marqua un tournant décisif dans ma vie. La naissance d'un autre enfant, la petite Alice. Le second mis au monde par Dina, mais également le dernier. Ma sœur vint au monde en arrachant la vie du corps de ma mère, devenant orpheline par sa propre maladresse. Elle n’eut hélas pas à souffrir de cette parte contrairement à moi, puisqu’elle ne vécut pas sa seconde année quand varicelle l’emporta à son tour. C’était à croire que le diable dansait sur le toit de notre maison et s’y complaisait. Avec la perte de ma mère, Bartolomé devint plus aigris que jamais, mais quand la nourrice lui annonça le décès de l’enfant, c’est une colère et un profond mépris de la vie qui s’emparèrent durant un temps de lui. Aurait ’il donc aimé la belle et fragile Dina plus qu’il ne l’avait jamais dit avec des mots ? Je n’en savais pas assez et n souhaitais pas poser la moindre question… respectant sa souffrance et son manque d’impartialité. Il portait souvent sa colère contre moi, pestant sur mon regard qui lui rappelait par bien des façons celui de celle qui ne danserait plus jamais au milieu de la roserait.

Se colère devint une haine profonde et suintant de tout son être. Ses paroles violentes se muaient en geste. J’avais environ quatorze ans quand le premier coup arriva… suivit par d’autre. Il me collait si souvent des danses que j’aurais pu en devenir chorégraphe ! Les souffrances n’étaient rien, pas celle physique, c’est mon esprit qui perdit au final pied. Les voix se mirent a murmurer, souvent, longtemps… tout le temps. Elles me suivaient, me murmuraient souvent des actes de violences qui seraient salvateur si je les lui infligeais. Mon humeur changeait également, de plus en plus instable, de plus en plus imprévisible à chacune des mains levée s’abattant sur mon corps d’enfant presque devenu homme.

Pourtant, une fois encore j’ai survécu, à son grand déplaisir. Mais faute de ne pouvoir se débarrasser physiquement de ma personne, devenue de plus en plus encombrante. C’est en France que je fus envoyé, c’était plus élégant que de dire que mon propre père m’avait presque mit à la porte dans l’unique but de se débarrasser de son fils indigne. Je rencontrais d’ailleurs près de Blois un vieil homme qui marquera un tournant dans ma vie. Il devint mon ami et mon mentor, m’appris ce que mon père m’avait tant refusé par bien des points… Il était de la même étoffe que mon géniteur, mais d’une toute autre facture. Car oui, Chapelier et perruquier, mais pas n’importe lequel, LE chapelier du seigneur Gaston d’Orléans lui-même ! J’avais alors environ dix-huit printemps… et quelques dizaines de chapeau créer de mes mains.

Fort de mon instruction, je suis venue retrouver mes racines dans ma bonne vielle Angleterre, m’y installant dans la belle Londres. C’est là-bas que j’ai décidé d’ouvrir pignon sur rue. Ma petite boutique fut rapidement fleurissante, à mon grand étonnement. Ce qui ne m’étonna pas en revanche, fut la propension qu’eu mon père à m’ignorer et à éviter de me rencontrer. Je n’étais donc plus rien à ses yeux ? Et bien soit ! Qu’il me délaisse, cela n’avait guère plus vraiment d’importance pour moi, il était trop tard pour que je pardonne à mon propre père les fautes passées.

Peu à peu, les rumeurs commençaient à empirer les choses. On me disait comme un tel génie que même la reine me passerait commande. Billevesée ! Mais il ne semble qu’il n’y ait que moi d’assez lucide, comble de l’ironie, pour me rendre compte de la vérité. Peu à peu mon père semblait s’en offusquer chaque jour de ce qu’on me disait et finalement, il fit la chose la plus horrible possible… même pour un monstre comme lui. Il paya une femme pour me charmer et me rendre suffisamment heureux pour en oublier mon commerce… ou du moins, stabiliser son développement.

