Partagez | 

 Rendez-vous improbable {Achille}


Jeu 30 Jan - 14:26


Rendez-vous improbable

Laura Zirrafon & Achille de Montaron



« 18h près de l'église de la Madeleine, rue de la Ville l'Evêque ».

Ce furent les derniers mots que lui adressa le chevalier de Montaron, avant que ce dernier ne parte en compagnie de la noble, laissant la jeune Laura seule dans la ruelle sombre. Cette rencontre l'avait perturbée, sans qu'elle ne sache réellement pourquoi. Il y avait tout d'abord eu cette réaction bizarre d'Achille vis-à-vis de ses yeux bleu, et ensuite ce rendez-vous murmuré en toute discrétion... Sans oublier le fait qu'il ne l'ait pas arrêté, ni même jeté hors de l'église, alors qu'il avait deviné rapidement le genre de personne qu'elle pouvait être. Une truande en moins dans la capitale n'aurait manquée à personne, et cela aurait été une bonne action de sa part, sans doute félicité, bien que Laura ne soit pas d'une grande importance aux yeux du monde. Ce n'était qu'une fille des rues, une pauvrette malhonnête volant à vau-l'eau sans aucun regret. Pourquoi ressentirait-elle une quelconque pitié pour ces nobles ayant tout ce qu'ils voulaient, mangeant à leur faim et vivant convenablement, et surtout confortablement ! Elle n'avait jamais eu ne serait-ce que le cinquième de ce qu'ils possédaient tous individuellement, et pourtant, elle ne s'en plaignait nullement. Peut-être pourrait-elle même apprécier ces riches personnages, si ces derniers ne méprisaient pas ainsi les pauvres gens n'ayant pas eu la chance de naître dans un berceau doré. La rancune que pouvait ressentir la voleuse à leur égard était grande, néanmoins, elle avait appris que certains -ou plutôt certaines-, possédaient assez de bon coeur pour ne pas se montrer odieux envers les plus démunies. Des cas rare selon son avis, mais qu'il fallait toutefois citer. Laura ne possédait pas de fond mauvais, malgré l'univers auquel elle appartenait. Des grosses brutes, des ivrognes idiots, des filles de petites vertus, elles en croisaient tous les jours non stop, mais ce n'est pas pour autant qu'elle voulait leur ressembler. Certes, il pouvait lui arriver assez fréquemment de se prendre au jeu et de s'amuser de façon vulgaire et même stupide, mais jamais, au non jamais, vous ne la verrez jouer de ses charmes et se montrer violente envers quiconque. Qu'on lui fasse du mal ou qu'on s'en prenne simplement à elle, la demoiselle n'irait pas user de la force pour se défendre. Non seulement parce qu'elle était loin d'avoir une carrure imposante, mais également parce qu'elle n'en voyait pas l'intérêt. Ruser, se montrer plus malins que son adversaire, semblait dans ce cas bien plus efficace, et Dieu seul savait à quel point elle ne manquait pas de malice.

Que pouvait bien lui vouloir le mousquetaire, pour ainsi lui demander de venir dans cet endroit si tranquille en apparence ? Laura n'avait que très peu dormit, se posant mille et une question sur ses raisons de venir jusqu'ici. Pour un peu, elle était prête à ne pas s'y rendre, tellement l'anxiété l'avait gagnée. Mais elle s'était finalement décidé à y aller, sa curiosité lui rongeant les sangs sur la personne à qui ses yeux ressemblaient. Elle avait un tel besoin de savoir que toute autre conversation qui serait échangée la décevrait horriblement. Il l'avait laissé sur une telle fin la veille ! Que ce soit sa mère, son père, une soeur ou un parent quelconque, il fallait qu'elle connaisse la réponse à ses interrogations.

La brunette se tenait debout au lieu de rendez-vous, ses mains serrant les jupons de sa robe sale et délavée. Elle était incapable de rester tranquille plus d'une minute, il fallait qu'elle bouge, qu'elle s'occupe. À vrai dire, elle ne savait pas si elle était en avance ou en retard, la lecture de l'heure ayant toujours été très approximatif pour elle, comme plein d'autres choses d'ailleurs.


-Bon sang, et si j'l'avais loupé ? Se dit-elle à voix basse en frottant son visage couvert de crasse.

