Partagez | 

 Discussion d'après dîner ~ Alix


Dim 29 Juin - 15:24

Le repas venait de terminer. Sur la table gisait quelques restes de la potée cuisinée par Alix tels que des bouts de légumes et quelques bouts d'os qui luisaient dans les assiettes. Albert s'était retiré dans la chambre parentale tandis que les enfants s'étaient mis à jouer dans leur chambre qu'ils partageaient avec Aurore.
Cette dernière et Alix, sa belle-sœur, s'appliquaient à ranger la table. Aurore entassait les restes dans une assiette en bois et empila celle qui restait à côté d'un seau remplit d'eau qui servirait à les rincer. Alix, de son côté, le visage fermé comme à son habitude quand elle réfléchissait, s'occupait des gobelets et débarrassait la table des miettes de pain à l'aide d'un chiffon, sa robe froufroutant autour d'elle.

A vrai dire, l'ambiance ce soir-là était plutôt pesante. Hormis le bruit de la vaisselle, des mouvements des deux jeunes femmes et les rires des enfants de la pièce d'à-côté, on n'entendait rien. Aurore n'avait pas dit un mot depuis qu'Albert était sorti de table et Alix, après avoir renvoyé sa progéniture, n'avait plus ouvert la bouche.
C'était habituel que Aurore et Alix s'occupassent des besognes de la maisonnée, mais elles avaient toujours quelque chose à se dire : ensemble, elles décrétaient ce qu'il leur faudrait acheter au marché, elles se racontaient leur journée, et échangeaient les derniers ragots qui secouaient la Cour. Si Aurore savait qu'elle était un poids pour Alix, qui aurait préféré qu'Albert ne l'amène pas à Paris, elle comptait toutefois sur sa belle-soeur pour jouer la bonne humeur. Manifestement, elle ne devait pas compter là-dessus ce soir.

Tout en plongeant les assiettes une à une dans le seau pour les débarrasser des souillures du repas, Aurore se demandait si Alix ne s'était pas faite prendre sur le fait à voler quelque chose. Mais peut-être avait-elle seulement conclu un marché peu satisfaisant en revendant une de ses prises... Autant avoir le cœur net - ça valait mieux que de supporter ce lourd silence.
La jeune fille se tourna vers sa belle sœur qui, penchée vers la cheminée, ajoutait une bûche dans le foyer. Aurore hésita, puis se lança :


- Alix, tout va bien ?
avatar
Invité
Invité


Sam 6 Sep - 13:27


Les joies de petite fille fondent comme neige au soleil dans les violentes bourrasques de l'adolescence et lorsque arrive l'automne de leur vie et que l'âge adulte engloutit les ruines de leurs vaines espérances, elles s'étiolent et fanent dans l'ombre de la mort, spectre imminent à la caresse glacée.  Aurore & Alix

Discussion d'après-dîner

Alix posa un regard amouraché sur son mari. Ses yeux sombres, ses cheveux bruns, la douceur de ses mains, la tendresse de ses caresses, il n'y avait rien de plus suave pour adoucir leur dure existence. Et il avait fallu que des enfants viennent rompre la perfection de leur bonheur. Oui, Alix considérait sa belle-sœur comme une enfant. Si elle n'en était plus une, alors que faisait-elle encore fille ? Les charges de leur petite maison, la nourriture, l'éducation des enfants - les dépenses du ménage finiraient bien un jour par dépasser leurs revenus et leurs larcins à la cours ne suffiraient plus à assurer leur subsistance. Il fallait un revenu de plus, ou une bouche en moins à nourrir. Dans les deux cas, la solution était aussi simple qu'un sourire.

