Partagez | 

 Marquise Du Parc-L'art de plaire est l'art de tromper

MessageAuteur

Lun 22 Juil - 14:40

Marquise(Thérèse) & Du Parc(née de Gorla)



Métier/Titre(s) : Comédienne et Danseuse
Âge : 33 ans
Origines : Italiennes
Langue(s) parlée(s) et niveau de maîtrise : Parfait français et italien
Orientation sexuelle :Hétérosexuelle
Situation: Mariée à René Du Parc, mère d'un petit garçon
Date de naissance : 6 mars 1633
Religion: Catholique
Groupe : Artiste
Personnage ayant existé?: Oui
Avatar : Keira Knightley

 
Le Miroir ...

La jeune Marquise développe très tôt une beauté remarquable, que son père ne se prive pas d'exploiter. Une beauté qui ne fait qu'augmenter au fil des années. Sa silhouette élancée, son père en fait tous les profits.Il fait danser sa fille sur son stand; car la belle jeune fille a un atout majeur.Ses jambes. Fuselées et gracieuses, celles-ci lui ouvriront pas mal de porte mais feront aussi son malheur. La grande beauté de son enfant, Giacomo s'en sert et prostitue Marquise. Sa fille a un visage de porcelaine, angélique presque enfantin. Ses levres fines et rosées; et surtout ses yeux, mordorés, ont charmés plus d'un homme. Son charme se situe aussi dans son nez aquillin.Ce visage est encadré par de légères ondulations châtains et fluides.
Alors, vous l'aurez compris, Marquise est une belle femme. Une très belle femme même. Une harmonie certaine, un charme envoûtant...Mais voilà,il y a les cicatrices, les scarifications, les meurtrissures. Vestiges de l'enfer dans son enfance.Enfin, même l'Enfer serait parut séduisant face au calvaire enduré.
Une cicatrice en forme de croix sur sa clavicule gauche,des traces nettes de brûlures sur ses épaules pâles,des scarifications sur ses omoplates, et surtout ses poignets qui cette fois-ci résultent d'elle-même...Souvent ses amants la questionne, et toujours elle se dérobe, esquive.Voilà donc le secret de cette femme, si mystérieuse...
 
... n'est pas le reflet de l'âme

Assez d'allusions au passé de la charbonneuse Marquise.Un passé encombrant qui hante ses nuits et les peuple de cauchemars terrifiants. Mais ce père despotique et violent, cette enfance rude et semée d'embûches auront fait d'elle cette femme courageuse et déterminée. Mais surtout, ils ont forgés ce caractère révolté et lunatique. Marquise ne supporte pas l'injustice, défend toujours la veuve et l'orphelin.Par dessus-tout, cette soi-disant toute puissance des hommes l'agace, et ses amants savent bien qu'elle ne se laisse pas faire facilement. Et qu'il est impensable de lui dicter quoi faire, quoi penser. Marquise est une sorte de rose,épineuse malgré tout.La belle comédienne mort facilement voyez-vous?Je dis comédienne, mais justement.Elle aimerait bien que son mentor, Molière,croit un pu plus en son talent.Toujours se coltiner les rôles de bonniches et de plantes vertes, cela commence fermement à lui taper sur le sytème!Il n'a d'yeux que pour Madeleine et Catherine,toujours exhibées sur un piédestal.Et elle?Elle doit se contenter des restes de Mesdames.Mais pour Marquise, il est hors de question que cela continue de la sorte, et le dramaturge l'apprendra à ses dépends...
La jeune Italienne est aussi passionnée.Par son métier bien sûr, mais par la vie aussi.Elle est tant de fois passées si près de la mort, qu'elle n'imagine pas vivre sur un fil,suspendue au dessus d'un ravin à attendre que le vent la face chuter d'un côté ou de l'autre. Alors elle vit, intensément. Elle aime, dans des passions brûlantes et dangereuses. Destructrices souvent. Mais qu'importe.On ne peut pas décider d'être heureux, mais on peut décider de ne rien regretter.Alors Marquise ne regrette rien.


Dernière édition par Marquise Du Parc le Ven 26 Juil - 15:34, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité


Lun 22 Juil - 14:41

On naît tous un jour ...



