Partagez | 

 "And all that was left was an empty heart and a chipped cup." || Louise Julien


Dim 13 Oct - 3:41

Louise Julien



Métier/Titre(s) : Femme de chambre
Âge : 19 ans
Origines : Françaises
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Situation: Célibataire
Date de naissance : 4 mai
Religion: Catholique
Groupe : Domestique
Personnage ayant existé?: non
Avatar : Emilie de Ravin


Le Miroir ...

D’une peau si blanche qu’elle semble translucide, chaque trait, chaque nuance de couleur a chez la demoiselle un contraste frappant : ses lèvres à peines colorées d’un rose saumon au naturel, prennent la couleur du sang à la moindre touche de rouge. Ses joues rosissent donc en toute logique facilement, au contact du froid ou de la main d’un gentilhomme. Ses yeux, à la couleur quelque peu indéfinie, passent d’un bleu intense à un vert d’eau, en particulier quand ils sont humides. Son visage a un dessin assez rond mais son cou est fin et sa poitrine sans être débordante a sa petite générosité. La taille est fine et les hanches assez étroites, n’en déplaise à certains messieurs qui les auraient préférées plus larges. Sa hauteur est quant à elle assez banale : ni trop haute, ni trop petite. Mais c’est sans doute la seule chose qui n’est pas banale. Pour ne pas trop trancher avec sa pâleur, ses cheveux sont d’un blond très clair, presque blanc. Ils sont légèrement ondulés et terriblement soyeux lorsqu’elle en prend soin, mais les longues périodes de travail les rendent parfois fragiles et cassables, comme de la paille. Ses mains sont abimées par le labeur, tout comme ses pieds. Elle n’est pas d’une beauté frappante comme celle des courtisanes qui éclatent de leur beauté, mais quand on la voit rire... le temps s’arrête. Ses yeux pétillent, les commissures de ses lèvres font un dessin qui irait presque d’une oreille à l’autre. Mais faites la pleurer, et jamais votre cœur ne se sera autant serré ; les sourcils se froncent, le sourire disparait, les larmes montent, son corps s’agite et le monde entier s’effondre autour d’elle. L’émotion est gravée en lettres d’or sur son visage, comme l’émotion qu’on voit dans les peintures lorsqu’on les observe assez longtemps.  

... n'est pas le reflet de l'âme

Si elle a la peau couleur de neige, elle n’est pas pour autant glacée de cœur. Au contraire, ayant grandi dans la misère noire et en prenant soin de sa petite fleur de sœur, elle apprit dès son plus jeune âge à prendre soin d’autrui, à faire preuve de générosité. Au fond, elle est tout entière aux autres, au point qu’elle s’en efface elle-même. Parfois un peu plane par conséquent, il faut vraiment la secouer pour qu’elle puisse seulement commencer à se défendre elle-même. Se laisser marcher sur les pieds, cela ne l’horrifie pas plus que ça ; elle reste simplement de marbre, mais bien plus par lassitude de se battre, que par dignité. Par contre, touchez devant elle à sa sœur, et vous ne pouvez que prier que quelqu’un la retienne. Sa loyauté et sa dévotion envers ce qu’il reste de sa famille est sans limite, elle se battra jusqu’à son dernier souffle pour sa petite fleur. Si seulement elle s’aimait assez pour se battre de la même manière pour elle-même. Affectueuse et d’une grande tendresse avec les personnes qu’elle aime et dont elle veut le bien, elle se comporte souvent – sans doute trop souvent – comme la maman de ceux qui l’entourent, qu’il s’agisse de sa sœur, de feu son époux, mais également de ses employeurs ! Trop protectrice. Voilà le mot. Elle était beaucoup trop protectrice, quitte à s’insérer plus qu’elle ne le devrait dans la vie de ceux qui n’en voulaient peut-être pas de sa protection. C’était un de ces défauts qu’on guérit vraiment très difficilement car il est ancré au plus profond de soi. Mais comme écrit plus tôt, sa surprotection pour les autres, elle ne l’applique pas à elle-même : qu’il s’agisse de se promener dans les rues de Paris tard dans la nuit pour finir ses courses pour ses maîtres, qu’il s’agisse de se méfier des jeunes comtes mal intentionnés qui la charment pour ensuite la rejeter dans le tas de fantômes de servantes désenchantées,… non. Elle ne faisait rien de tout cela et s’y faisait prendre à chaque fois. Un peu naïve ? Ou peut-être seulement si désillusionnée par la vie depuis la mort de son époux et la séparation de sa sœur qu’elle n’a plus l’envie de faire attention ? Mélancolique ? Oui, elle l’est aussi, plus ou moins, suivant la quantité de travail qui lui permettait de penser plus ou moins à ses douloureux souvenirs.