Quelle déception cela serait, si elle était venue jusqu'ici pour rien... Il lui avait fallu un bon moment avant de convaincre son frère de bien vouloir la laisser partir seul loin du centre de Paris, et encore plus pour voir un représentant de l'ordre. Imaginez qu'il lui arrive malheur sans qu'il ne puisse le savoir, et encore moins faire quelque chose !

Comme désespérée, Laura se laissa choir sur une marche d'escalier, le visage dans les mains.
avatar
Il faut manger pour vivre
&Voler pour manger
Il faut manger pour vivre  &Voler pour manger
Titre/Métier : Voleuse de son état, arnaqueuse et menteuse à temps partiel.
Billets envoyés : 370
Situation : Célibataire.

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 15 Fév - 11:21



Laura & Achille

La nuit suivant la mission dans Paris avec la noble n'avait pas été de tout repos pour le jeune Achille. Alors qu'il comptait sincèrement sur cette nuit afin de reprendre des forces, il n'en fut rien de tout cela. Le mousquetaire avait passé une sale nuit, en ne dormant pas à poings fermés. Il s'était retourné toute la nuit dans son lit et ne pensait qu'à ce rendez-vous qui l'attendait le lendemain. Ah ! maintenant, il s'en voulut terriblement d'y avoir trop pensé. Il aurait dû profiter de sa nuit pour dormir comme un loir mais il ne l'avait pas fait. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il n'arrivait pas à ôter de son esprit l'image de ses yeux envoûtants. Ils avaient une telle emprise sur lui qu'il ne parvenait pas à les oublier, ni à les chasser de sa mémoire. La chose paraissait impossible à se réaliser car ils étaient profondément ancrés dans sa boîte crânienne, telle une trace indélébile. Et pourtant, les sentiments qu'il éprouvait à son égard n'étaient pas les mêmes qu'il ressentait pour celles qu'il avait jadis aimé. Il avait clairement compris que ce n'était pas de l'amour qu'il lui portait mais bien autre chose. En effet, il ressentait l'étrange besoin de la couver, de la protéger et si possible, de l'éloigner de la misère dans laquelle elle était tombée. Il en ignora la raison.

Malgré le fait qu'il ait peu dormi cette nuit-là, le jeune soldat s'était levé en forme le matin pour son travail de la journée. Achille n'était pas un gros dormeur et avait donc l'habitude des sommeils courts. Cependant, ce matin, des cernes avaient creusé sous la peau de ses yeux, formant un halo presque bleuté tout autour. Pour remédier à cela, Achille avait longuement plongé ses yeux dans une bassine d'eau froide. C'était efficace dut-il s'avouer. Bref, ce détail insignifiant passé, il fut ensuite contraint de sortir de sa chambre pour endosser comme toujours son rôle de mousquetaire. Un rôle qui lui déplaisait, vous le savez si bien ! Après avoir fait d'incalculables rondes au château royal toute la journée, il profita d'une mission des plus communes chez les mousquetaires pour aller à Paris. Plus précisément à son rendez-vous mais il ne le laissa pas entendre. Il retarda exprès son départ afin de gagner suffisamment de marge qui le séparerait de ses autres camarades, partis eux aussi pour Paris. Il se souvint d'avoir dit à Laura de l'attendre pour 18h et espéra vraiment qu'elle l'attendrait là où il lui avait donné rendez-vous. À la Ville l’Évêque, près de l'église Sainte-Marie-Madeleine.

Achille enfourcha son cheval et quitta à vive allure le domaine royal. Il faudrait plus d'une heure pour arriver à Paris et fort heureusement, le mousquetaire connaissait très bien la route qui y menait, pour l'avoir fréquentée à de nombreuses reprises. Il effectuait sans cesse des trajets entre Paris et Saint-Germain, souvent pour des raisons professionnelles, comme d'accompagner un groupe de nobles en carrosse. Son rôle était de guider les nobles et de les protéger en cas d'attaque. Ce n'était pas le cas ici puisqu'il y allait seul. Ni une exception car ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait seul sur les routes. Tout en huant, Achille se courba et tira légèrement sur les rênes de son bel étalon gris, signe qu'il était un mousquetaire gris, pour l'encourager à accélérer son galop déjà haut. Ils filèrent tous deux à plus de 20km/h à travers bois et l'animal obéit sagement à son maître sans broncher, défilant les forêts de feuillus par la route qui les coupait en deux. Les minutes passèrent et Paris n'était plus très loin. Achille resta sur le même chemin qui le conduisait à la capitale.