Une femme entra dans ma vie, venue de nul par, et vola mon cœur en même temps qu’une partie de ma folie. Avec elle la vie devenait un rêve. Avec elle je me sentais capable d’affronter les pires tempêtes, les titans du ciel et de la terre, peu m’importais tant que ses bras se trouvaient au bout du chemin. La courtisée fut rapide, l’avoir dans mon lit aussi… mais le jour où je lui demandais sa main, mon nouveau monde de bonheur cotonneux s’effondra et la chute fut plus que douloureuse.

La vérité fait mal et celle la m’as tué. Elle n’était qu’une putain, une catin, une fleur de trottoir ayant accepté l’argent de mon père pour me détourner de ma boutique. La peste soit d’elle et de cet homme ! Oh oui, elle était tombée amoureuse de moi, mais je n’allais pas oubliée cette trahison. Ne jamais rien construire sur le mensonge, surtout pas l’amour. Je l’ai abandonné à son destin et c’est le cœur brisé par un premier amour factice, que j’ai demandé à mon Mentor afin d’avoir sa présence et ses conseils… comme tout apprenti attend du maitre. Mais la réponse se fait attendre… mon esprit déjà instable à ce qui semble être des trous de mémoires.

Ce n’est pas ta mémoire… c’est moi Jeff… juste moi. Toi aussi d’une certaine façon…

Lui, je dois vous en parler je crois. Il est apparu à cette époque de souffrance, devenant un mur capable de supporter toute les souffrances. Le pilier de mon âme qui apparait de temps a autre pour m’éviter de devenir… Fou ? Mais il n’eut que peu de pouvoir quand je reçu enfin la réponse de mon père de cœur… Mort, il était mort. Sombrant dans les abysses des déchets humains, il devint plus aisé de me voir saoul que sobre et bien souvent entre les cuisses d’une femme. Durant un an je fus un homme, non, une loque, qui aujourd’hui me dégoute.

C’est mon géniteur qui m’a sortie de ma fange social, me ramenant à la maison familiale pour éviter de voir notre nom souillé d’avantage. Il me cloitre entre quatre murs ou je végète littéralement. Un légume dénué d’esprit, voilà ce que je suis. C’est donc tout naturellement qu’il m’embarque avec lui en France quand la reine s’y rend pour fuir la Guerre Civile qui ravageai le pays. Étrangement, Paris m’inspire à nouveau un semblant de vie. J’y ouvre un nouveau magasin et m’y complet, travaillant plus dur que jamais.

Quand quelques années plus tard, la Reine, incapable de le payé, ne le retiens plus, mon père s’en retourne chez nous, pourtant maintenant c’est ici chez moi et je ne m’en plains guère. Je m’y suis fait un nom, je m’adonnais à ma passion… le tout saupoudré d’une certaine liberté et d’une intense nostalgie. Parler la langue de mon feu Mentor a quelque chose d’apaisant, comme si il n’était jamais très loin, comme un ange gardien. Un ange veillant sur moi… car même en revoyant la petite puterelle qui m’avait tant bouleversé, je n’eus qu’une sincère tristesse pour elle et son pauvre vieil homme trop stupide pour comprendre la supercherie.

Par la suite, ma folie me joua des tours, on médisait de moi, en cela j’avais l’habitude. Mais pis encore ! L’église s’intéressait au fruit du démon, j’étais selon eux possédé par le malin qu’il fallait purger de mon corps. Sans une intervention de Monsieur le frère du roi, je serais sans doute un peu trop bronzé… noir charbon pour être exacte. Mon sauveur m’as pris sous son aile et depuis, je lui suis redevable de ma vie. Je paie ma dette en chapeau et en perruque bien sûr ! N’allez pas travailler du chapeau en espérant une quelconque autre forme de remboursement… quoi que, allez savoir.

A présent, ma vie passée n’est guère plus qu’une histoire couchée sur le papier… à présent, c’est mon futur que j’écris.





Dernière édition par Jefferson Abbot le Ven 26 Avr - 19:01, édité 12 fois
avatar
Invité
Invité


Mer 27 Mar - 21:33

Ôtez le masque !