   

16 janvier 1646.          
           Une gifle. Puis deux. Les coups pleuvaient comme un orage de grêle. Marquise n’avait rien fait pourtant, hormis exister. Et c’était déjà beaucoup. Un énième soufflet lui fit tourner la tête et, sous la violence du choc, tomber à genoux. Elle sentit alors un goût dans sa bouche. Elle libéra des projections de fines gouttelettes vermeilles. Elle sentit un goût sur sa langue.Pas seulement celui de son propre sang, acre et métallique. Un goût différent, qu’elle découvrait pour la première fois ; et qui plus jamais ne la quitterait. Le goût du mépris:toujours associé à son père, souvent à d’autres hommes. Marquise essaya en vain de se relever mais une nouvelle rafale s’abattit. Celui qui pour elle n’était déjà plus digne d’être appelé papa, saisit le menton de porcelaine de l’enfant et planta ses yeux dans les siens. Cruel et perfide. Voilà ce qu’il était ; mais sûrement pas un père. Il siffla une insulte à sa fille qu’elle n’entendit pas tant ses oreilles bourdonnaient. Elle pouvait sentir son haleine pestilentielle et saturée de bourbon. Comme à chaque fois, elle s’était promis de ne pas pleurer. Et comme à chaque fois, elle pliait sous le poids de la douleur et de l’humiliation. Alors, sans retenue et sans bruit, des larmes coulaient le long de ses joues, traçant des sillons glacées sur  les pommettes bleutées. Les hématomes des jours précédents n’avaient pas disparus, comme pour lui rappeler chaque matin son supplice.
Son « père », Giacomo de Gorla, ivrogne sans le sou, dilapidait les quelques pièces, durement gagnées par son enfant, dans la boisson. Et après ça, il buvait pour oublier qu’il n’avait plus d’argent. Voilà le drame résumé de la petite Marquise.
Sa mère ne pouvait pas la protéger ; morte en couche des années auparavant. Pourtant, toutes les nuits, la jeune fille s’usait les genoux, meurtrissant ses membres pour prier.
Marguerite avait offert sa vie à sa fille, l’une était morte pour que l’autre vive. Marquise avait bien compris que pour son père, le Destin n’avait pas fait le bon choix. Ni sauvée la bonne personne. Cependant Marquise, fière et digne, gardait la tête haute pour celle à qui elle devait tout. Et même si parfois elle s’abandonnait ; seule au fond de son lit, dans le sein rassurant de la nuit tombée, c’était pour mieux faire illusion le jour levé. Voilà certainement le secret de son talent dramatique, même si tous ne le reconnaissait pas (à commencer par Molière). L’habitude, la lassitude de l’entraînement depuis sa plus tendre enfance.
 
Giacomo lui assena un ultime coup, avant sa prochaine fureur. Un répit de courte durée et terriblement douloureux, peut-être plus que le supplice même. Il tourna les talons, quitta la pièce en titubant. Marquise se demandait toujours comment il parvenait encore à tenir debout après la quantité d’alcool qu’il avait pu ingurgiter. Son organisme avait dû s’habituer, certainement. Alors Marquise pleura, et se fit une promesse. Dès qu’elle en aurait la possibilité, elle fuirait. Cet homme, cette masure putride et sinistre. Dans l‘espoir un jour, peut-être, de porter le titre qui la prénomme.
 