Bientôt, au sortir de la forêt, il déboucha sur un pont de bois qui enjambait la Seine. Il le traversa, ainsi que le petit village de Port Nully, au trot. Puis il revint au galop pour monter la colline. Il passa près de la seigneurie des Ternes et atteignit, en peu de temps, le sommet de la colline. Sans s'arrêter, il la descendit et la forêt le libéra soudain, offrant à lui le paysage parisien qui s'étendait à perdre de vue. Il continua de la descendre et entra rapidement dans le Roule, modeste hameau de campagne entouré de marécages. D'ailleurs, ils formaient avec d'autres marécages un vaste réseau de marais ceinturant de part et d'autre la capitale. Le village du Roule était un passage obligé pour les gens venant de Paris en partance pour Saint-Germain. De plus, il se trouvait sur sa route donc il était logique qu'on ait construit au Roule une orangerie royale. Achille passa devant une léproserie, établie elle aussi sur la route de Saint-Germain, et descendit le village pour emprunter une route à gauche, qui se trouvait derrière la chapelle dédiée aux apôtres Jacques et Philippe, le chemin des Porcherons.

Il longeait le grand égout de Paris et Achille dut libérer une main pour se boucher les narines. L'odeur, innommable et putréfiante, embaumait l'air d'une puanteur effroyable et le mousquetaire s'agita un peu sur sa selle. Le cheval, sensible aux mouvements de son maître, sentit sa gêne et accéléra le pas. Ils s'éloignèrent peu à peu des égouts mais durent retenir à nouveau leurs souffles car ils y revenaient. Il le fallait bien pour entrer dans Paris et Achille regretta presque aussitôt son choix d'être passé dans les égouts. Bref, il traversa la petite rivière sale qui constituait le grand égout et pénétra par le nord dans le bourg de la Ville l’Évêque. L'évêque de Paris y avait élu domicile, d'où ce nom de Ville l’Évêque. À sa gauche, Achille reconnut le couvent des Bénédictines qu'avaient fondé les deux princesses et sœurs Catherine et Marguerite d'Orléans-Longueville, en 1613. Non loin de là, à l'angle de la rue par où il était entré, se dressait la Madeleine, église nouvelle et spacieuse dont la première pierre avait été posée par la cousine du roi, Anne-Marie-Louise d'Orléans, plus connue sous le nom de Mademoiselle.

D'un mouvement de tête, Achille se ressaisit. Bien qu'il adorait l'histoire, tout comme les langues et la littérature, les sciences même, ce n'était ni l'endroit, ni le moment d'y songer. Le véritable but de sa visite dans le hameau, le plus proche de Paris à l'ouest, lui revint subitement en mémoire. Ah ! nous y voilà ! Après près d'une heure de trajet, il supposa être dans les temps. Il voulut en avoir le cœur net en découvrant Laura au lieu-dit du rendez-vous. Il descendit alors de son cheval et le guida à un anneau proche pour l'attacher. Il lui fit une légère tape sur l'encolure avant de repartir vers l'église. Il s'y approcha et vit celle qu'il attendait depuis cette nuit, Laura. Elle était bien venue à son rendez-vous et en fut le premier surpris. Il doutait par moment qu'elle n'irait pas le rejoindre à 18h comme dit, effectivement il croyait qu'elle lui poserait un lapin plutôt. Mais non. Il cacha son sourire derrière des lèvres closes et se faufila derrière l'église. Il voulut vérifier les alentours, au cas où. Mieux faut prévenir que guérir.

Le soldat brun fit un rapide examen des lieux tout en veillant à ne pas être vu par la truande. Promenant des yeux attentifs de chaque côté, Achille vérifia qu'il n'y ait personne aux environs. En cette heure avancée de fin d'après-midi, le village demeurait désert et dénué de toute animation, tout silencieux il était. L'endroit idéal pour un rendez-vous improbable. Le mot fut fort bien choisi pour qualifier cette nouvelle rencontre car la vision d'un soldat avec une truande, ou inversement, ensemble, était plutôt mal vue par la société en général. Puisque la réelle mission des soldats était d'arrêter les truands qui nuisaient à la société, pas de se parler entre eux. C'est pourquoi Achille avait donné rendez-vous à Laura dans cet endroit. Personne ne devrait être au courant de leur entrevue, personne.

