Partagez | 

 Melechia Ducatore


Dim 8 Sep - 22:01

Mélechia Ducatore  



Métier/Titre(s) : lézard, espion, fouineuse
Âge : 14 ans
Origines : sans doute française
Langue(s) parlée(s) et niveau de maîtrise : Français parfait, italien bon
Orientation sexuelle : hétérosexuelle
Situation: célibataire
Date de naissance : inconnue, en hivers…
Religion: Catholique peu pratiquante
Groupe : truand
Personnage ayant existé?: non
Avatar :  Maisie Williams


Le Miroir ...



Gautier-le-gaucher soupira en pénétrant dans la boutique. La lumière agaçait ses yeux pâles alors qu’il se dirigeait vers une table couverte d’étoffe.  Il plongea sa main droite dans la soie verte et apprécia sa fraicheur contre ses doigts rugueux. Puis une main se posa sur la même étoffe pour en tester la qualité. Il nota d’abord la petite taille des doigts qui frottait le tissu, puis la pâleur de la peau qui contrastait avec la teinte sombre de la soie, par la suite il remarqua l’usure de cette peau et les cals qui parcouraient sa paume mais le détail qui attira son attention fut l’anneau d’airain passé sur son pouce. Une bague grossière taillé à la va-vite mais sur laquelle on devinait nettement un lézard. Un sourire entendu redressa la lippe du Gaucher alors qu’il relevait la tête. Il aperçut d’abord une veste sombre, sans doute bleu, sans fioriture et fermé jusqu’au menton. Le genre de vêtement quelconque et passe-partout que portait la petite noblesse désargentés, les domestiques de riches nobles, les bourgeois ou les lézards. Sous la veste, on devinait une chemise, en nettement moins bon état dont le col élimé et légèrement jaunis dépassait. Plus bas, le pantalon, aussi bien entretenu que la veste, tombait en plis désordonnés sur des bottes de cuir usées et visiblement très utilisés. Il devina aussi un chapeau de feutre coincé sous l’aisselle de son vis-à-vis. C’était une tenue sombre, propre, sans extravagance et totalement insipide qui cependant excita facilement la curiosité de l’homme.  L’ensemble dessinait une silhouette menue, pour ne pas dire fluette, un peu plus petite que la moyenne qu’il aurait bien été en peine de décrire plus précisément. Aussi il leva un peu plus les yeux pour contempler le visage de son contact et ce fut avec joie qu’il la reconnue.
Tout d’abord il ne vit qu’une tignasse disciplinée violemment, qui tombait en mèche brunes et disparates sur les épaules et assombrissait quelque peu les traits de celle qu’il lui faisait face. Un jour, une maquerelle avait déclaré « D’toute façon, trop moche pour faire la pute ». Et malgré toute l’affection qu’il avait pour elle, Gautier devait bien reconnaitre que le furet n’était pas une beauté, loin de là. Le terme que l’on employait généralement pour la décrire était « banal ». Ce n’était pas méchant, ou méprisant, juste une constatation. Elle possédait une peau pâle semblable à celle des parisiens originaux, une peau qui ne se hâlé pas malgré des heures passés dehors. Sans être grossier, ses traits ne se distinguait pas par leur finesse ni par leur régularité. Lorsqu’on la regardait en coup de vent, ce qui arrivait souvent, on croyait voir un garçon pas encore sortie de l’enfance ou un homme d’une constitution particulièrement délicate mais personne ne distinguait la fille qui se cachait sous ce front un peu trop court. Oui que ce soit dans son grand nez droit ou son petit menton, on ne percevait rien chez elle qui méritait que l’on si attarde. Même ses cheveux châtains la gardaient dans un anonymat plus que souhaitable.
Puis en faisant un grand effort de concentration pour ne pas fixer la beauté derrière elle, Gautier parvint à soutenir son regard. Car chez elle, la seule chose un tant soit peu jolie que l’on pouvait trouver c’était les yeux. De grandes pupilles en général bleu qui auraient pût être banales mais qui ne l’étaient pas. Parce que dans ses yeux on pouvait deviner une intelligence avide, une détermination sans faille et la noirceur qui caractérisait tout ceux ayant grandi à la cour des miracles. Oui les yeux du furet étaient fabuleux et fascinant mais personne ne s’attardait assez longtemps sur elle pour le constater…
Un sourire creusa une fossette dans le visage presque propre de son contact et Gautier cessa de la dévisager tandis qu’elle lui faisait signe de quitter l’échoppe. Malgré lui, il se sentit rassuré par ce sourire qui lui avait manqué. Il la suivie alors qu’elle se dirigeait vers la sortie. Même sa démarche semblait ordinaire aux yeux pourtant expérimenté de l’assassin. Elle avançait sans se presser mais sans flâner, comme quelqu’un qui a une journée chargé mais qui ne se soucie pas d’arriver en retard. Une allure qui en plus d’être transparente lui permettait d’observer les clients sans en avoir l’air. L’allure idéal des lézards, ces êtres aux sangs froids qui ont pour but de se fondre dans la foule sans être vu mais en distinguant les moindre détails.
Puis ils furent de nouveau dans la grisaille parisienne. Son amie mit son chapeau. Son visage fut de nouveau perdu dans l’ombre. Elle se détendit et pour la première fois fit entendre sa voix.
« Bonjour Gautier »
Elle possédait un timbre clair pour un homme, un petit rauque pour une femme… Et ses paroles faillirent être emporté par la foule tandis qu’elle marchait doucement vers l’une des nombreuses cours des miracles.
« Bonjour Mélechia »