Les enfants montèrent se coucher et Albert passa à l'étage pour lire tranquillement son journal, laissant les deux femmes seules dans la pièce commune. Alix attisa le feu et ajouta une bûche en énumérant dans sa tête les bons partis dont Aurore pouvait espérer obtenir l'attention. La jeune sœur Albray avait un charme que même la jalousie d'Alix ne pouvait lui nier. Son sourire candide et ses grands yeux clairs viendraient à bout de toute résistance masculine en un fugace papillonnement de cils. Aurore serait mariée pour la fin de l'année, Alix s'en fit la promesse. La jeune fille sembla cependant remarquer que la maîtresse de maison était toute à sa réflexion, car elle l'en tira d'une question. Alix ne répondit pas et acheva sa besogne à la cheminée avant de se relever pour prendre place à table, face à Aurore. Le sujet était délicat et jamais encore Alix ne l'avait abordé avec son mari. Accepterait-il de voir partir sa cadette ? Alix, pour sa part, n'avait qu'une hâte. Qu'elle s'en aille !

Alix prit les mains d'Aurore dans les siennes, en une inhabituelle preuve d'une affection inexistante. Cherchant ses mots pour ne pas brusquer la jeune fille, elle plongea son regard dans celui de la jolie blonde. Aurore, nous devons parler d'une chose très importante. Tu n'en as sûrement pas conscience au vu de ton jeune âge, mais tu es un poids pour cette maison et il est temps pour toi de trouver un mari dit-elle, consciente de l'absence totale de tact dans ses mots. L'instant n'était plus à la douceur, mais bien à l'action. Aurore devait comprendre.  
(c) Bloody Storm

avatar
Invité
Invité


Mer 1 Oct - 21:28

Alix tarda à répondre, toujours penchée sur le feu de bois, ce qui confirma Aurore à penser que quelque chose n'allait vraiment pas avec sa belle sœur. Avec Alix, le monde allait toujours sur les charbons ardents. Une frustration, une angoisse, et toute la maisonnée subissait les colères de la matrone Albray. Pourtant, cette fois-ci, Alix se redressa, une main sur le dos, et vint s'asseoir en face d'Aurore, faisant racler sur le sol les pieds de la chaise.
La jeune fille fronça les sourcils, s'attendant à des reproches de la part de son vis-à-vis, ou du moins à une discussion sérieuse. Alix lui prit les mains et les lui serra avec force.
Ce qui pouvait s'apparenter à un geste affectif n'était pas moins similaire à des étaux. Les mains dans celles d'Alix, Aurore n'avait d'autre choix que de rester et écouter. Alix ne tarda d'ailleurs pas à lever le mystère.

- Aurore, nous devons parler d'une chose très importante. Tu n'en as sûrement pas conscience au vu de ton jeune âge, mais tu es un poids pour cette maison et il est temps pour toi de trouver un mari.

La nouvelle cingla dans la pièce, comme un coup de fouet s'abat sur la croupe d'un cheval. En soit, songea Aurore, il n'y avait rien de nouveau sous le soleil. Alix lui avait déjà dit qu'elle était de trop ici. En revanche, la domestique n'avait pas vu venir le coup du mari.

Se marier ! Alix n'avait-elle pas idée de l'impossibilité que le mariage représentait aux yeux d'Aurore. Elle n'était pas contre l'idée de se marier, mais il était hors de question que ce soit avec... l'aubergiste du coin ! Elle se crispa un peu, ne sachant comment répondre à Alix sans manquer de politesse.


- Je sais bien, concéda-t-elle, que je suis un poids pour toi. Mais je tiens juste à souligner que je ramène aussi de l'argent dans cette maison.

Elle avait fait exprès de dire qu'elle était en trop pour Alix et non pour la maison car la jeune fille voulait vraiment montrer qu'elle avait perçu les intentions de sa belle-sœur.

- Quant au mariage, tu sais très bien pourquoi j'attends.

Sans brutalité, mais fermement, Aurore retira ses mains de celles d'Alix et croisa les bras en les laissant reposer sur la table.

Chez les Albray, un face à face avait commencé.
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé

Discussion d'après dîner ~ Alix

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Discussion d'après dîner ~ Alix
» Après ses cours / PV Alix
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Perte des points en dextérité après Up

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Anciens Rp-