Faisant le tour de l'église, le mousquetaire fut soudain alerté par un bruit et leva la tête. Il regarda devant lui et marcha à reculons. Inconsciemment, son pied buta contre quelque chose, quelqu'un en fait, car il l'entendit crier mais, sous la surprise, ne put garder son équilibre et tomba avec lui sur le sol. Il se releva du mieux qu'il pût et se pencha vers la personne avec qui il était tombé. Il avait la cape de travers mais son apparence lui importait peu. L'essentiel était de lui venir en aide, après tout c'était sa faute puisqu'il avait provoqué sa chute. Il vit des cheveux longs et en déduisit que la personne en question était une femme, une jeune femme à en voir sa corpulence.

- Je vous prie de vouloir m'excuser chère demoiselle, je ne regardais pas où je posais mes pieds et l'inévitable est arrivé. N'avez-vous aucune blessure ?, s'écria-t-il en plaçant une main sur son bras, pour l'aider à se relever.

Achille constata qu'elle se relevait péniblement, en geignant, et craignit de l'avoir blessée, à tort. Il se rapprocha d'elle pour la remettre sur pied mais ne vit pas encore son visage, en partie camouflé. Quand il le découvrit à la lumière du jour, il écarta sa main en le reconnaissant. Aussitôt, il s'exclama :

- Laura ? Que faites-vous ici ? Enfin je veux dire... vous êtes venue ?

Un sourire éclaira le visage d'Achille.

avatar
Invité
Invité


Dim 20 Avr - 16:27

A mesure que les minutes défilaient, le soleil descendait de plus en plus vers l'horizon lointain. Le ciel était dénué de nuage ce jour-là, et seul l'astre doré régnait, dardant de ses rayons le sol si terne. De l'endroit où elle se trouvait, la jeune truande peinait à apercevoir l'étoile, cachée derrière deux bâtiments, plaçant les marches sur lesquelles elle se trouvait dans l'ombre. A vrai dire, il y avait peu de moment où Laura pouvait réellement profiter de la chaleur du soleil. Les rues de la capitale étaient très étroites et souvent baignaient dans l'ombre, du fait de la hauteur des bâtiments les entourant. Seul le milieu de la journée, quand le soleil était à son zénith, lui permettait de prendre des couleurs et de ressentir une chaleur qu'elle ne trouvait pas forcément dans ces lieux humides et puants. Il avait certaines choses auxquelles elle s'était habituée avec le temps, mais l'odeur nauséabondes n'en ferait certainement jamais partie. Elle-même n'était pas un modèle de propreté absolue, il n'y avait qu'à observer son aspect physique : des cheveux gras qu'elle ne lavait que quelques fois par mois pour se sentir plus à l'aise, une peau collante et recouverte d'une fine couche de saleté lui donnant l'air plus bronzé qu'elle ne l'état vraiment, une robe délavée et partant en lambeaux à différents endroits, des chaussures usées avec le temps... Aux premiers abords, Laura était la parfaite représentante de sa catégorie sociale. Mais malgré tous ces détails, elle savait se montrer féminine : les bijoux, les belles robes et autres parures portées par les nobles du royaume lui faisaient tellement envie... Dès qu'elle le pouvait, elle ne perdait jamais une seconde pour voler à la première venue ses biens les plus précieux qu'elle ne pourrait jamais s'offrir. Si elle le pouvait, elle les porterait chaque jour, mais comme tous ses compères, cela serait trop dangereux de se montrer avec des ornements aussi riches. Et entre nous, passer quelques jours derrière des barreaux ne lui faisait guère envie.

Aujourd'hui, la voleuse avait la chance de sortir quelques instants de ces rues miteuses qui en répugneraient plus d'un. Sur la route la conduisant à l'église, elle en avait profité pour penser, rêver, et se remémorer des promesses qu'elle et son frère s'étaient fais quand ils étaient encore des jeunes enfants innocents. Une l'avait particulièrement marquée, car c'était sans nul doute celle qui réaliserait tout ce qu'elle souhaitait à ce jour. Les enfants n'avaient alors pas plus treize ans quand ils s'étaient retrouvés tous les deux sur les bords de la Seine, un soir de pleine lune.