... n'est pas le reflet de l'âme



Gautier se mordit la lèvre inférieure de toutes ses forces pour empêcher son rire de s’échapper mais rien n’y fit. Il laissa échapper un ricanement alors que son amie marmonnait :
« Mélechia Ducatore… Il m’aurait appelé « Foutez-vous-de-ma-gueule » que le résultat aurait été le même. »
Elle bougonna un peu pour se plaindre du ricanement de son ami mais ne lui en tint pas rigueur. Sous son feutre, ses yeux sombres observaient la foule avec constante même si elle semblait regarder droit devant elle. Souvent sa nature méticuleuse virait à la paranoïa. Alors qu’elle regardait un gamin voler une bourse à une imposante matrone, Mélechia commença une longue tirade pour dévoiler point par point la haine qu’elle éprouvait vis-à-vis de son prénom.
Gautier ne répondit rien et l’écouta en silence. Mélechia aimait parler, elle parlait beaucoup, tout le temps et généralement de n’importe quoi. Les moins avertis de ses interlocuteurs allaient jusqu’à la prétendre bavarde. Mais elle n’était pas bavarde, loin de là. Car si les inepties, les ragots et les plaisanteries graveleuses franchissaient sans peines ses lèvres. La jeune femme ne révélait jamais le fonds de sa pensée ou les informations les plus importantes. Pour les lézards, la parole et les renseignements valaient de l’or et dans ce domaine la jeune femme se montrait d’une radinerie impressionnante. Elle pouvait discourir une heure durant et ne pas donner à son interlocuteur la réponse à sa question initiale.
La gouaille de Mélechia était son armure la plus efficace. Lorsque l’on est petite et faible il ne sert à rien d’impressionner les gens avec de grands airs mystérieux. Par contre se faire passer pour une fille futile et sans cervelle se révélait nettement plus utile. De même, il valait mieux faire mine de coopérer et noyer l’ennemi sous un flot de paroles inutiles que se terrer dans un silence hostile et coupable.
Pourtant Gautier le savait, cet abord vif et joyeux cachait une personnalité nettement plus sombre et dur.
Comme tous les enfants ayant grandi à la cour des miracles, élevé par Don Benvenuto en plus, Mélechia était dure, blindée, cuirassée et elle n’avait pas froids aux yeux. Pour elle, l’autre était obligatoirement un ennemi et une source de danger potentiel. Elle n’aidait que très rarement les autres n’étant que trop souvent plongé jusqu’au cou dans les emmerdes. Obstinée à l’extrême, elle ne renonçait jamais à ses projets, même les plus foireux et faisait généralement preuve d’une mauvaise foi troublante. Petite, elle aimait tant fouiner que le surnom de furet lui collait à la peau aujourd’hui encore. Sauf que maintenant, elle mettait les informations qu’elle trouvait au service de sa grande gueule.
Oui Mélechia avait énormément défaut, en plus d’être têtue et grande gueule, elle se montrait aussi radine, paranoïaque, rancunière, violente, tête-brûlée, soupe-au-lait et surtout fourbe.
Mais cela ne l’empêchait pas d’être excellente dans son domaine. Parce que Mélechia possédait deux qualités professionnellement rédemptrices. Elle était pragmatique et intuitive. Elle possédait un don incroyable pour deviner les situations merdiques (et s’y précipiter) ou sentir lorsque quelqu’un lui mentait. De même, elle ne se leurrait pas sur ses capacités et s’adaptait sans peine même si pour cela il fallait taire sa personnalité profonde. Elle réagissait toujours de façon rationnelle et protégeait à merveille ses intérêts.
« A quoi tu penses ? » demanda son amie.
« Je me demandais… Comment es-tu devenu ce que tu es ? »