1653.
Marquise fit un pas de plus sur le long chemin qui la ferait toucher du doigt son rêve.Ce fantasme qui la hantait et l'obsèdait, et qui seul aujourd'hui lui donnait l'espoir de vivre encore une minute,une heure, un jour peut-être.La belle Marquise a fui son bourreau,ce père qui n'en est plus.Elle a échappé à son tourment il y a de cela plusieurs années maintenant;pour trouver refuge à des centaines de kilomètres.Comme si la jeune femme cherchait à mettre le plus de distance entre son chagrin et elle,entre son passé et sa vie nouvelle.Car oui Marquise rêvait encore,comme au premier jour, et c'est l'espoir qui la faisait tenir debout même lorsque la faim lui tenaillait le ventre.Il y avait la peur aussi,mais ça Marquise y était habituée.A tel point qu'aujourd'hui les jours où elle ne tremblait pas étaient plus rares qu'un ciel sans nuages.
La jeune femme avait trouvé refuge à Lyon, où elle continuait de danser pour survivre.Finalement la situation n'avait pas tant changé, hormis peut-être que Giacomo ne dilapidait plus les quelques pièces durement gagnées dans ses poches percées et qu'à présent elle dormait sans la crainte de féblir sous ses coups.Et puis un jour de ce début d'année 1653,la danseuse exprimait son art sur une place de marché morne et humide.L'air était mordant,le ciel couvert d'un voile blanc glacial.Les gens se pressaient, chacun s'afferrant à sa tâche.Un petit cercle s'était doucement formé,principalement des hommes, au milieu de cette cohue matinale.Marquise dansait, les yeux fermés, pour ne plus voir ce public qu'elle maudissait,qui inconsciemment se délectait de son malheur.De ces regards perfides braqués sur elle.Toujours cette même lueur qui s'allumait chez tous ces hommes,glauques et avides d'elle.Sans raison,la jeune femme entrouvrit pourtant les paupières.Elle l'aperçut.Il était différent des autres, ne la regardait pas avec la même perversité.Son regard était doux,serein.Ce n'était ni le dédain des gens de la "haute",ni la lubricité des autres.Il restait pourtant captivé par le spectacle.Il était richement vêtu pourtant tout cela n'était qu'illusion.On voyait nettement, la première impression passée,que ces habits manquaient d'éclat.Ils étaient ternis,passés de mode probablement.De l'année précédente ou celle encore d'avant.Sa perruque était mal arrangée,ses souliers usés.
Son numéro terminé, il s'approcha de Marquise,affichant un sourire séducteur.Il dit qu'il dirigeait une troupe de théâtre, de passage en ville et qu'ils ne tarderaient pas à repartir.Il badina encore,pendant de longues minutes et usant de ses charmes avec la danseuse.Mais elle n'écoutait plus.Une troupe.Marquise en avait rêvé, maintenant elle l'avait.
 
1653.
Molière.C'est ainsi que se nommait cet étrange personnage.Elle l'avait suivit,sans hésitation.Mais très vite avait-elle déchantée.Il lui avait fait miroiter des rôles et une place de comédienne,elle n'avait finalement obtenu que de danser.Certes, sur scène,dans une troupe et sur les routes de France.Parfois même chez les puissants.Mais ce n'était toujours que danser.
Environ un mois seulement après son arrivée,Marquise avait épousé l'un des comédiens,René Berthelot,dit Du Parc.Ainsi maintenant s'appelait-elle "Marquise Du Parc".Ce n'était certes qu'un jeux de mots scabreux et illusoire;mais au moins cela consolait-il la petite fille qui rêvait qu'un prince charmant vienne l'extirper de sa condition et l'éleve au rang des plus grands.Lui aussi,comme le reste,ne semblait être qu'un nuage de fumée, triste mirage dans son existence.
On l'avait jeté dans le lit du prince de Conti,un amant parmi d'autres, qui accorda dès lors sa protection à la troupe.
Mais en intégrant la "troupe de Molière",la belle Marquise a également du s'accomoder de deux concurrentes;très largement responsables de sa déchéance sur les planches.Enfin, si seulement il avait deigné lui confier un rôle.Car voilà,Mesdemoiselles Béjart et De Brie semblaient s'être attirées les faveurs du dramaturge, obstruant indéfectiblement l'horizon théâtral de Marquise.Mais la belle était ambitieuse, et elle ne comptait pas se laisser faire si facilement.
 
1659.
Ainsi Marquise, accompagnée de son époux,quittèrent-ils la troupe cette année là.L'Hôtel de Bourgogne, ou plutôt l'aîné des frères Corneille,semblait leur tendre les bras. Peu avant leur départ, la "troupe de Molière" avait gagné la protection de Monsieur,frère du Roi.Aussi une si prestigieuse place leur avait attiré quelques faveurs et c'est désormais tout naturellement qu'ils logeaient au théâtre du Petit Bourbon.Mais voilà,la jeune Marquise, lassée de jouer les midinettes et portée par son ambition inassouvie par son amant,décida néanmoins d'aller dans le pré d'à-côté voir si l'herbe n'y était pas plus verte.Elle avait fait succomber le rival veillissant de Molière lors de leur passage à Rouen,l'année passée.La talentueuse et surtout très ambitieuse Marquise délaissa son directeur pour tenter sa chance chez le voisin.La vérité,c'est que la jeune femme vivait comme un lent abandon la réticence de Molière à lui confier des rôles.
Elle était oppressée par les deux autres femmes de la troupe,omniprésentes et largement favorisées.Meurtrie par un amant qui ne voyait en elle qu'une paire de jolies jambes.Son besoin éternel d'exister dans le regard des autres,et pas seulement celui des hommes;sa faille béante qui semblait s'ouvrir un peu plus chaque jour,la faisant s'enfoncer dans des abysses d'où elle n'était pas certaine d'un jour réchapper.
 