-T'crois qu'il y a quelque chose dehors ? Avait alors demandée la petite. T'crois que c'est plus beau que Paris ?

-J'sais pas... Lui avait répondu Yvan. J'ai entendu dire qu'il y a plein de villages et plein d'autres royaumes...

-J'aimerais tellement les voir et sortir d'ici...

-On partira de Paris un jour, j'te promet ! Dès qu'on aura assez d'argent !


Ce simple échange avait changé la vie de Laura à une vitesse qu'elle n'aurait jamais pu imaginer. Les deux jeunes gens ne sont pas partis de la capitale du royaume de France, non, ils y sont restés, pour voler et parfois mendier. Mais au lieu de leur permettre de réaliser leur désir, Paris les avait englouti, les rendant dépendant d'elle. Chaque pièce qu'ils tenaient en main leur servait à ce nourrir, mais ils n'arrivaient jamais à en garder assez pour s'enfuir, la plus grande partie de leur butin se retrouvant dans les poches du roi Thunes. Ce rêve d'enfant, la brunette l'avait rapidement abandonné, comprenant que cela ne servait rien d'espérer de telles choses. Cela ne l'empêchait pas de temps à autres de se perdre à imaginer comment devait être le reste de la France... Comment devait être le monde qui l'entourait.
Un soupire s'échappa de ses lèvres à ces pensées, qui furent rapidement interrompue par quelque chose, ou plutôt quelqu'un, qu'elle ne s'attendait pas à retrouver d'une telle façon.

Alors qu'elle se trouvait debout à faire les cent pas, la demoiselle n'eut pas le temps de réagir qu'un homme trébucha en la heurta, l'entraînant avec elle dans sa chute. Elle en remarqua pas tout de suite qu'il s'agissait du mousquetaire et commença toute une série de juron contre lui, refusant catégoriquement ses excuses comme si c'était quelque chose d'impardonnable.


-Vous pouvez pas r'garder espèce de sale...

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que le mousquetaire la reconnu et la coupa dans son élan. Instantanément, elle ravala sa salive, rougit, et mit nerveusement une mèche de ses cheveux derrière son oreille.

-Achille ? Je veux dire, Monsieur de Montaron.. Elle se racla la gorge avant de continuer : Oui... Oui, j'suis venue comme vous me l'avez demandé.

Elle sourit timidement et épousseta sa robe, de toute façon bien trop sale pour faire quoi que ce soit qui puisse l'arranger.

-Je commençais à penser que vous viendriez pas...
avatar
Il faut manger pour vivre
&Voler pour manger
Il faut manger pour vivre  &Voler pour manger
Titre/Métier : Voleuse de son état, arnaqueuse et menteuse à temps partiel.
Billets envoyés : 370
Situation : Célibataire.

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 29 Avr - 6:26



Laura & Achille

Achille souriait à présent, la timidité de Laura lui faisait sourire.

- Je tiens toujours mes promesses, dit-il toujours avec un sourire.

Mais rapidement, le mousquetaire arrêta ses sourires pour redevenir sérieux. N'étant pas venu à la légère, comme ça pour voir la truande, il inspecta de nouveau soigneusement les rues avant de revenir à elle. Il lui lâcha le bras qu'il tenait depuis un bon moment et lui sourit. Un faible raclement au fond de sa gorge se fit entendre, lui intimant qu'il devait garder son sérieux. Comme son chapeau lui cachait un peu la vue, il le remit correctement sur sa tête et s'étrangla presque car il allait sourire encore une fois. Mon Dieu, c'était si automatique, une habitude dont il ne pouvait pas s'en débarrasser. Il expira silencieusement et recommença sa mauvaise habitude. Si l'on pouvait vraiment appeler cela une mauvaise habitude car apparemment cela plaisait aux dames et d'après Lorraine, son sourire associé à son visage charmeur et légèrement juvénile produisait un effet considérable auprès d'elles. Puisqu'elles étaient sous le charme. Bon, revenons à Laura car ce n'était pas là le sujet de leur nouvelle rencontre. Achille lui avait donné rendez-vous car elle avait des questions à lui poser. Et le mousquetaire ne refusait pas d'aider une truande. Enfin, il le faisait également pour une autre raison.