Dernière édition par Melechia Ducatore le Dim 8 Sep - 22:12, édité 1 fois
avatar
....
Titre/Métier : furet, fléau humain
Billets envoyés : 185

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 8 Sep - 22:04

On naît tous un jour ...



   


« Ma mère m’a abandonnée à la naissance. »
Gautier se racla maladroitement la gorge. Il ne s’attendait pas à un début pareil.
« Raaaah ! Putain, me dit pas que t’es triste pour moi ? »
« Un peu. »
« Mais t’es pas possible toi… Tu crois que c’est mieux d’être comme Théo que son père bat tous les soirs ? Ou comme  Marie que son paternel a violée a onze ans ? Ou peut-être tu penses à Julie vendu à quatorze ans ? »
« Ben… »
« Si tu veux mon histoire, tu te la fermes compris ? Et je ne revois pas revoir ta putain de pitié. »

Gautier obéit et ferma les yeux, imaginant les évènements que lui décrivait son amie.

Don Benvenuto rentrait chez lui d’un pas pressé. La cour des miracles n’était jamais sûre en hivers. Les mendiants les plus affamés faisaient tout et n’importe quoi pour manger à leur faim. L’homme d’une trentaine d’année à l’abondante chevelure noire allait tourner à droite lorsqu’un vagissement attira son attention. Prudent, il s’empara de sa dague avant d’aller chercher la source du bruit. Comme il le soupçonnait un bambin était à l’origine du bruit. Il s’en empara et observa avec scepticisme le morveux braillard. Alors qu’il hésitait entre le tuer et le confier à une église, le gosse poussa un hurlement remarquable au vu de la taille de ses poumons. Un hurlement si remarquable que l’assassin qui se tenait dans le dos de Benvenuto manqua sa cible et lui entailla juste le bras. Après avoir expédié le truand en assassin et remercié la vierge de veiller sur lui, Benvenuto réfléchit. Le bébé lui avait sauvé la vie, plus ou moins, il était donc de son devoir de la lui sauver. Après tout sa présence sur un trottoir gelé était peut être un signe de Dieu. Même si pour l’instant, la seule explication que trouvé Benvenuto était que la mère n’avait aucune envie de garder le mioche. Une fois chez lui, il fourra le braillard dans les bras de celle qui lui servait de cuisinière/bonne/prostituée/médecin et alla dormir.

Malheureusement au milieu de la nuit, un hurlement le réveilla. Il se précipita dans la pièce où dormait Gwenda
:
« Sangdieu ! Mais qu’est ce qui se passe encore dans cette putain de maison ? »
« La petiote a faim »
expliqua sans se laisser démonter sa cuisinière.
« C’est une fille ? »
« Oui, et déjà vigoureuse pour son âge. »
« Raaaaah, en plus de m’empêcher de dormir, elle appartient à un sexe inutile. Dieu se fout vraiment de ma gueule »

Après ce parjure, Benvenuto alla s’enfermer dans sa chambre en se jurant d’abandonner la gosse à la première occasion.
Malheureusement pour lui Gwenda adorait la gosse et il dût la garder. Et après que sa « bonne amie » eut refusé de partager sa couche pendant deux semaines et de lui préparer à manger, il accepta même de la faire baptiser.
Ce jour-là, il était allé voir son prêtre habituel qui par miracle n’était pas encore ivre mort. L’ecclésiastique avait accepté de rendre service au terrible assassin, bien que la demande lui semble hautement bizarre.

