Partagez | 

 Rousse Nièce pour Brune Tantine ft Athénaïs Elise


Lun 14 Juil - 16:17

Cela faisait maintenant deux jours qu’Élise et son père s’étaient rencontrés. Deux jours qu’Élise avait droit à trois repas chaud par jour et pouvait manger à sa faim, qu’un confortable lit l’attendait chaque soir et que l’on était venu prendre ses mesures pour lui confectionner des tenues dignes de la Haute Bourgeoisie même si, en attendant, on retouchait des tenues pour qu’elle soit vêtue.  Cependant Élise était timide et réservée et il était difficile de connaître ses goûts et plus dur encore de lui parler. L’enfant avait pu visiter l’Hôtel et avait certainement mémorisé le lieu afin de pouvoir s’y repérer seul, mais elle n’avait pas encore fait preuve de ce genre d’initiative. Vivonne se demandait comment lui égailler la vie alors même qu’il faisait face a ses obligations de cour. Oh il lui faisait la lecture à l’aide des textes de Molière et La Fontaine, mais même cela ne semblait pas réussir à améliorer ne serait-ce qu’un peu son humeur.
Quoiqu’il en soit, il avait écrit à Athénaïs afin qu’elle vienne rencontrer sa nièce. Vivonne ne savait trop comment l’annoncer à sa grande sœur, mais puisqu’il gardait les secrets d’Athénaïs, elle serait la première a savoir. Ainsi elle avait été conviée à un déjeuner auprès de son frère et c’est avec impatience, et un peu d’anxiété qu’il attendait sa venue. Quoiqu’il en soit, une fois Élise propre et vêtue de ce qu’ils avaient de mieux à disposition en attendant que les tenues soient prêtes, il décida de poursuivre un petit peu leurs lectures, en attendant l’arrivé d’Athénaïs.

Que penserait-elle ? Vivonne se demandait quelle attitude elle adopterait face à Élise mais aussi face au fait qu’il abritait Élise chez lui, et souhaitait lui prodiguer une éducation pour qu’elle puisse à minima épouser un bourgeois lorsqu’elle serait plus grande. En tant que bâtarde il ne pensait pas pouvoir lui trouver meilleur partis et, à cause de son épouse, il n’était pas certain de pouvoir aller plus loin que reconnaître héberger une orpheline par charité chrétienne… Même si tout Paris comprendrait que c’était sa bâtarde.

Quoiqu’il en soit, ils étaient dans le salon et il essayait d’obtenir l'attention d'Élise lorsqu’Athénaïs arriva à l’Hôtel.


Dernière édition par Louis-Victor de Mortemart le Mar 15 Juil - 1:59, édité 1 fois
avatar
Ex Scientia Tridens
Ex Scientia Tridens
Titre/Métier : Duc de Vivonne, Premier Gentilhomme
Billets envoyés : 787
Situation : Marié à Antoinette, 5 enfants légitimes

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 15 Juil - 1:39


À son arrivée à la cour, deux jours plus tôt, Elise avait fait la rencontre de son véritable père, celui sans lequel elle ne serait jamais née. De là, décidant de la prendre sous son aile et de veiller sur elle, il l'avait conduite à l'hôtel particulier de sa famille. Depuis, elle avait trois repas par jour quoi que son estomac, peu habitué à pareil traitement, ne lui permette pas de manger de grandes quantités. Depuis, on veillait à ce qu'elle soit le plus présentable possible. Depuis, on lui lisait de nombreux textes afin de voir à ses lèvres apparaître l'ombre d'un sourire qui ne se montrait pas, les œuvres étaient des farces, des fables, des comédies mais elle ne semblait pas y avoir goût. Elise s'était murée dans un silence qu'elle ne brisait que rarement, s'isolant régulièrement quoi que sans trop s'éloigner.
Ce matin-là, on l'avait une nouvelle fois poussée dans un bain d'eau tiède afin qu'elle se lave avant qu'on ne l'habille de la plus belle robe qu'on ait à disposition. Elle trainait un peu par terre mais sans que cela ne risque de l'entraver normalement. Une fois cela fait, on avait insisté pour démêler ses cheveux et les coiffer convenablement. Elle devait être présentable pour rencontrer sa tante. Comme si cela avait pour elle une quelconque importance. Finalement prête, on la conduisit à un petit salon où l'attendait son géniteur pour une nouvelle heure de lecture, elle le laissait prendre le ton et l'intonation de la voix de chaque personnage sans vraiment l'écouter, rêveuse. Son regard était perdu dans le vague en direction de la fenêtre.
Ce fut un domestique en annonçant l'arrivée d'Athenais de Montespan qui la sauva plus ou moins du calvaire de la leçon. Elle s'écarta aussitôt, silencieuse, de mettant à l'écart, se mettant en retrait, peu confiante tandis qu'on laissait la dame entrer.
avatar
Invité
Invité