Prénom (Pseudo) : Alfaléa Âge : Toujours le même. Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ? Internet comment trouvez-vous le forum ? En levant les yeux ? Le code du règlement : OK by LéannaUn dernier mot ? léchouille

test rp, un minimum de 300 mots est demandé:
 


Dernière édition par Jefferson Abbot le Jeu 25 Avr - 22:09, édité 6 fois
avatar
Invité
Invité


Mer 27 Mar - 23:17

Je veux un chapeau, cher artiste chapelier !
avatar
Invité
Invité


Jeu 28 Mar - 9:18

J'ai déjà un chapeau

Rebienvenue à ce nouveau perso Very Happy

Je l'aime déjà Very Happy

Bonne écriture
avatar
Invité
Invité


Jeu 28 Mar - 11:30

Re-bienvenue à toi Smile

Et bon courage pour ta fiche câlin
avatar
Invité
Invité


Ven 29 Mar - 12:20

Re bienvenue alors câlin il me tarde de lire l'histoire de ce personnage qui promet d'être très intéressant Very Happy
avatar
Invité
Invité


Ven 5 Avr - 20:19

Bienvenue mon cher fou ! Wink Razz

Bien qu'on se connaisse bien à présent, il fallait que je passe par votre fichette tout de même ! <3

Au plaisir de vous voir très vite ! Very Happy
avatar
Invité
Invité


Lun 8 Avr - 20:07

Bienvenue Chapelier
avatar
Invité
Invité


Mer 10 Avr - 13:14

Juste une précision: "premier acte", on dit "un acte" ^^
avatar
Invité
Invité


Jeu 11 Avr - 9:15

Alors quelques petites fautes: "my child" (oui je corrige aussi en anglais Laughing) car me semble-t-il, tu n'en as qu'une?
"chez les ..." et pas "cher" ^^, "laissez-moi" (et pas "laisser", ce n'est pas un verbe à l'indicatif ^^)
"haut DE forme"...

Pour le texte, ce sont surtout des fautes d'accord, donc simplement à relire en faisant attention, par exemple quand tu as 3 adjectifs qui qualifient "ses lèvres", il faut tous les accorder de la même manière, donc "rosées" OK, les autres aussi avec un S ^^
Idem "un veston noir" sans E puis que c'est 1. "A boutons d'or" avec un S car je suppose qu'il n'a pas qu'un bouton Very Happy hihi.
Je te laisse jeter un oeil à la suite avec ces indications Very Happy (essaie de te servir de celles que je t'avais données pour les textes précédents Very Happy câlin )
avatar
Invité
Invité


Ven 12 Avr - 10:09

Je demande un petit délais supplémentaire Embarassed
J'aurai fini dans le week-end désolé pour l'attente Very Happy
Avec mon dos et les rendez-vous au médecin j'ai pas pus m'y atteler autant que prévu Rolling Eyes
Merci d'avance Kyaa
avatar
Invité
Invité


Ven 12 Avr - 10:15

Je pense qu'il n'y a pas de souci pour le délai, mais pense à bien corriger avec les indic que je t'ai données Very Happy avant de nous demander de valider câlin
avatar
Invité
Invité


Ven 12 Avr - 13:34

Coucou mon chapelier amour
Pas de problème pour le délai, surtout vu les circonstances Wink

Accroches toi pour les corrections câlin
avatar
Invité
Invité


Mar 16 Avr - 17:29

Histoire fini !
Un petit rafraichissement de son physique et l'écriture de son mentale et voila !
yeah
avatar
Invité
Invité


Mar 16 Avr - 19:28

L'histoire est super! J'aime beaucoup! Je suis fière de toi car il y a beaucoup moins de fautes par rapport à avant câlin néanmoins il subsiste quelques "a" sans accent alors qu'ils devraient en avoir (repense aux astuces que je t'ai données de remplacer par "avait"), des oublies de s aux adjectifs pluriels. Et bizarrement y a un accent sur le a de "once upon a time" alors qu'il ne devrait pas Laughing c'est quand même beaucoup mieux. Bravo.