« C’est quoi son nom à la gosse ? » demanda le prêtre en cherchant un peu d’eau à verser sur le crâne du bébé.
Benvenuto grimaça, détestant être pris en défaut.  
« On est quel jour ? »
« 13 janvier, jour de l’épiphanie. »
répondit le prêtre tout en mettant son aube la moins sale.
« Ben appelle-là… Melchior. Non attends, Melechia pour une fille c’est mieux. Et pour le nom, Ducatore comme moi. »
(Tu te rends compte que cet enfoiré de prêtre a pas protesté ? grogna Melechia arrivée à ce point du récit. Si je le trouve un jour…)

Benvenuto finit par s’habituer à la présence de la gamine dans son « palais ». De toute façon, en tant qu’assassin et cagoux du grand Coëstre il n’était pas souvent chez lui. Dès qu’elle fut en âge de marcher, la petite Melechia fut en âge de s’attirer des ennuis. Elle rentrait régulièrement au palais en sang parce qu’elle n’avait pas su fermer sa gueule ou éviter de se retrouver coincée dans une bagarre.
Puis alors qu’elle avait cinq ans, Benvenuto décida de la former « parce que cette chienne de vie ne laisse survivre que les plus forts. »


La petite n’aurait sans doute jamais le physique d’un assassin aguerris mais il pouvait quand même en faire quelque chose de viable. Trop petite pour être un gros bras, trop fille pour être prit au sérieuse comme assassin et trop moche pour être une pute Melechia fut tout naturellement préparé à être un lézard.
Un lézard est un être étrange qui pullule dans le sillage des assassins. Un lézard est un être transparent par essence. Il peut aussi bien devenir marchant, que poète, page ou mendiants. Un lézard est un homme capable de se fondre dans une foule sans que personne ne s’en rende compte. Un lézard voit sans être vu, analyse et revends ce qu’il sait à prix d’or. Parfois les lézards les plus doués sont des assassins, ce n’est pas le cas de Melechia.
L’entrainement fut dur, les punitions sévères et les résultats lents. Mais plus le temps avançait plus Melechia promettait d’être un lézard réussit. Si banale et transparente que même  ses employeurs ne parvenaient pas à faire attention à elle. Et elle tapie dans l’ombre ne manquait jamais une miette des intrigues qui se nouaient et se dénouaient autour d’elle.

Ce fut dans une ruelle de la Cour des Miracles que Melechia le rencontra. Ils devinrent amis. Mais cette histoire Gautier la connaissait très bien. Il se rappelait les courses dans les rues de Paris, les soirées passés à refaire le monde, le mutisme de son amie lorsqu’on lui posait des questions sur elle, les premières cuites, la première pute (offert par ses amis pour ses quinze ans).

Puis Benvenuto trahit le prince des gueux pour permettre à un autre prince de s’asseoir sur le trône. Certains ne goutèrent pas la trahison et tuèrent Gwenda. Melechia pleura puis elle releva le menton et se remit à avancer avec Benvenuto. Elle avait douze ans.

Un an plus tard le cœur de son père qu’elle croyait de pierre le lâcha. Elle le pleura puis elle releva le menton et se remit à avancer, seule. Elle avait treize ans.

Ce fut plus dur, mais en cédant le palais et en récupérant le pactole de sa « famille », elle avait de quoi voir venir en attendant que sa valeur soit reconnu. Et puis à la cour des Miracles le nom de Ducatore ouvrait encore quelques maigres portes. Bien que la reconnaissance ne soit pas une valeur très prisée.


« Voilà mon histoire, conclut Melechia en s’étirant, maintenant si tu m’excuses j’ai un client à aller voir »
Puis elle se tourna vers Gautier un demi-sourire aux lèvres :
« Déçu ? »
« Un peu, une pute m’avait dit que tu étais une princesse italienne en fuite. »

Elle éclata de rire :
« Tu m’as demandé mon histoire… Mais j’peux aussi te raconter ma légende. »



Dernière édition par Melechia Ducatore le Lun 9 Sep - 12:09, édité 2 fois
avatar
....
Titre/Métier : furet, fléau humain
Billets envoyés : 185

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 8 Sep - 22:04

Ôtez le masque !