Il ne voulait en aucun cas qu'elle ne divulgue leur rencontre la veille au soir aux autres truands, sa mission d'accompagner la noble pour qu'elle puisse aller à confesse dans une église inconnue des deux gens ne devait absolument pas être connue des autres courtisans, ni des autres personnes, même les truands et les gens qui peuplaient la Cour des miracles. C'était leur secret, à elle et lui.

Laura les rejoignait dans ce petit groupe puisqu'elle avait accidentellement rencontré le mousquetaire hier à l'église. Parfois il se demandait une seconde s'il n'avait pas fait un gros bruit en tombant de sa chaise, que serait-il advenu de Laura et lui ensuite ? Peut-être que leurs chemins ne se seraient jamais croisés et la mission du soldat aurait été un parfait succès. Non, cela n'impliquait pas l'idée que Laura puisse avoir été gênante dans la mission du mousquetaire mais il se rappelait de son attitude lorsqu'il regardait vers le confessionnal. Laura avait voulu savoir qui était à l'intérieur, elle s'était montrée fort curieuse et Achille avait réussi à la détourner de son objectif. Il lui avait dit qu'elle avait de beaux yeux et avait donc changé son fusil d'épaule pour qu'elle oublie complètement la noble qui confessait sa faute avec le prêtre. Il l'avait tant amadouée qu'il avait continué son jeu. Mais maintenant qu'il y avait pensé toute la nuit, des noires pensées le tourmentant durant, il regrettait amèrement son acte. Il s'en voulut de s'être comporté ainsi mais c'était pour le bien de la mission. Il avait déjà pensé la veille à s'excuser, sans le faire cependant. C'est pourquoi il lui avait donné rendez-vous ici.

Cette histoire de yeux qu'il avait déjà vu ailleurs cachait une bien autre raison, une raison qu'Achille avait prévu – il n'avait pas cessé d'y penser toute la nuit – de lui avouer à cette nouvelle rencontre. Le mousquetaire détestait mentir plus longtemps, cela le rongeait presque et le voilà alors ravi de retrouver le visage crasseux de la truande et ses beaux yeux à ce rendez-vous. Effectivement elle avait de beaux yeux et il en avait fait toute une histoire... juste pour qu'elle revienne pas sur la raison exacte de la présence de la noble dans le confessionnal. Ainsi, le soldat avait uniquement organisé cette rencontre pour se faire pardonner de l'affreux mensonge qu'il avait construit à partir de ses yeux, yeux qu'il n'avait jamais vu ailleurs... Il avait imaginé toute cette mascarade pour que la noble et lui soient tranquilles. Certes, Achille était un gentil garçon et ne l'avait pas oublié. Il s'en voulait donc d'avoir donné de faux espoirs à Laura sur de probables retrouvailles avec la personne possédant les mêmes yeux qu'elle et pour cela, il espéra qu'elle lui pardonnerait son geste impardonnable.

Laura semblait différente des truands qu'il rencontrait d'habitude et c'était cette différence qui le perturbait. Elle était différente et cela le rendait malade à l'idée de l'avoir utilisée pour protéger la noble et lui-même. Mais il n'avait pas eu le choix et il espérait également qu'elle le comprendrait. Il lui expliquerait si elle voulait bien les raisons de son geste, peu importe ce qu'elle pourrait en penser. Peut-être qu'elle se dirait que la personne devrait être de haute naissance pour que l'on défende autant son identité et que si elle avait ordonné à Achille de taire leur mission nocturne, c'est qu'elle désirait ardemment de ne pas avoir d'ennuis... Il espérait vraiment que Laura lui pardonnerait son attitude indigne de sa personne, il n'agissait pas de cette façon habituellement bien sûr mais on lui avait fait confiance et il n'avait dérogé pas à la règle. Il avait parfaitement suivi les ordres de la noble à la lettre, en bon mousquetaire qu'il était.

À l'instant même, le mousquetaire se dit que Laura ne devait nullement douter que l'histoire qu'il lui avait brièvement raconté à propos de ses yeux était fausse. Il s'efforça de ne pas adopter un air sombre et redonna un sourire. Pour l'instant, il n'allait pas encore tout lui dire, une chose à la fois...