Dernière édition par Louise Julien le Dim 13 Oct - 18:57, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 3:52

On naît tous un jour ...



   
Dans un cachot glacial, une jeune femme qui plonge son regard dans le petit carré de ciel gris que lui offre sa prison. Elle tient dans ses bras un petit poupon à qui elle a donné naissance quelques semaines auparavant. Par Dieu sait qu’elle miracle, la petite arrive à son premier mois et continue à survivre au froid. Ses yeux sont grands et bleus, comme ceux de celle qui lui a donné le jour. Elle s’appelle Louise. Dérivé du mot lumière, ce prénom lui sied à merveille car elle est le petit rayon de soleil de la prison et surtout de la vie de la jeune maman. Les années passent et enfin, Louise et sa maman son relâchées. Elles emménagent dans une bicoque et bientôt, Louise voit sa maman à nouveau enceinte. Comment ? De qui ? Louise ne le sait pas et elle ne cherche pas à le savoir, elle n’a que 5 ans à la naissance de Léanna mais sait déjà qu’elle aura à s’en occuper. Et c’est ce qu’elle fit avec beaucoup de tendresse pendant que sa mère partait travailler.  Sa petite sœur était tout pour elle, et dix ans durant, Louise fut aux petits soins pour elle. Elle restait des nuits entières à veiller Léanna pour leur moindre rhume, craignant plus que tout qu’à un moment où un autre, elle arrête de respirer. Mais la cadette était solide comme sa sœur et aucune espèce de maladie ne l’arracha à la famille Démieux. Cela n’empêchait l’aînée d’être terriblement protectrice et de l’accompagner à chaque fois qu’elle mettait un pas dehors. Elle en profitait pour tout lui raconter, pour tout lui expliquer, ce qu’était chaque chose, comment elle s’appelait et comme elle pouvait changer. Comment la feuille verte devenait rousse avant de tomber, comment le chaton devenait matou, comment la pomme pourrissait si on ne la mangeait pas à temps,… Jamais un enfant n’eut autant de pourquoi répondu au quart de tour. Et si elle ne savait pas la réponse, elle trouvait le moyen de l’obtenir, par ses voisins ou les employeurs de sa mère.