Dernière édition par Athénaïs de Montespan le Mer 17 Avr - 8:40, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Mar 16 Avr - 23:58

J'AAAADORE!!

C'est génial! Une très belle écriture mon tendre amour
Votre plume est splendide bave
Je ne m'attendais pas à ça, c'est fabuleux!! Et très peu de fautes d'orthographe! Comme quoi le travail paie Wink

(Bon à part mon adoration de ta fiche, il reste une ou deux petites fautes ^^)
Bonne écriture pour le reste de ta fiche amour (Oooops, Laura va me tuer )
avatar
Invité
Invité


Jeu 18 Avr - 3:46

J'aime beaucoup ton histoire, comme tu le sais déjà pleure Vivement que tu ai fini toute la fiche Et si je ne te connaissait pas aussi bien, j'aurais presque peur avec les icones de ta partie histoire Razz
avatar
Invité
Invité


Mer 24 Avr - 21:18

FICHE FINI !!!!
Athénaïs n'a plus qu'à me taper sur les doigts pour les fautes :taping:
avatar
Invité
Invité


Mer 24 Avr - 22:04

Moi je peu jouer avec autre chose que vos doigts si vous voulez devil

@OkJeSorsTrèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèsLoin@ Razz
avatar
Invité
Invité


Jeu 25 Avr - 0:46

Jefferson Abbot a écrit:
FICHE FINI !!!!
Athénaïs n'a plus qu'à me taper sur les doigts pour les fautes :taping:

Youpiiii fan attitude
Cependant si je puis me permettre de chipoter en ma qualité de "tapeuse sur les doigts", la fiche n'est pas encore finiE: tu n'as pas rempli les petites questions de la dernière partie, et tu n'as pas corrigé ce que je t'ai demandé dans le dernier post. ^^

Quant au test RP, il est classe, tu as fait beaucoup de progrès c'est vraiment génial Very Happy Par contre c'est toujours le même type de fautes, donc idem, relis en gardant en mémoire ce que je t'ai déjà dit plusieurs fois (pour les accords en "é", "ée" avec ou sans S, ou "er", les "a" ou "à" etc). d'ailleurs encore une fois, en anglais il n'y a pas d'accent, et "daddy" c'est avec un y Wink

Voilou, un fois tout ceci arrangé, m'est avis que la validation sera en poche ^^ Very Happy
avatar
Invité
Invité


Jeu 25 Avr - 12:40

Quand tu auras fait ta correction tu seras validé mon bon Jeff câlin

(oublie pas aussi de remplir le reste de la dernière partie de ta fiche Wink)

_________________________

    SUN KING
    code broadsword.


Parce que je le vaux bien:
 
avatar
Est-ce que tu t'imagines qu'on peut gouverner innocemment.Est-ce que tu t'imagines qu'on peut gouverner innocemment.
Titre/Métier : Roi de France et de Navarre
Billets envoyés : 228
Situation : Marié à Marie-Thérèse d'Autriche

Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 25 Avr - 13:54

Jeff, j'exige que tu me reserves ton premier rp ^^
avatar
Invité
Invité


Jeu 25 Avr - 22:14

J'ai corrigé tout ce que je pouvais, j'espère que cela sera mieux Kyaa
avatar
Invité
Invité


Ven 26 Avr - 8:20

C'est cool. Y a toujours un "once upon à time" avec ce "à" qui rend dingue xD
"bonne à marieR" et pas "mariée", "sa colère devinT"...
Sinon franchement c'est super! Bravo encore pour tes super progrès, ça fait plaisir. j'espère que tes efforts continueront pour les RP Very Happy (et que tu voudras bien me faire un chapeau Kyaa )
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé

Jefferson Abbot le chapelier fou...

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jefferson ♔ Chapelier, fou ?
» Jefferson / Le chapelier fou
» Carnet de Jefferson, le Chapelier Fou
» Malicia Jefferson [VALIDEE par Xoumi]
» Jefferson VS Roosevelt: La guerre des universiter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Les Fiches de Présentation-