Partagez | 

 Il y a des filles qui cherchent un prince désespérément et il y a des princes qui cherchent un aide de cuisines pour leurs soirées![PV Monsieur]


Sam 15 Mar - 21:11

Comme tous les soirs à la même heure depuis presque deux ans, maintenant, je terminais de nettoyer et de ranger la vaisselle qui avait été utilisée durant le repas de Sa Majesté et de son entourage.
Et quand je dis vaisselle, ce n'est pas une dizaine d'assiettes, de couteaux, de fourchettes et de verres, un couteau à pain, une ou deux poêles ou casseroles et une cuillère en bois; quand je dis vaisselle, je parle d'une cinquante d'assiettes, de verres, de petites cuillères, de couteaux et de fourchettes en argent, voir en or, et je ne sais pas combien de grandes casseroles et ustensiles de cuisine rien que pour un repas. Et moi qui me plaignais, quand j'étais gosse, quand je devais ne serait-ce que ranger la vaisselle une fois qu'elle était bien propre et bien sèche...
Heureusement, que je n'ai jamais été seul à la faire, cette fameuse vaisselle d'après les repas de la cour, car il y a longtemps que j'aurais changé d'emploi, sinon. En fait, non, après réflexion, je crois que même si j’avais été engagé à ne faire que la vaisselle ou si j’avais fini par ne faire que ça, je crois que je saurais tout de même resté, même si je devais dormir dehors pour ça : l’appelle du gain est trop fort. Pas que j’aime spécialement l’argent mais il faut bien que je fasse vivre mon Osmonde, ma petite Osmonde adorée, mon rayon de soleil, tellement gentille, tellement adorable, qui n’a jamais rien demandé, et encore moins de naître.
Bon, revenons-en à nos moutons, voulez-vous ? Je disais que, comme tous les soirs, à la même heure, depuis deux ans, je terminais de nettoyer et de ranger la vaisselle qui avait été utilisée durant le repas de Sa Majesté et de son entourage lorsque j’entendis aboyer mon nom. Le maître des cuisines… que je n’appréciais gère, qu’on se le dise !
- Le frère du Roi a besoin de quelqu’un, à la salle d’Abondance, rends-toi-s-y maintenant !
Moment de surprise, dans les cuisines: les aides de cuisine n'ont généralement rien à faire dans les différents salons du palais. La surprise a moitié passée seulement, je laisse chiffons et vaisselle et quitte les cuisines sans rechigner - on ne conteste pas un ordre donné par un membre de la famille royal et ceux qui l'ont déjà fait ont très certainement payer cet affront, et, de toute façon, ce n'est pas mon genre - pour la salle de l’Abondance où j’y trouve Monsieur, le frère du Roi.
- Monsieur a demandé quelqu’un des cuisines ? Demandais-je en m’inclinant et en restant à l’entrée de la pièce, ne sachant pas si je pouvais me permettre d'approcher plus, n'ayant jamais été seul, en tête à tête, avec un personnage aussi important et dans une pièce de ce genre-là.
Il était bien habillé, comme le sont généralement tous les hommes de sa trempe. Moi, à côté, je me sentais ridicule, tout petit - déjà que je ne suis pas spécialement grand -, de part ma position de domestique et de ma tenue de cuisinier quelque peut tachée dû au travail et que je n'avais pas pris le temps de changer, de crainte de me faire taper sur les doigts si je le faisais attendre trop longtemps. Les quelques secondes qui passèrent me semblèrent des heures, je détestais être là sans savoir pourquoi j'y étais.
avatar
Invité
Invité


Ven 11 Avr - 12:02

    Les couleurs revenaient sur le corps du Prince. Le rouge sur ses joues, sur ses lèvres, sur ses talons rouges et hauts. L'or sur ses doigts et même ses poignets, les rubans dans ses cheveux accompagnés de perles au reflet tendre. Le bleu de son cordon de l'Ordre du Saint-Esprit et la colombe d'argent qui volait sur sa poitrine.
    Le noir persistait dans sa longue chevelure aux boucles orgueilleuses, dans ses yeux rieurs. Il y avait toujours un poids oppressant qu'il tentait d'oublier à défaut d'alléger.
    Et rien de mieux pour alléger l'esprit que d'alourdir le corps.
    Louis était réputé pour son appétit dévorant. Philippe était connu pour sa gourmandise perpétuelle. Le Prince ne mangeait pas comme quatre à l'image de son frère. Il grignotait à longueur de journée ce qui serait sans aucun doute le drame de sa silhouette dans les prochaines années à venir. Philippe avait toujours dans ses poches quelques gâteries, quelques sucreries qu'il offrait ou mangeait à son envie. Il fallait être paré à tout, cela lui permettait aussi de tromper l'ennui lorsqu'il lui arrivait de croiser sa route.
    Néanmoins il n'y avait rien de plus agréable pour lui qu'une table bien mise, une table bien faite.
    Il tourna le regard vers l'homme qui venait d'entrer dans la pièce et ne put retenir un sourire intéressé.

    -J'ai effectivement fait cela... Et si votre vêtement ne disait pas le contraire je ne pourrais croire que vous me venez des cuisines. Mais puisque vous vous en réclamez...

    Le Prince tourna sur ses talons en regardant la salle autour de lui, vide de tout mets car il était trop tôt encore pour avoir dressé les tables.

    -Comment ordonneriez-vous un buffet sur le thème des orientales ?

    Il s'avança dans la pièce sous le regard de deux mignons qui l'accompagnaient.

    -Ne vous occupez pas des tapisseries je m'en chargerai... Mais les mets plus particulièrement devrait être un mélange d'épice et de douceur de miel. Pas trop d'extravagance ! fit-il en se tournant brusquement vers le domestique. Ce ne sera qu'une petite fantaisie pour passer le temps.

    Le sourire de chat du frère du Roi glissait sur son visage et sur ses lèvres. Monsieur était un homme gourmand et le resterait toute sa vie. Il ne comptait certainement pas ce péché comme un défaut, cela lui permettait de tenir sa vie à un rythme effréné et toujours renouvelé. Ne parlait-on pas de goût pour l'accomplissement vestimentaire et pour la démonstration d'une assurance certaine dans l'esthétisme des affirmations liées à la mode. On parlait de goût artistique aussi et Dieu savait combien Monsieur dévorait les peintres, les sculpteurs, les poètes et tous ceux qui se dévouait aux muses. Pourquoi pensez qu'il y avait 7 péché capitaux quand tous se résumait à un seul, un sens, une inclination. Le goût.
    Cela ne plairait pas à ces messieurs de l'Eglise de voir leur menace réduite à la seule gourmandise, surtout qu'elle était le péché le plus facilement pardonné et accepté de nos jours.
    Assurément les confessions deviendraient interminables et les prêtres se retrouveraient fort marris de devoir se priver du seul péché qu'ils leur était presque permis.

avatar

À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
À s'habiller sans péril, on triomphe sans goût
Titre/Métier : Fils de France, Frère unique du Roi, Duc d'Orléans
Billets envoyés : 4140
Situation : Marié à Henriette d'Angleterre

Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des filles qui cherchent un prince désespérément et il y a des princes qui cherchent un aide de cuisines pour leurs soirées![PV Monsieur]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Parents anxieux cherchent nounou désespérément... [Ellésianna & Ted]
» Des actions pour le maintien des filles à l'école
» les filles et le hobby...
» Oh les filles, oh les filles... [PV]
» Une soirée entre filles {Alexis}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Anciens Rp-