Ven 18 Juil - 10:28

Un billet de son frère aîné l'invitant à déjeuner en l'Hôtel familial, voilà qui avait égayé la journée de la marquise dès son réveil. Rien ne lui faisait plus plaisir ou presque que de passer du temps en famille. Depuis le récent retour de Vivonne, les soeurs Mortemart se plaisaient à organiser des rencontres pour réunir la fratrie. Athénaïs avait même pu rendre une petite visite à Marie-Madeleine pour lui conter les aventures de Louis-Victor et son retour en grande pompe, même si officieusement, la raison de cette visite était un peu plus égoïste.
Bref, Athénaïs se vit vêtir d'une toilette charmante, digne du blason familial, dans les tons ocre et or, agrémentée, comme le statut de la noblesse le souhaitait, de dentelles aux manches et au décolleté, rehaussées d'un petit ruban doré, rappelant la couleur de la robe. On l'avait coiffée d'un chignon dressé sur l'arrière de la tête, des bouclettes châtain pendant harmonieusement autour de son visage. Un maquillage simple mais tout-à-fait convenable finissait d'enjoliver son visage qui n'en avait cependant pas besoin.

Souliers chaussés, la marquise se dirigea vers la sortie et emprunta le carrosse que son frère lui avait fait envoyer. Le trajet ne fut guère bien long. Athénaïs se réjouissait d'avance de retrouver son frère et, elle le pensait, Gabrielle également. Ils passeraient tous trois un déjeuné et une après-dînée à rire et faire des mots d'esprits qui les amusaient tant. Souriant d'avance à cette perspective, la belle dame entra et se fit annoncer, mais n'attendit point pour entrer au salon où son frère était déjà présent. Elle avait laissé en passant sa cape à la domestique postée devant la porte, et dans un élan d'affection, alla saluer son frère.

-Vivonne, quelle plaisir que de vous revoir! lança-t-elle gaiement.

Elle ne remarqua pas tout de suite la jeune demoiselle qui se tapissait dans un coin de la pièce. Mais c'est en allant s'installer sur la bergère que ses iris azurs se posèrent sur cette enfant, charmante au demeurant, qui restait immobile non loin du fauteuil où elle venait de s'asseoir.

-Iriez-vous me chercher un verre d'eau, vous serez charmante, merci. demanda-t-elle avec un sourire.

Eh oui, Athénaïs avait pris Elise pour une domestique. Il fallait dire qu'elle n'était pas spécialement vêtue comme une enfant noble, et aussi propre fut et coiffée fut-elle, la confusion était aisée. La marquise avait aussitôt détourné le regard vers son frère qui s'approchait. Pensant que la jeune fille avait disposé immédiatement, comme l'aurait fait toute domestique qui se respectait, Athénaïs regarda sévèrement Vivonne.

-Monsieur mon frère, loin de moi l'envie de vous faire la leçon, mais je trouve que vous l'avez choisie bien jeune.

Elle connaissait bien entendu les penchants de son frère pour la gente féminine, et aucune servante n'y avait échappé, aussi, voir une enfant aussi jeune au service de Vivonne l'avait quelque peu secouée.
Bien qu'ayant, pour l'instant, peu d'instinct maternel avec ses propres enfants, elle était cependant sensible à la cause de ces petits êtres sans défense auxquels il arrivait souvent des choses affreuses.
avatar
Invité
Invité


Ven 18 Juil - 12:40

Vivonne releva la tête lorsque Athénaïs entra et il lui sourit alors qu’elle faisait preuve de toute son affection en venant le saluer. Jolie comme un cœur, guillerette, Athénaïs était une charmante tornade qui venait vous mettre du baume au cœur. A peine arrivée, le frère salué avec affection, la jeune sœur se retrouva bien installée dans une bergère. A ce moment… Elle confondit sa nièce avec une domestique et lui demanda un verre avant de le sermonner d’avoir pris domestique si jeune, craignant qu’il s’intéresse a femme si jeune… L’idée amusa Vivonne, lui qui éprouvait le plus de passion pour deux amantes bien plus âgées que lui, même s’il était convaincu que l’âge n’avait rien à voir avec ce fait. Cependant Athénaïs était dans l’erreur, et il fallait corriger cela. Ainsi le sujet pour lequel il avait fait venir Athénaïs allait être abordé dès maintenant :

« Ce n’est pas une domestique. Et je ne l’ai pas choisie, je l’ai recueillie.»