Printemps 1660.
Le couple Du Parc réintègra la troupe,désabusé par leur expérience à L'Hôtel.Marquise n'avait pas comblé ses ambitions,ni trouvé la reconnaissance tant espérée.Son narcissime semblait au contraire s'être accru et son retour auprès de sa "famille" comme elle l'appelle,se profilait plus difficilement que son départ.
Un an après ce retour,la troupe eu la joie de déménager au Palais Royal;sort on ne peut plus glorifiant.
 
1664.
Marquise connut enfin le goût de la gloire, certes éphémère et fragile mais incroyablement salvateur.Encore une fois,ce n'était qu'un rôle de danseuse.Encore une fois,elle ne fut pas la comédienne adulée qu'elle fantasme d'être.
Qu'importe,aussi s'en contentera-t-elle.Tout du moins quelques temps, jusqu'à ce que ses ambitions et ses projets reprennent le dessus.
Marquise en voulait plus,toujours plus.Mais Molière s'obstinait à refuser,à la rabaisser.Créant chez elle un profond désarroi. Le mariage forcé n'aura-t-il était qu'un court répit,un aperçu du succés qu'elle espère tant.
Puis René vint à mourir.Ce serait mentir que de dire qu'elle était effondrée.Jouer les veuves éplorées n'aura été qu'un trop rare rôle, qu'elle interpréta néanmoins à merveille.
Même si cette nouvelle ne la dévasta pas,elle fut sincérement attristée et pleura même un soir;seule dans son lit désormais froid.Etait-ce le sentiment effrayant d'avoir de nouveau huit ans,son chagrin n'ayant alors aucun lien avec le décés de son époux?Peut-être.Cependant, Marquise ressentait une réelle affection pour cette homme,surnommé Gros-René,qui l'avait aimé pour qui elle était vraiment et non pas la femme-vitrine qu'elle s'efforçait de paraître.Ni uniquement pour son corps.A présent s'en voulait-elle un peu d'avoir était si futile,de l'avoir trompé si facilement et trahi tant de fois.Jamais il n'avait élevé la voix avec elle,jamais même ne l'avait-elle vu en colère avec qui que ce soit.
Ce soir-là,Marquise réalisa pour la première fois que son mari allait lui manquer.
 
1666.
L'année dernière,Marquise a effleuré son désir du bout du doigt.Enfin son premièr grand rôle,enfin en haut de l'affiche.Enfin,elle était devenue une vraie comédienne.Oui mais voilà,le sort semble s'acharner sur la jeune femme,ruinant méticuleusement chacun de ses efforts,anéantissant chaque parcelle de bonheur.
Racine lui avait écrit un rôle,à sa mesure.Elle incarnerait un rôle principal dans une tragédie,Alexandre Le Grand.Pourquoi avait-il fallu que Molière s'en mèle!Par jalousie?Ou par orgueil?Marquise penchait plutôt pour cette deuxième hypothèse,connaissant assez bien son ex-amant,parfaitement capable d'une telle faiblesse.
A cause de l'orgueil d'un homme,elle avait perdu son unique rôle,à ses yeux,et elle voyait le chemin s'allonger toujours plus à chaque pas.Autrefois,portée par l'espoir et la jeunesse,tout cela ne lui paraîssait pas si idéaliste.Désormais,le chemin lui semble parfaitement interminable.
Pourtant,l'horizon s'éclaircit.Molière ne boude pas le talent de sa protégée.Le retrait progessif de Madeleine sourit à la jeune femme qui joue régulièrement sur scène.Exister,toujours et encore.Etre sur les planches,pour être quelqu'un d'autre.Malheuresement,Armande fait son apparition,ôtant tout espoir de premiers rôles à Marquise.Pour l'instant elle prépare,comme toute la troupe,le grand retour de Molière avec le Misanthrope,où elle incarne la prude Arsinoé,bien loin du caractère de la belle.Mais c'est aussi ça le théâtre,non?
Pourtant,la naissance de son fils Jean-Baptiste René,baptisé cette même année,et l'insistant Racine,toujours près à la courtiser,finiront-ils de convaincre la comédienne de quitter définitivement les bras du dramaturge?
Il dira alors que c'est elle qui est partie.Elle répondra qu'il n'a pas su la retenir.