- Que pensez-vous de cet endroit ?, demanda-t-il en portant ses mains autour de lui.

avatar
Invité
Invité


Jeu 10 Juil - 11:27

Aussi loin qu'elle puisse s'en souvenir, Laura ne s'était jamais sentie aussi nerveuse. Il faut dire que ce rendez-vous était totalement unique pour elle, que ce soit dans le contexte ou dans la personne avec qui elle était. Les mousquetaires tels qu'Achille, elle les fuyait plus qu'autre chose, les redoutant parfois. Ils formaient l'une de ses principales menaces, car si l'un de ces représentants de l'ordre lui mettait la main dessus, elle ne pouvait dire qu'adieu à sa liberté et à sa vie. Ils ne lui faisaient pas particulièrement peur, mais elle se méfiait d'eux et de ce qu'ils pouvaient lui faire en tant que truande. Rien que la veille, dans l'église, la jeune femme avait été sûre et certaine qu'il ne la laisserait pas sortir aussi facilement de la bâtisse, et encore moins qu'il l'aide ainsi à passer inaperçue. Combien d'hommes comme lui feraient la même chose ? Sans doute aucun, et encore moins après qu'elle l'ait provoqué comme elle l'avait fait. Non, Laura ne pouvait pas rester sage et passive à côté d'eux, même si elle savait très bien ce qu'elle risquait. Mais à chaque fois qu'elle en croisait, elle ne pouvait s'empêcher de repenser à sa petite sœur. Elle n'avait jamais vraiment su ce qu'il lui était arrivée, ni où elle pouvait se trouver actuellement. La thèse que son frère et elle avaient gardés, était celle de son arrestation, après qu'elle fut prise la main dans le sac. La pire ? Sa mort. Pour eux, il n'y avait aucune raison pour qu'elle soit en vie après tout ce temps, même s'ils l'avaient gardé enfermée dans une cellule. Les trois jeunes avaient toujours été assez faible, de par leur manque de nourriture à avaler et leur condition de vie qui laissait à désirer. Pourtant, les deux grands étaient toujours là, en vie, et en forme de jour comme de nuit... Sans doute s'étaient-ils habitués à leur nouvelle vie... Quoi qu'il en soit, Achille était bel et bien différent de tous les camarades qu'elle avait pu croiser dans sa vie. Lui ne l'avait pas regardé avec un air menaçant, lui faisant clairement comprendre ce qui risquait de lui arriver si elle faisait le moindre pas de travers. Au contraire, il s'était montré tellement... charmant. Si bien que c'en était presque louche. Oui, la truande avait déjà eu ce genre de pensée, à savoir que le mousquetaire lui avait donné rendez-vous ici afin de la piéger, loin de toute aide de ses compagnons truands, et encore plus de celle d'Yvan. Peut-être était-il au courant pour sa relation bien que plus proche avec le roi des gueux ? Non, non, non. C'était improbable et complètement farfelus. Personne, mise à part Ian, ne savait ce qu'il se passait réellement quand Laura allait voir Grégoire... Alors un parfait inconnu ne pouvait rien savoir de tout cela. Sa nervosité lui jouait vraiment des tours...

Le sourire timide de la demoiselle ne disparut pas tout de suite, et encore moins quand Achille se mit à sourire à son tour. Est-ce elle qui le faisait sourire ? Elle et son attitude soudainement bien plus timide et réservée ? Quoi qu'il en soit, l'excitation d'avoir enfin tant de réponses à ses questions montait de plus en plus, au fur et à mesure que les minutes passaient. Pourtant, le soldat ne semblait pas vraiment pressée de lui, et semblait même vouloir éviter le sujet. Les sourcils froncés, Laura serra la jupe sale de sa robe et regarde étrangement Achille. Qu'est-ce qu'elle avait à faire de cette endroit... ?


-Hé bien ça... ça change de Paris. Lâcha-t-elle simplement. Mais... Pourquoi vous m'avez fait venir ici ?

Elle voulait savoir ! Si elle était venue ici, si elle avait eu du mal à dormir cette nuit, c'était parce qu'elle voulait en savoir plus sur la personne lui rappelant ses yeux ! Il était hors de question qu'elle soit venue jusqu'ici pour rien...

-Qui est cette personne dont vous parliez hier ?
avatar
Il faut manger pour vivre
&Voler pour manger
Il faut manger pour vivre  &Voler pour manger
Titre/Métier : Voleuse de son état, arnaqueuse et menteuse à temps partiel.
Billets envoyés : 370
Situation : Célibataire.

Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Rendez-vous improbable {Achille}

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rendez-vous improbable {Achille}
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Anciens Rp-