« Petite fleur, sache que de ton premier cri à ton dernier,
Les pétales de ta grande sœur t’abriteront du danger. »
Mais sa tendresse et sa loyauté envers sa famille ne l’empêchèrent pas de vivre les moments les plus importants de la vie d’une jeune fille. Quand sa petite fleur eut 10 ans, et que Louise en avait 15, elle ne devait depuis longtemps plus autant s’occuper d’elle et pouvait sans soucis la laisser seule à la maison. Si elle avait déjà commencé à travailler ponctuellement autour de ses propres 10 ans, elle pouvait à présent le faire avec une plus grande régularité et devint vendeuse de fleurs sur le marché. Radieuse comme elle l’était et son corps devenant celui d’une jeune femme, elle était remarquée malgré ses vêtements tirant plus vers le pauvre que la plupart des vendeuses. Nombreux revenaient chez elle, ne serait-ce que pour un brin de causette tout à fait sympathique ou plus communément pour l’admiration de son joli minois.  Un jeune homme revint étonnamment souvent et Louise commençait à se méfier. Pourquoi ? Il était beau, il avait l’air un peu au-dessus de sa propre condition, et il revenait sans cesse, ne disant pas grand-chose, simplement lui souriant en coin. Un jour, elle osa tout de même demander pour qui étaient toutes ces fleurs. C’était au printemps et le soleil se couchait. Le jeune homme répondit « Pour vous, seulement je n’ai jamais osé vous les offrir. » L’instant où elle trouva cette réponse totalement absurde ne dura même pas une demi-seconde car elle fut l’instant d’après envahi par un flot d’émotions. Jusque-là, elle avait vu un garçon plutôt joli qui revenait acheter des fleurs, et soudain elle vit un regard plein de douceur et de charme, un sourit qui illumine le visage de celui qui le regarde, des bras dans lesquels on veut se jeter… Elle en rougit d’émotion et le garçon lui acheta toutes ses fleurs pour les remettre dans le panier et pouvoir passer la soirée avec elle. Si il y avait bien une chose qu’elle avait apprise de sa mère c’était qu’elle devait se marier par amour, et uniquement par amour. Quand pour ses 16 ans, Simon l’emmena pour la première fois de sa vie dans un carrosse, elle se sentit comblée… mais aussi comblée qu’au moment où il prit sa main, déposa un baiser au creux comme il le faisait souvent et chuchota : « Et si on se mariait ? » Evidemment ce n’est pas comme ça qu’on demande les princesses en mariage mais Louise n’en était pas une et la demande ne pouvait pas avoir été mieux faite. Elle chuchota un petit « oui » larmoyant et se jeta à son cou. Ils se marieraient et seraient heureux...

Mais Louise n’est pas faite pour « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. » Non seulement, elle ne tomba pas enceinte la première année mais au bout de cette année, Simon se mit à tousser. De cette toux si innocente au départ, mais qui se fait de plus oppressante, rendant les dîners silencieux pour qu’ils ne soient interrompus que par ses toux bruyantes. Et puis on voit la goutte de sang et la panique nous prend. La jeune épouse fit venir une flopée de médecins qu’elle ne pouvait que payer en travaillant toute la journée et qui faisaient saignées sur saignées… Mais aucune amélioration, Simon maigrit, s’affaiblit, il ne dormait plus, secoué de cauchemar et de sueurs froides. Louise, comme elle l’avait fait des années auparavant, veillait et s’occupait de lui, épongeait son front et le soignait autant que son savoir le lui permettait. On déclara enfin une phtisie. Jamais la jeune femme n’avait entendu de mot plus atroce, c’était comme si on annonçait une sentence de mort. Et au fond, c’en était une. Les choses allèrent tellement vite à partir de cet instant-là. Elle resta simplement à la maison avec, le gardant contre elle et caressant ses cheveux, racontant un millions d’histoires pour lui faire oublier le froid, la peur,… L’inévitable arriva pourtant et Louise eut le sentiment de tomber en chute libre. Tout à coup, elle se retrouva sans époux, sans travail et surtout, sans la moindre envie de vivre. Elle avait 17 ans et six mois, et une seule envie : mourir. Heureusement, Léanna qui avait vu si bien sa sœur s’occuper d’elle en son temps, su très exactement comment prendre soin de son ainée. Et elle le fit merveilleusement bien, laissant la jeune veuve pleurer tout son saoul tout en l’aidant à se relever comme quand Louise lui avait appris à marcher : petit pas par petit pas. Quand elle fut à nouveau dans la mécanique d’une routine quotidienne, elle cessa enfin de pleurer et la douleur commença à devenir moins immobilisante, elle se remit lentement à parler – à d’autres gens que sa sœur et sa mère – et recommença à faire partie intégrante de la vie du faubourg. C’est ainsi qu’un jour, alors qu’elle servait dans une auberge, un homme la complimenta pour son efficacité et lui demanda si elle cherchait à sortir du faubourg. Elle répondit que non, qu’elle souhaitait seulement ramener l’argent nécessaire pour sa famille. L’homme renchérit qu’elle gagnerait beaucoup plus d’argent là où il l’invitait à aller travailler et que sa famille serait bien plus à l’aise avec plus d’argent. C’est ainsi qu’après des adieux déchirant, la jeune femme partit pour Saint Germain en Laye où elle devint femme de chambre des invités, changeant de maître ou de maîtresse régulièrement mais passant surtout de longs mois à errer d’un couloir à l’autre du château, parmi les fantômes de son passé. Bientôt la solitude pesa de trop et elle envoya une lettre à Léanna, lui demandant si elle ne souhaitait pas – maintenant qu’elle était grande et qu’elle allait voir 14 ans – commencer, elle aussi, à travailler au château. Cela allait faire 8 mois qu’elle y travaillait et elle avait très bien accueillie par ses confrères, elle lui trouverait du travail sans difficulté. La réponse positive de sa petite sœur l’empli de joie et Louise ne put que s’exalter d’être réunie avec celle qu’elle aimait le plus au monde.