Dernière édition par Marquise Du Parc le Sam 10 Aoû - 11:46, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité


Lun 22 Juil - 14:41

Ôtez le masque !



Prénom (Pseudo) : Le petit Prince ou Clémentine,plus classiquement † Âge : 16 ans † Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ? Grâce à un lien sur youtube(merci à Héloïse de Fontanges, j'adore aussi Filles et Femmes à la fois!Winkcomment trouvez-vous le forum ? Très doux, frais et printanier.Super heureuse d'y être!fan attitude  † Le code du règlement : OK by MonsieurUn dernier mot ? Attends je réfléchis...Ah ben non en fait!bagarre bouing 
 
test rp, un minimum de 300 mots est demandé:
 


Dernière édition par Marquise Du Parc le Sam 10 Aoû - 0:28, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité


Lun 22 Juil - 22:07

Youhou, vive le théâtre  

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche  

_________________________

QUELQUE CHOSE APPROCHANT COMME UNE TRAGÉDIE† Un spectacle ; en un mot, quatre mains de papier. J’attendrai là-dessus que le diable m’éveille.  (c) P!A
avatar
Comédienne aux 1001 masques.Comédienne aux 1001 masques.
Titre/Métier : Comédienne
Billets envoyés : 1036
Situation : Officiellement célibataire, officieusement passe un peu trop de temps chez Gabriel de La Reynie
Crédits : AvengedInChain / P!A

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 22 Juil - 22:35

Merci beaucoup sauvage
avatar
Invité
Invité


Mar 23 Juil - 6:15

Marquise Du Parc a écrit:
Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ? Grâce à un lien sur youtube(merci à Héloïse de Fontanges, j'adore aussi Filles et Femmes à la fois!Wink

C'est un plaisir Cool  Bienvenue à toi Razz
avatar
Invité
Invité


Mar 23 Juil - 8:06

Bienvenue à toi Smile
Et bonne écriture yeah
avatar
Invité
Invité


Mar 23 Juil - 9:07

Héloïse:Merci câlin Tu vois au moins ta pub a le mérite d'être efficace!Wink

Ian:Merci balon 
avatar
Invité
Invité


Mar 23 Juil - 12:58

Je vous souhaite la bienvenue parmi nous Chère Mme du Parc et j'espère que vous vous divertirez en notre compagnie Very Happy 
avatar
Invité
Invité


Mar 23 Juil - 13:58

Bienvienduuuu sauvage

C'est normal que ton histoire et ton test rp aient le même texte ? :/

Bon courage pour ta fiche en tout cas Kyaa 
avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 23 Juil - 19:02

Merci Antoine!Je suis tout à fait certaine d'être comblée;)

Monsieur: Ouupss...Je règle ça rapidementXD
avatar
Invité
Invité


Mar 23 Juil - 21:59

x) Fais fais

Je trouvais ça un peu étrange

P.S : J'aime ton vava  
avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 24 Juil - 4:26

Bienvenue belle Marquise! (Mlle du Parc, quel super perso... yeah )
avatar
Invité
Invité


Mer 24 Juil - 14:37

Monsieur: Et voilà!XDMerci pour le compliment fan attitude (quel honneur! Un peu plus et je rougirai amour)

Louise:Merci:)( oui j'ai tout de suite accroché!Un vrai coup de foudre alors que c'est le premier pv que j'ai regardé, dès l'accueil sur le forum!! bave)
avatar
Invité
Invité


Jeu 25 Juil - 13:49

Bienvenue parmi nous! Ta fiche est top, plus que le test RP Very Happy En tout cas tu écris super bien, pour dire que t'as 16 ans, c'est impressionnant, bravo!
Au plaisir de te lire et peut-être de RP avec toi après ta validation, si tu es d'accord Very Happy
avatar
Invité
Invité


Jeu 25 Juil - 17:44

Bienvenue, Madame Du Parc !Wink 

Et bonne chance pour votre test "Airpé" !  
avatar
Invité
Invité


Ven 26 Juil - 14:57

Athénaïs:Merci beaucoup pour tes compliments,c'est un honneur! yeah Ce serait avec plaisir pour le rp.En tous cas pour le test rp, ca devrai être fait dans la journée!Smile

Mathis:Merci:)
avatar
Invité
Invité


Ven 26 Juil - 15:38

"Au temple de l'amour règne Aphrodite sur son trône d'étoiles"

Ah ben non en fait!Wink Repassez plus tard...