Furent alors ses premiers mots. Il fit signe à Élise d’approcher, alors que lui même approchait de sa sœur assise. Il prit la main de l’enfant et la fit passer devant lui. Il était évident que Vivonne cherchait comment l’annoncer sans brutalité mais… Il finit par devoir répondre, Athénaïs attendant une explication :

« Françoise Athénaïs, ma sœur, je vous présente votre nièce, Élise. Sa mère m’a appris son existence il y a de cela deux jours, et m’a demandé de prendre soin d’elle. Et oui je suis certain qu’il s’agit de ma fille. »

Vivonne semblait plus que certain lorsqu’il affirmait que c’était sa fille, Il était cependant aussi visible qu’il était inquiet de la réaction d’Athénaïs. Comment le prendrait-elle ? Et comment réagirait la petite fille aussi ? Il y avait tant d’inconnus dans cette situation que tout pouvait très bien ou très mal se passer… Mais ça, il le saurait dans quelques instants.
avatar
Ex Scientia Tridens
Ex Scientia Tridens
Titre/Métier : Duc de Vivonne, Premier Gentilhomme
Billets envoyés : 787
Situation : Marié à Antoinette, 5 enfants légitimes

Voir le profil de l'utilisateur

Ven 18 Juil - 14:11


Athénais, sure de son fait, fut extrêmement surprise d'entendre de la bouche son frère que cette demoiselle ici présente n'était point une domestique, mais une enfant qu'il avait recueillie. Elle trouvait cela étrange, mais Vivonne avait souvent eu de drôles d'idées. Sans réfléchir, elle bredouilla quelques excuses.

-Oh, je vois, je vous demande pardon.

Mais alors qu'il la présenta comme sa fille, la nièce de la marquise, Athénaïs écarquilla les yeux, et cette fois, le son qui sortit de sa gorge eut quelques décibels de plus.

-Pardon?!

Ainsi donc, Vivonne avait eu, il y a une grosse dizaine d'année de cela, une fille bâtarde. Cela n'étonnait qu'à moitié Athénaïs, elle savait son frère un fieffé coureur de jupons, mais comment pouvait-il affirmer avec certitude que cette enfant, aussi charmante fut-elle, puisse être de son sang?

Les prunelles d'Athénaïs, toujours aussi surprise, passèrent une bonne dizaine de fois de son frère à la demoiselle prénommée Elise. Que dire? Elle avait bien envie de sermonner son frère, de lui dire que la pauvre femme qui était la génitrice de cette petite avait très bien pu l'avoir avec quelqu'un d'autre et lui faire croire qu'elle était de lui pour qu'elle bénéficie de bons traitement, après tout leur famille était connue et ancienne. Mais la marquise souhaitait éviter de parler de choses désagréables devant cette jeune demoiselle qui n'avait probablement rien demandé à personne et qui, à juger par son minois, sembler n'en mener pas large.

Athénaïs afficha alors un sourire amical et vint lentement poser sa main blanche et dégantée sur le visage d'Elise pour délicatement lui remettre une mèche de cheveux derrière l'oreille, mèche qui s'était probablement glissée hors de la coiffure qu'on avait pris le soin de lui faire.

-Quel âge avez-vous, mon enfant? lui demanda-t-elle posément.

Elise serait-elle une source de problèmes pour les Mortemart? Comment le prendrait le reste de la famille? Leur père, Gabrielle? Marie-Madeleine serait sans doute la plus clémente... Athénaïs regarda ensuite son frère dans les yeux.

-Père est-il au courant?

Il y avait fort à parier que s'il l'était, il n'approuverait pas. Bien entendu, le duc de Mortemart n'avait pas toujours eu une conduite exemplaire, et lui le premier avait trompé sa femme et probablement engendré une tripotée de bâtards, mais jamais il n'en avait ramené en son foyer...
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé

Rousse Nièce pour Brune Tantine ft Athénaïs Elise

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réunion pour partir à la recherche d'Athéna
» Terra existe vraiment ! [libre et pas obligé de faire plus de 15 lignes]
» Polymnie Leéda, une déesse grecque ?
» Halloween party! [PV gens inscrit ]
» "Combats pour la vie, ou meurt" [Cathane]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vexilla Regis :: Le grand divertissement :: Anciens Rp-