Dernière édition par Louise Julien le Dim 13 Oct - 13:02, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 3:53

Ôtez le masque !



Prénom (Pseudo) : Lou Âge : 19 Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ? Monsieur, s’vot’faute d’abord ! comment trouvez-vous le forum ? choli ! Le code du règlement : OK by Athénaïs Un dernier mot ? C’est mon dernier mot Jean Pierre.

test rp, un minimum de 300 mots est demandé:
 


Dernière édition par Louise Julien le Dim 13 Oct - 12:25, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 11:03

Welcooooooooooooooooooooooooooooooooooooome câlin
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 11:06

Bienvenue à toi Pour le moment, ta fiche me semble parfaite, reste à voir avec les admin qui ont créé le perso. Manque le test RP et ce sera nickel Very Happy
Si tu as des questions, n'hésite pas. câlin
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 12:13

Bienvenue parmi nous Louise yeah

J'espère que tu vas te plaire ici Smile
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 14:00

Bienvenue ici belle Louise :3
J'espère que tu te plairas parmi nous Very Happy
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 14:49

Bienvenue à la cour, Louise ! Une future collègue fan attitude 
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 16:08

Bienvenue Emilie, euh Louise sur ce forum Kyaa 
Ta fiche est chouette, bonne chance pour ta validation ! x)
avatar
Invité
Invité


Dim 13 Oct - 20:43

TU ES VALIDE(E)

Avec la permission expresse et la joie innocente de notre petite pâtissière je te valide toi qui t'es laissée avoir pour la deuxième fois par la beauté magnifiscente de notre fo

Moi j'aime ta fiche (comme tout le monde d'ailleurs) alors j'espère que cette fois ce sera la bonne Very Happy

Bonne mumuse chez nouuus :crazy:



A FAIRE IMPÉRATIVEMENT : Recenser ton avatar pour éviter l'invasion des clones - Fiche de Rp pour commencer à jouer - Fiche de lien pour se lier avec les autres membres
Les liens qui peuvent servir : Une petite faveur? maison, rang ou charge? - Les connaissances pour mieux savoir et ne pas être pris au dépourvu

Bon jeu sur Vexilla Regis!

avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 13 Oct - 21:03

Félicitations Au plaisir de RP avec toi câlin
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé

"And all that was left was an empty heart and a chipped cup." || Louise Julien

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "And all that was left was an empty heart and a chipped cup." || Louise Julien
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» 03. This is the way you left me
» You left, I died ▲ John -retrouvailles- [Terminé]
» RMT pashmilla don't left me down (console)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Les Fiches de Présentation-