Dernière édition par Marquise Du Parc le Ven 26 Juil - 16:00, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Ven 26 Juil - 15:46

Très chère je lis ton histoire et je reste un peu sur ma fin en fait :/
Tu t'arrêtes avec Giaccomo de Gorla mais... tu ne dis rien de la rencontre avec Molière et René, et notamment les 10 années passées sur les routes avec la troupe puis le retour à Paris :/ c'est des points vraiment importants dans l'histoire de Marquise et je pense que c'est capital de les mettre dans ta présentation. Je crois que tu t'es mal située par rapport à l'histoire de ton personnage. La rencontre de Molière est déjà faite en réalité à Lyon même comme le dit la page wikipédia ^^
Voilà si tu veux bien donc rallonger ton histoire et peut-être du coup revoir un peu où en est vraiment Marquise à la cour ce sera parfait.
Si tu as besoin d'aide je pense que Mademoiselle Béjart sera ravi de te donner deux trois indications Very Happy
Courage câlin
avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Ven 26 Juil - 15:59

Messge reçu!J'avais lu wiki pourtant, ma mémoire s'en va!!Au secours!!XDBref, je vais potaser ça, et ilvut mieux que je garde la page sous les yeux si je veux éviter les gaffes...Merci de ta réponse rapide en tout cas!Smile
avatar
Invité
Invité


Ven 26 Juil - 16:43

Tu y es presque ça va être une super fiche en tout cas câlin

de rien c'est tout naturel et tu as eu la chance de "finir" quand j'ai mon jour de repos alors
avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Ven 26 Juil - 18:58

Si tu as besoin d'un peu d'aide pour l'histoire de Marquise (ou de la troupe en général, d'ailleurs), je serais en effet ravie de t'aiguiller

Ps : Je dois aussi dire que j'aime beaucoup ta fiche !

_________________________

QUELQUE CHOSE APPROCHANT COMME UNE TRAGÉDIE† Un spectacle ; en un mot, quatre mains de papier. J’attendrai là-dessus que le diable m’éveille.  (c) P!A
avatar
Comédienne aux 1001 masques.Comédienne aux 1001 masques.
Titre/Métier : Comédienne
Billets envoyés : 1036
Situation : Officiellement célibataire, officieusement passe un peu trop de temps chez Gabriel de La Reynie
Crédits : AvengedInChain / P!A

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 27 Juil - 20:02

Soyez la bienvenue Marquise et bon courage pour finir la fiche, j'adore déjà
avatar
Invité
Invité


Mar 6 Aoû - 21:41

Merci:)

Et un merci tout particulier à Madeleine.Oui peut-être que j'aurais besoin de ton aide en effet, surtout que Marquise est un personnage énigmatique assez difficile à cerner je trouve et déjà avec une histoire torturée alors...Faut dire que c'est un peu pour ça que je l'ai choisi aussi XD!Enfin bref tout juste de retour de vacances(ben oui, c'est la période il paraît!Wink je vais essayer de finir d'ici la fin de la semaine Neutral C'est la première fois que j'ai des compliments sur ma fiche comme ça, quelle pression! Je n'ai pas intérêt à décevoir...En tous cas ça fait surper plaisir, surtout quand on a pas l'habitude fan attitude Bref j'adore ce forum bagarre 
avatar
Invité
Invité


Mer 7 Aoû - 0:02

Je viens de t'envoyer un mp

_________________________

QUELQUE CHOSE APPROCHANT COMME UNE TRAGÉDIE† Un spectacle ; en un mot, quatre mains de papier. J’attendrai là-dessus que le diable m’éveille.  (c) P!A
avatar
Comédienne aux 1001 masques.Comédienne aux 1001 masques.
Titre/Métier : Comédienne
Billets envoyés : 1036
Situation : Officiellement célibataire, officieusement passe un peu trop de temps chez Gabriel de La Reynie
Crédits : AvengedInChain / P!A

Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Marquise Du Parc-L'art de plaire est l'art de tromper

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Marquise Du Parc-L'art de plaire est l'art de tromper
» L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha
» Les Artistes [8/9]
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Les Fiches de Présentation-