Prénom (Pseudo) : Béné † Âge : 20 ans † Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ? une amie ^^ † comment trouvez-vous le forum ? top † Le code du règlement : OK by LiamUn dernier mot ? ici

test rp, un minimum de 300 mots est demandé:
 


Dernière édition par Melechia Ducatore le Lun 9 Sep - 12:43, édité 3 fois
avatar
....
Titre/Métier : furet, fléau humain
Billets envoyés : 185

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 8 Sep - 22:13

Sois la bienvenue !!

Je continuerai la lecture de ta fiche demain mais sache que j'aime beaucoup !!

Si tu as la moindre question n'hésites pas ! D'ici là je valide ton code ^^
avatar
Invité
Invité


Dim 8 Sep - 22:19

Je t'aime déjà petite truande nétoiles

Bienvenue Kyaa 
avatar
Il faut manger pour vivre
&Voler pour manger
Il faut manger pour vivre  &Voler pour manger
Titre/Métier : Voleuse de son état, arnaqueuse et menteuse à temps partiel.
Billets envoyés : 370
Situation : Célibataire.

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 8 Sep - 22:23

Merci à toutes les deux câlin 
avatar
....
Titre/Métier : furet, fléau humain
Billets envoyés : 185

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 9 Sep - 0:37

Moi j'ai lu et j'ai qu'une hâte c'est que tu sois validée fan attitude

je suis sûre que mon Mi-Botte et ton Furet pourraient avoir un super lien de la mort qui tue :gaaah: 

Bon courage pour la fin de ta fiche et comme l'a dit Liam, n'hésite pas à poser tes questions amour
avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 9 Sep - 9:13

Bienvenue! Ton perso est super intéressant et j'adooooore l'ava que tu as choisi ^^ câlin
Pas contre, fais juste gaffe dans le dialogue... "OK", je suis pas certaine que ce soit très usité au 17eme siècle en France ^^ tu peux mettre "d'accord" à la place ^^
Bon courage pour le test RP Very Happy
avatar
Invité
Invité


Lun 9 Sep - 9:46

Je te l'ai déjà dit sur la CB mais pas ici alors welcoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooome Je ne t'appelerais pas "petite gueuse", ce surnom étant réservé pour ma Laura chouchou Smile Mais tkt tu auras bientot ton surnom xD
avatar
Invité
Invité


Lun 9 Sep - 10:06

Moi je pense que je l'appellerai "petite manante", ou "petite va-nus-pieds" ? Razz (je sens qu'Athé va encore se faire des amis... )
avatar
Invité
Invité


Lun 9 Sep - 10:14

Viiiiiiiiiiiiiiiiiii un surnom Kyaa 
en tout cas merci pour vos messages, ça fait chaud au coeur câlin 
petite-manante j'aime bien mais petite-va-nu-pied, je tiens à signaler que Mel porte des bottes. bagarre 
(Melechia bougonne dans son coin parce qu'elle est pas si petite, la preuve elle dépasse le mi-botte)

P.S je suis en train de rédiger le RP, j'aimerais que ça ressemble à ça   mais c'est plutôt ça :taping: et ça :waaa: 
avatar
....
Titre/Métier : furet, fléau humain
Billets envoyés : 185

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 9 Sep - 10:17

mdr ne t'inquiète pas, moi aussi quand j'écris ça ressemble à ça :waaa: :taping: 
En tout cas j'espère qu'on pourra avoir un lien et un RP ^^
avatar
Invité
Invité


Lun 9 Sep - 12:03

Voilà Test Rp posté... :taping: J'espère qu'il convient. A propos il y a au milieu du texte une très longue tirade. je suis au regret de dire qu'elle est absolument sans intérêt.  En fait, arrivé au milieu de ce discours enflammé je me suis fait la remarque qu'à ce rythme la réponse de Mel' allait suffire à remplir la demande des 300 mots. Et aussitôt mon cerveau accro aux défis débiles s'est lancé dans l'aventure...  Je m'excuse d'abuser ainsi de votre temps  
Ah et Monsieur/Erwan: il va de soi que je veux un super lien avec toi hop hop  quand à Athenais je pense que notre lien ou rp promet d'être très drôle quand on voit les caractères et histoires de nos persos   En bref j'ai hâte de Rp avec vous tous  
et pour finir Ducky chéri. ce smiley n'a rien à voir avec l'histoire mais je l'aime
avatar
....
Titre/Métier : furet, fléau humain
Billets envoyés : 185

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 9 Sep - 12:07

Je vais de ce pas lire ton test RP :DLa validation ne dépend absolument pas de moi, je ne suis que l'humble modératrice de l'orthographe, mais je suis enthousiaste Smile

Edit: C'est vraiment pas mal, ortho presque parfaite, à part quelques petites fautes d'accord (comme "les odeurs sucréEs" ou les impératifs des verbes du 1er groupe qui ne prennent pas de S: "mange!" sans S ^^)

[D'ailleurs je fais cette même remarque à HELOISE dont la signa est truffée de cette faute qui me détruit les yeux xD verbes du 1er groupe (en ER): pas de S à la prmeière personne de l'impératif.]

Idem au futur pour la première personne: par exemple "je ferai"' sans S.

Sinon c'est nickel Very Happy
avatar
Invité
Invité


Lun 9 Sep - 12:43

Bienvenue parmi nous Smile
avatar
Invité
Invité


Lun 9 Sep - 15:39

Bienvenue petite malicieuse et agréable enfant. amour 
avatar
Invité
Invité


Lun 9 Sep - 20:49

Bienvenue  Ton perso a l'air génial, je vais vite aller lire ton histoire ♥

_________________________

QUELQUE CHOSE APPROCHANT COMME UNE TRAGÉDIE† Un spectacle ; en un mot, quatre mains de papier. J’attendrai là-dessus que le diable m’éveille.  (c) P!A
avatar
Comédienne aux 1001 masques.Comédienne aux 1001 masques.
Titre/Métier : Comédienne
Billets envoyés : 1036
Situation : Officiellement célibataire, officieusement passe un peu trop de temps chez Gabriel de La Reynie
Crédits : AvengedInChain / P!A

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 9 Sep - 21:18

Merci à tous fan attitude 
avatar
....
Titre/Métier : furet, fléau humain
Billets envoyés : 185

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 11 Sep - 3:21

TU ES VALIDE(E)

Une nouvelle Truande, une belle plume, une histoire trop cool et un perso tout aussi stylé et en plus de ça Maisie Williams, mais que demande le peuple ?

Alors te voilà validée très chère, pardon pour l'attendre amour

Merci de faire : Recenser ton avatar pour éviter l'invasion des clones - Fiche de Rp pour commencer à jouer - Fiche de lien pour se lier avec les autres membres
Les liens qui peuvent servir : Une petite faveur? maison, rang ou charge? - Les connaissances pour mieux savoir et ne pas être pris au dépourvu

Bon jeu sur Vexilla Regis!

avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 11 Sep - 7:40

Pardon pour l'attendre? Monsieur, faut vraiment que t'arrêtes de poster à 3h du matin Razz

Félicitations petite manante, enfin j'veux dire, charmante Mel! câlin
avatar
Invité
Invité


Mer 11 Sep - 10:02

Merci Monsieur   je te ferais bien un calin pour te remercier mais il parait que tu as peur que ça abîme tes vêtements ^^. En tout cas je plussoie Athénais, la nuit le sommeil c'est sacré ^^ mais comme c'est pour mon bien je t'en suis doublement reconnaissante

Merci belle Athé câlin 

Maintenant préparez vous les loulous, j'arrive  :gnahah: yeah 
avatar
....
Titre/Métier : furet, fléau humain
Billets envoyés : 185

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 11 Sep - 10:12

Pourquoi je sens que ça va être folklo? en tout cas, youpiiiii fan attitude
avatar
Invité
Invité


Mer 11 Sep - 13:08

Ma tête pensait à autre chose mes doigts n'en ont fait qu'à leur tête

Oui voilà Mel un petit câlin de loin ça va Very Happy
avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 11 Sep - 18:23

Bienvenue sur le forum Melechia et j'espère que tu t'y plairas x)

Ta fiche est superbe en tout cas et, ne t'inquiète pas, je ne te vois pas pour l'instant comme une sale manante, or pour ces dames nobles assez crazy oui malheureusement ;-P
avatar
Invité
Invité


Mer 11 Sep - 21:48

Crazy, crazy... je t'en mettrai du crazy! Razz
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé

Melechia Ducatore

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Les Fiches de Présentation-